La dé-réalité, stade suprême du spectacle. Avec Vincent Chapin pour Café Noir.


(0)
377 Vues
0 commentaire
10.12.2021

Autant la guerre civile européenne qui s'étend de 1914 à 1945 est une crise du système politique, autant la Grande Récession qui a commencé en 1929 est une crise du système économique, autant la crise commencée en 2020 est une crise mondiale du système informationnel. La science politique, la science économique sont réduites à l’impuissance pour comprendre notre monde.
Les politiques, les secteurs économiques indépendants du système informationnel ont couru derrière la production informationnelle, ont été réduit à réagir, toujours en retard et à bout de souffle. La politique et l'économie ont perdu la maîtrise du temps.
La crise de 2020 est à ce titre aussi structurelle dans l'histoire du monde que l'ouverture des combats de la guerre industrielle en 1914. Le décrire et le comprendre demande de nouveaux concepts, de nouveaux mots, un élargissement de la vision, très loin du bourrage de crâne, des sélections simplistes et de l'économie de l'attention comptée en secondes du système informationnel.

 - 0'00'00 : Introduction
 - 0'01'09 : Présentation de l’auteur
 - 0'03'19 : Présentation du livre
 - 0'06'35 : Kant : Que puis-je savoir?
 - 0'15'06 : Kant : Qui suis-je?
 - 0'17'43 : Kant : Que m’est-il permis d’espérer?
 - 0'19'27 : Géopolitique : Qu’est ce que le monde libre?
 - 0'27'33 : Géopolitique : Qu’est ce que la politique?
 - 0'32'36 : Que signifie le dédoublement dans une perspective traditionnelle?
 - 0'36'03 : Conclusion

Un entretien mené par Gilbert Dawed.

Outrance du pouvoir, pouvoir à outrance. Avec Christian Salmon sur France Culture.


(0)
396 Vues
0 commentaire
15.10.2020

La crise du coronavirus a largement remis en cause la crédibilité de nos gouvernants. Dans l'annonce récente du Président Macron et sa mise en scène, c'est la crédibilité du régime présidentiel qui se joue. Comment peut-on encore légitimer les décisions politiques et donc le pouvoir ?
Pour Christian Salmon, nous sommes rentrés dans l’ère de la Tyrannie des Bouffons, titre de son ouvrage publié aux éditions Les Liens qui Libèrent – un ouvrage qui revient sur les ressorts du "pouvoir grotesque" et ses mécaniques.
À l'heure où les sondages confirment un discrédit croissant dû aux mensonges répétés concernant l'état de l'épidémie, comment continuer à gouverner ? Par quels mécanismes accepte-t-on ce que les gouvernants nous racontent et comment ce "pouvoir grotesque" est-il devenu un rouage essentiel de la souveraineté ?

Émission "L'Invité des Matins", animée par Guillaume Erner.

Du storytelling à l'ère du clash. Avec Christian Salmon à la Librairie Kleber.


(0)
566 Vues
0 commentaire
06.04.2019

Un ouragan emporte nos sociétés hyperconnectées et hypermédiatisées. Le vent a tourné, nous l'éprouvons tous fortement. L'époque n’est plus tout à fait, ou seulement, à la manipulation et au formatage des esprits, comme encore au milieu des années 2000, quand régnait sur le discours médiatico-politique le storytelling.
L'explosion du Web, l'éclosion des premiers réseaux sociaux créaient l'environnement favorable à la production et à la diffusion d'histoires. Or, de même que l'inflation ruine la confiance dans la monnaie, l'inflation des stories a érodé la confiance dans les récits. Le triomphe de l'art de raconter des histoires, mis au service des acteurs politiques, aura entraîné, de manière fulgurante, le discrédit de la parole publique. Cette défiance est aujourd'hui revendiquée par les hommes politiques eux-mêmes.
Dans le brouhaha des réseaux et la brutalisation des échanges, la story n'est plus la clé pour se distinguer. La conquête de l'attention, comme celle du pouvoir, passe désormais par l'affrontement, la rupture, la casse des "vérités". Désormais, viralité et rivalité vont de pair, virulence et violence, clash et guerre des récits.
Fini le storytelling ? Bienvenue dans l'ère du clash !

La fin du storytelling. Avec Christian Salmon et Samuel Gontier sur France Culture.


