À quoi tient la valeur épistémique de la démocratie ? Avec Bernard Manin au Collège de France.


(0)
295 Vues
0 commentaire
01.03.2017

Accoler le terme épistémique à celui de démocratie ne va pas de soi, bien que les rapports pouvoir/savoir ne soient pas étrangers l'un à l'autre.
Car si le but du politique est de prendre des décisions pour une communauté, prendre une "bonne décision" sous-entend qu'il existe des formes institutionnelles qui les favorisent.
Dans ce cadre, la démocratie épistémique serait donc une forme de juste redistribution du pouvoir entre les porteurs de savoirs.
Est-il alors possible de soutenir que la valeur épistémique de la démocratie est à même de prendre de "bonnes décisions" et si oui, pourquoi ?

Athènes et la théorie politique : entre oubli, usage métaphorique et réflexion théorique. Avec Yves Sintomer au Collège de France.


(0)
201 Vues
0 commentaire
16.05.2017

"La Grèce antique est la plus belle invention des temps modernes", écrivait Paul Valéry. Au cœur de cette invention réside une forme singulière d'organisation de la vie collective qui incarnerait la singularité de l'expérience grecque : la cité.
Yves Sintomer s'interroge sur l'utilisation qui a été faite de la cité (polis) comme objet théorique et figure imaginaire dans la pensée politique contemporaine. 
Il est évidemment tout d’abord affaire de pratiques politiques : parce qu'elle reposerait sur la mise en commun des paroles dans un espace où des égaux discutent et décident librement ensemble, la polis antique offrirait, à en croire une partie de la philosophie politique contemporaine, des ressources précieuses pour penser notre présent politique.
Mais cette expérience politique est indissociable d’une manière spécifique de faire commun, faite de gestes, manières de percevoir, attitudes et comportements. En ce sens, la polis est aussi l'emblème d'une "forme de vie", dans laquelle se réaliserait une politique authentique.
Les implicites théoriques d'une telle conception de la cité, à l’œuvre aussi bien chez Castoriadis que dans les travaux récents des historiens de la cité classique, sont au cœur de cette intervention.

Le principe du contradictoire, principe de la déliberation politique. Avec Bernard Manin à l'Ecole Normale Supérieure.


(0)
519 Vues
0 commentaire
28.02.2011

Dans le cadre d'une réflexion sur le tournant délibératif de nos institution représentatives, Bernard Manin revient sur les fondements de la délibération politique en expliquant pourquoi il serait préférable de la régler sur le principe du contradictoire, à défaut de l’impartialité.

Conférence prononcée dans le cadre du cycle "Les lundis de la philosophie".

La représentation et l'avenir des institutions. Avec Bernard Manin à l'Assemblée nationale.


(0)
419 Vues
0 commentaire
29.05.2015

Des démocrates athéniens à Montesquieu, d'Aristote à Rousseau, personne ne songeait à faire de l'élection l'instrument démocratique par excellence. Démocratie n'équivalait pas à gouvernement représentatif : c'est le tirage au sort qui paraissait le plus apte à respecter l'égalité stricte des candidats.
Que s'est-il passé au tournant du XVIIIe siècle, en Europe et aux Etats-Unis, pour que se renverse cette conception multiséculaire et pour qu'advienne l'idée qu'une démocratie est, par essence, un gouvernement représentatif ?
Bernard Martin montre que le système représentatif n'a pas pour seule fonction de permettre au peuple de se gouverner lui-même.
Le gouvernement représentatif mêle en fait des traits démocratiques et aristocratiques. L'élu n'est jamais le double ni le porte-parole de l'électeur, mais il gouverne en anticipant le jour où le public rendra son jugement.