L'histoire environnementale de Jared Diamond. Avec Laurent Testot pour le Café Collapse à Grenoble.


(0)
77 Vues
0 commentaire
24.05.2022

Journaliste scientifique et essayiste spécialiste de l'approche historique globale, et plus spécialement de l'interaction de l'homme avec la planète sur le temps long, Laurent Testot nous présente ici l'oeuvre de Jared Diamond, historien pionnier des questions d'effondrement et expert en histoire environnementale.

 - 0'00'00 : Introduction
 - 0'01'44 : Qui est Diamond ?
 - 0'06'35 : Qu'est-ce que "l'histoire globale" ?
 - 0'17'19 : Quelles méthodes pour l'histoire globale ?
 - 0'20'11 : Le début de l'aventure de Diamond
 - 0'24'24 : Diamond et la collapsolgie
 - 0'26'01 : Histoire globale vs. universelle vs. totale
 - 0'28'33 : Types d'histoire environnementale
Cas d'effondrement :
 - 0'32'08 : Ile de Pâques
 - 0'38'42 : Ile(s) Pitcairn
 - 0'42'08 : Anasazis
 - 0'43'49 : Mayas
 - 0'48'00 : Vikings
 - 0'55'17 : Tikopia [évité]
 - 0'56'52 : Papouasie [évité]
 - 0'57'37 : Japon [évité]
 - 1'00'22 : Rwanda [actuel]
 - 1'00'52 : Haïti/St Domingue
 - 1'01'50 : Chine [actuel]
 - 1'02'08 : Montana [actuel]
 - 1'02'25 : Nouveaux travaux de Diamond et ouvertures
Echanges avec le public :
 - 1'05'10 : Diamond vs. Tainter vs. Crosby
 - 1'10'38 : Petites îles vs. sociétés globalisées
 - 1'12'25 : Harmonie et résilience sociétale ?
 - 1'13'40 : Quels récits pour une régulation de la société ? - 1'13'40 : Quels récits pour une régulation de la société ?

Quel monde après la fin des énergies fossiles. Avec Jean-Marc Jancovici et Véra Nikolski pour Front Populaire.


(0)
116 Vues
0 commentaire
01.2024

Les énergies fossiles ont façonné notre civilisation. Leur déclin, inéluctable, pose la question du monde d'après. Devons-nous nous attendre à des crises démographiques, sanitaires, et économiques, climatiques ? Comment limiter les conséquences de cette pénurie ?
Pour répondre à ces questions, Jean-Marc Jancovici, président du Shift Project, échange avec Véra Nikolski, docteur en science politique et auteur du récent Féminicène (Fayard).

Ecologie sociale et entraide. Avec Renaud Garcia à Montpellier.


(0)
281 Vues
0 commentaire
10.2019

Philosophe de tradition anarchiste, Renaud Garcia revient sur les théories de l'effondrement des sociétés industrielles à l'aide des penseurs que sont Pierre Kropotkine et Murray Bookchin.
L'occasion d'étudier la façon dont ils articulent les préoccupations écologiques aux perspectives d'émancipation sociale et de porter un regard critique sur la collapsologie, discipline relativement récente au succès médiatique important.

Une conférence organisée par le Centre Ascaso-Durruti.

Apocalypse now. Avec Renaud Garcia sur Radio Libertaire.


(0)
514 Vues
0 commentaire
15.06.2020

L'effondrement serait inéluctable à courte échéance et il faudrait s'y préparer. C'est ce à quoi s'emploie la collapsologie qui, depuis quelques années, draine notamment des écologistes, des décroissants, des défenseurs du climat et des survivalistes tout en ayant une audiance croissante au sein des médias et autres organismes de recherche institutionnels. Pour se faire, il conviendrait de créer une science appliquée et interdisciplinaire de l'effondrement ; s'y préparer psychologiquement afin d'avoir la capacité de ce remettre du choc inéluctable (résilience) ; et de mettre en place un réseau d'initiatives locales préfigurant une survie en petits groupes.
Renaud Garcia vient présenter le thème central de la prochaine livraison de la revue Réfractions qui, après avoir donné la parole à l'un des principaux animateurs de cette nébuleuse (Pablo Servigne), développe un argumentaire résolument critique contre une démarche qui peut conduire au fatalisme en renonçant à la lutte à mener aujourd'hui contre les fauteurs de ce désastre annoncé.
Une réflexion à connaître pour comprendre les collapsologues et les réserves que l'on peut avoir à leur encontre.

Émission "Trous noirs".

La fin d'un monde. Avec Baptiste Rappin sur Radio Courtoisie.