(0)
685 Vues
0 commentaire
16.02.2019

Il suffirait pour saisir ce dont il est ici question de placer côte à côte n'importe quel tweet de l'actuel président des Etats-Unis, Donald Trump, et n'importe quel tweet de son prédécesseur, Barack Obama. Facile mais efficace, cette apposition résumerait, à la mode spectaculaire d'aujourd'hui, l'évolution rapide de certains types d'intervention dans l'espace public.
C'est ce passage du storytelling, qu'il avait documenté très tôt, au clash que s'efforce d'analyser Christian Salmon dans son dernier essai, L'ère du clash.

Émission "La Suite dans les idées", animée par Sylvain Bourmeau.

Macron et son Crépuscule. Avec Juan Branco chez Daniel Mermet à Là-bas si j'y suis.


(0)
1209 Vues
0 commentaire
21.12.2018

Léché, lâché, lynché. La règle des trois 'L' est bien connue parmi ceux qui connaissent gloire et beauté. C'est ce qui arrive à Emmanuel Macron. Hier, le beau monde des médias le léchait avec ravissement, et voilà qu'aujourd’hui le peuple demande sa tête au bout d'une pique. Le petit prodige est devenu le grand exécré.
Rien d’étonnant, les riches l'ont embauché pour ça, il est leur fondé de pouvoir, il est là pour capter toute l'attention et toutes les colères, il est leur paratonnerre, il est leur leurre, en somme. Tandis que la foule hurle "Macron, démission", ceux du CAC 40 sont à la plage. Un excellent placement, ce Macron. De la suppression de l'impôt de solidarité sur la fortune à la "flat tax" sur les revenus des capitaux, de la baisse de l'impôt sur les sociétés à la loi Travail qui facilite les licenciements, il n'a pas volé son titre de président des riches.
Mais pourquoi lui ? Comment est-il arrivé là ? À quoi ressemblent les crabes du panier néolibéral d'où est sorti ce premier de la classe ? Une caste, un clan, un gang ? Le cercle du pouvoir, opaque par nature, suscite toujours fantasmes et complotisme aigu. Il est très rare qu'une personne du sérail brise l'omerta.
Juan Branco vient de ce monde-là. Avocat, chercheur, diplômé des hautes écoles qui fabriquent les élites de la haute fonction publique, à 30 ans il connaît ce monde de l'intérieur. Sur son blog, il publie en ligne CRÉPUSCULE, une enquête sur les ressorts intimes du pouvoir macroniste et ses liens de corruption, de népotisme et d'endogamie, "un scandale démocratique majeur : la captation du pouvoir par une petite minorité, qui s'est ensuite assurée d'en redistribuer l'usufruit auprès des siens, en un détournement qui explique l'explosion de violence à laquelle nous avons assisté."

Quel avenir pour le peuple de Droite ? Avec Patrick Buisson à Orange.


(0)
766 Vues
0 commentaire
09.12.2016

Ancien conseiller de Nicolas Sarkozy et auteur du récent La Cause du peuple, Patrick Buisson continuer à rêver d'un populisme conservateur à la française.
Alors que François Hollande poursuit l'entreprise d'avilissement de la fonction présidentielle, l'opposition de droite réussira-t-elle a s'organiser pour mener la bataille ?

L'heure de sortir du ghetto. Avec David L'Epée au Cercle Anthinéa à Lyon.


(0)
913 Vues
0 commentaire
10.11.2017

La caste journalistique prétend nous imposer sa manière de voir le monde, notamment en utilisant certains mots plutôt que d'autres visant à pré-orienter le jugement que nous porterons sur tel fait ou telle situation.
Dans une optique de combat métapolique, l'essayiste David l'Epée nous invite à réfléchir au langage que nous utilisons lorsque nous voulons faire connaître des opinions qui sortent de la doxa. Garder l'initiative dans le débat est impératif et nous devons imposer nos propres mots afin de pouvoir assumer des idées qui sortent de l'ordinaire médiatique.
Un travail qui prendra du temps, mais absolument nécessaire.

La Langue des médias : Ingrid Riocreux répond aux questions de David L'Epée.


(0)
1208 Vues
0 commentaire
04.2017

Ingrid Riocreux a fait paraître il y a quelques mois La Langue des médias, un livre à charge contre la classe médiatique, mettant en lumière à la fois la baisse du niveau des journalistes, leurs petits arrangements avec la déontologie et leur alignement sur une idéologie hégémonique au-delà de laquelle les "dérapages" sont impitoyablement traqués et dénoncés.
David L’Epée est allé à la rencontre de cette essayiste, qui compte bien armer intellectuellement ses lecteurs pour leur éviter de se laisser abuser par la pensée unique.