Les médias sont devenus une fabrique à opinion. Avec Anne-Sophie Chazaud sur Sud Radio.


(0)
126 Vues
0 commentaire
23.11.2020

Les Dix petits nègres, Autant en emporte le vent, ou encore Carmen : les revendications communautaires s'attaquent chaque jour un peu plus au patrimoine culturel. Des polémiques qui entraînent une diminution de la liberté d'expression et que dénonce avec vigueur Anne-Sophie Chazaud.
"On a assisté ces dernières décennies à un festival assez grotesque de ce que pouvait donner la censure militante complètement hystérisée", souligne la philosophe qui note "une très grosse accélération ces dernières années". Un phénomène rendu possible "grâce à une privatisation de la censure", considère-t-elle.
Si cette censure intervient par des militants, des associations privées, "c'est toujours grâce au pouvoir politique que ces minorités ont cette capacité immense à aller en justice", remarque Anne-Sophie Chazaud, rappelant "qu'il ne faut jamais oublier que d'une façon ou d'une autre, le pouvoir politique a sa responsabilité".

Émission "Bercoff dans tous ses états".Émission "Bercoff dans tous ses états".

Le conspirationnisme à l'ère du coronavirus. Avec Leuh Ki et Armel Campagne sur Radio Libertaire.


(0)
138 Vues
0 commentaire
2021

À l'occasion du débat enflammé autour du documentaire Hold-Up et alors que les contestations envers les politiques sanitaires étatiques semblent grandir, il semble essentiel de proposer une analyse matérialiste critique des conspirationnismes et de leurs différentes variantes.
Ce phénomène demande à être analysés dans toute sa complexité : les conspirationnismes dirigés contre des minorités raciales ne sont pas les mêmes que celles qui sont fondées sur un anticapitalisme tronqué et il existe un conspirationnisme antisémite des racisés mais aussi aux conspirationnismes des blancs, des bourgeois et des États.
Enfin, il s'agit de critiquer l'anti-conspirationnisme conservateur qui se refuse d'analyser les conspirationnismes comme des contestations politiques sans comprendre qu'ils peuvent être dépassés et devenir des vecteurs de politisation émancipateurs.

Émission "Sortir du capitalisme".

Soral répond sur ERFM !


(0)
398 Vues
0 commentaire
2021

Après deux ans de questions-réponses en vidéo sur ERTV, l'émission Soral répond revient sous un nouveau format sur ERFM, la radio en ligne et en continu d'Égalité & Réconciliation.
Le principe : les auditeurs qui le souhaitent posent leurs questions sur le répondeur du polémiste qui choisit ensuite les meilleures et y répond.

Hold-Up, par Jean-Dominique Michel.


(0)
244 Vues
0 commentaire
25.08.2020

Pendant des mois, la moitié de l'humanité a été confinée. Le Covid-19 a fait basculer nos existences dans l'inattendu, l'incertitude, l'angoisse.
Jean-Dominique Michel est spécialiste en anthropologie de la santé. Il est le premier à avoir perçu le décalage entre la réalité de l'épidémie et les discours des autorités politiques et sanitaires. Absence de tests de dépistage, confinement généralisé de toute la population, mensonges sur le rôle des masques…, il dissèque les décisions absurdes.
Grâce à un solide travail documentaire, il nous permet de comprendre en quoi les pouvoirs publics ont failli et pourquoi nous aurions pu agir autrement. Surtout, il jette une lumière crue sur le mal qui sape notre système de santé. Pour lui, il est temps de bâtir une véritable "démocratie sanitaire". La résilience collective acquise durant l'épreuve doit nous permettre d'y arriver.
Qu'aurions-nous dû savoir ? Comment nous préparer, si demain la menace réapparaissait avec un virus plus contagieux et plus létal ? Quelles leçons tirer de cette crise pour en sortir grandis ? Un regard non académique, une analyse édifiante.

L'Europe, le Covid et la crise économique. Avec Pierre-Yves Rougeyron et Slobodan Despot sur Putsch Média.


(0)
477 Vues
0 commentaire
31.08.2020

Alors que les pays européens font face à plusieurs mouvements anti-masques, devons-nous comprendre ces agitations sociales comme des révoltes légitimes contre des mesures liberticides ou comme des mouvements irrationels et complotistes ? Par ailleurs, l'Union européenne pourait-elle succomber à la crise économique qui ne manquera pas de suivre l'arrêt brutal des économies à l'échelle du continent ?
Ces questions sont débattues par Pierre-Yves Rougeyron, politologue, directeur de la revue Perspectives Libres et président du Cercle Aristote, et Slobodan Despot, éditeur et écrivain suisse d'origine serbe, directeur de l'e-magazine L'Antipresse.