(0)
473 Vues
0 commentaire
01.06.2022

La société industrielle menace de rendre le monde inhabitable. Son dernier avatar, l'utopie cybernétique organise la prison digitale gérant l'intégralité de nos existences, de la maternité au cimetière, de l'entreprise au foyer, du corps à l'âme. Sa force destituante est telle qu'aucune institution n'échappe à son travail d'érosion, qu'aucun frein ne semble en mesure de lui opposer la résistance d'un contre-courant.
Quelle attitude faut-il alors adopter ? En toute logique, celle du "conservateur ontologique", au sens de Günther Anders, qui sera alors luddite et royaliste : luddite quand il s'agit de se cabrer devant l'empire technique du Réseau et de se rebiffer contre le principe de l'Efficacité ; royaliste afin de poser les premières pierres d'une nouvelle Fondation. Le conservateur ontologique ourdit, patiemment mais résolument, l'irruption du "Roi qui vient".

Émission du "Libre Journal de la résistance française", animée par Catherine Rouvier.

René Barjavel (1911-1985), le monde dans le pétrin. Avec Natacha Vas-Deyres, Danielle Martinigol, Jean Barjavel et Pierre Creveuil sur France Culture.


(0)
364 Vues
0 commentaire
19.12.2020

René Barjavel est né en 1911 à Nyons, dans la Drôme. Ses parents sont boulangers, ses grands-parents agriculteurs, mais il préfère les appeler "paysans". Des racines rurales, manuelles, dont il s'arrache avec tristesse, lui qui part étudier à la ville et écrire à Paris.
Il va alors devenir un incontournable de la science-fiction française, même si, quand les éditions Denoël publient Ravage et Le Voyageur imprudent, en 1943 et 1944, le terme de science-fiction n'existe pas. Appelons alors ses ouvrages des romans d'anticipation ou, comme le sous-titre l'indique sur les éditions originales : romans extraordinaires. Chacun d’entre eux répond à une question, celle que se pose la science-fiction : Que se passerait-il si… ?. Que se passerait-il si l'électricité disparaissait ? Que se passerait-il si l'on tuait son ancêtre ? Que se passerait-il si l'on trouvait une civilisation sous la glace de l’Antarctique ? C'est que René Barjavel raisonne par induction.
Et dans tout ce qu'il imagine, ou presque, il y a un cataclysme, une apocalypse, une fin du monde… Et une nouvelle société qui, après avoir réussi à se frayer un chemin dans les cendres de l'ancienne, survit comme elle peut. Barjavel est peut-être un collapsologue avant l'heure. Et les mondes qu'il imagine sont de drôles d'utopies. Parce qu'elles sont régressives. C'est celle du retour à la terre, de la polygamie et du repeuplement du monde dans Ravage.
Ses romans se terminent mal. Parce qu'il s'inspire du monde qu'il voit, et qu'il y voit la destruction du vivant. Il voit l'industrialisation à outrance, le travail qui disparaît et l'Homme qui se coupe de la nature. Et pourtant, contrairement à ce qu'il laisse penser, René Barjavel n'est pas un pessimiste… Parce qu'à chaque horreur qu'il imagine, à chaque monstruosité qu'il anticipe, il colle une pointe d’humour, un trait d'ironie, un peu de sarcasme. Et qu'il trouve toujours des raisons d'espérer. Parce que si le monde est dans le pétrin, il reste toujours du temps pour le pétrir.

Émission "Toute une vie", produite par Romain Weber.

Entretien d'actualité. Avec Michel Drac pour France Patrie.


(0)
918 Vues
0 commentaire
16.09.2022

Analyste politique et prospectiviste bien connu, Michel Drac s'est retiré depuis quelque temps du paysage médiatique.
L'occasion est donc rare de revenir en sa compagnie sur l'actualité des relations internationales, la situation intérieure française et l'évolution très rapide du contexte économique mondial.
Un entretien en forme de bilan des années Covid-19 qui tente d'esquisser quelques pronostics pour les mois/années à venir.

Refuser la laideur et l'empoisonnement : une autre histoire de l'industrialisation dans le Nord de la France (XIXe siècle). Avec Samy Bounoua à Lille.


(0)
547 Vues
0 commentaire
18.06.2022

Aujourd'hui, nous savons. Nous avons conscience que nous dégradons le climat, l'eau et les sols. Nous voyons bien que notre système économique n'est pas écologiquement soutenable. Mais heureusement, nous savons. Alors qu'hier... hier, nous savions déjà !
Les craintes écologiques que nous croyons nouvelles étaient particulièrement fortes au XIXe siècle, époque de l'industrialisation triomphante et des cheminées fumantes. L'historien Samy Bounoua nous invite à explorer la conscience environnementale des Nordistes d'hier, pour tenter de mieux comprendre celle qui nous anime aujourd'hui.

Une intervention qui prend place dans le festival "Jeunes Chercheurs et Chercheuses dans la Cité" au Palais des Beaux-Arts de Lille.