Émission "Les maquisards de l'info", animée par Nicolas Vidal.

Couillonavirus, suite. Avec Alain Soral pour E&R.


(1)
806 Vues
0 commentaire
24.04.2020

Alors que la France entière continue de subir les mesures de confinement total décidées par un gouvernement qui minimisait les risques posés par le Coronavirus il y a encore quelques semaines, il est nécessaire de continuer à s'interroger sur le sens global de cette crise sanitaire doublée d'une expérience d'ingénierie sociale à grande échelle.

 - 0'00'35 : introduction
 - 0'03'31 : d'où vient finalement ce virus ?
 - 0'06'03 : virus naturel ou de synthèse ?
 - 0'13'16 : la réaction du nouveau pouvoir chinois
 - 0'17'17 : c'est quoi le Covid-19 ?
 - 0'21'39 : Covid-19 et SIDA
 - 0'33'52 : SIDA, Covid-19, du préservatif au confinement
 - 0'39'09 : ni masques ni chloroquine, l'épidémie comme volonté gouvernementale
 - 0'43'35 : Big Pharma, du serment d'Hippocrate au business du médicament
 - 0'47'29 : du médicament au poison, le scandale de l’OxyContin
 - 0'50'07 : Bill Gates, quand le danger n’est pas le virus mais le vaccin !
 - 1'03'21 : la Chine de Xi Jinping ou le nouveau méchant
 - 1'10'30 : effondrement économique occidental, la Chine devra payer ?
 - 1'15'05 : l'empire chinois rétif à la Shoah
 - 1'17'50 : synthèse 1 - France : la dictature macronienne par la pandémie
 - 1'23'22 : synthèse 2 - États-Unis : empêcher la réélection de Trump
 - 1'31'35 : synthèse 3 - Russie : Poutine toujours aux commandes
 - 1'33'22 : conclusion - De défaite en défaite jusqu’à la victoire !

La Terreur et sa trace (1794-2018). Avec Jean-Clément Martin sur France Culture.


(0)
418 Vues
0 commentaire
06.10.2018

Après les controverses passionnées qui ont marqué le Bicentenaire de la Révolution française, voici déjà un quart de siècle, on avait pu croire, quelque temps, à une certaine érosion de la curiosité savante pour cette époque fondatrice.
Eh bien, pas du tout ! L'événement révolutionnaire fut de si immense portée qu'il a bientôt retrouvé un très vif attrait intellectuel, un attrait dont témoignent des publications de grande qualité - non sans qu'on ait constaté un certain déplacement de l'intérêt aux dépens de l'histoire des idéologies et des forces politiques et au profit de celle des émotions, des représentations, des enchaînements imprévisibles.
Et en dépit de l'évolution des éclairages, il est un thème qui n'a pas cessé de parcourir l'historiographie, de génération en génération, un thème lancinant, obsédant : la question de la Terreur et de sa portée, sur-le-champ et depuis lors. La Terreur et sa trace : cette trace est pluriséculaire et elle appartient tout droit, par-là, à notre émission.
La publication récente de l'ouvrage Les Échos de la Terreur du professeur émérite Jean-Clément Martin nous invite à revenir sur deux siècles d'évolution de l'historiographie. Entre mensonges, récupérations et instrumentalisations, il est plus que temps de mettre fin à la Terreur comme principe, comme système et comme fascination.

Émission "Concordance des temps", animée par Jean-Noël Jeanneney.

Robespierre. Avec Jean-Clément Martin et Marcel Gauchet à Répliques sur France Culture.


(0)
427 Vues
0 commentaire
27.10.2018

Robespierre, l'homme qui nous divise le plus : tel est le titre du dernier livre de Marcel Gauchet. L'incorruptible, en effet, a ses inconditionnels et ses détracteurs farouches. Et Alain Finkilekraut appartient à la seconde catégorie. Non qu'il considère Robespierre comme un monstre - Jean-Clément Martin montre bien dans la biographie qu'il lui consacre comment cette image a été fabriquée et léguée à la postérité par la propagande thermidorienne -, mais parce qu'il pense que Robespierre a été paradoxalement conduit à l'inhumanité par le sentiment d'humanité. Il n'était pas sans cœur, il débordait d'amour. Et le zèle compatissant l'a rendu implacable.
Qu'on à répondre Marcel Gauchet et Jean-Clément Martin, ici réunis ? La lucidité et la connaissance historique demandent-elles de réévaluer ce jugement, voire de réhabiliter Robespierre au moins partiellement ?