Pierre-Yves Rougeyron : grand entretien pour le Cercle Aristote.


(0)
359 Vues
0 commentaire
06.2016

Pour ce Grand Entretien couvrant l'actualité politique et géopolitique des mois d'avril et de mai 2016, Pierre-Yves Rougeyron revient sur un grand nombre de sujets.

1. Actualité du Cercle Aristote

2. Politique intérieure :
 - Sanctions contre la Russie
 - Nuit Debout / Alain Finkielkraut
 - Réforme du collège et politique éducative
 - Loi travail, 49.3, manifestations
 - Valls doit-il démissionner ?
 - Affaire Black M / Verdun
 - Violences d’extrême droite / casseurs
 - Hausse de salaire des fonctionnaires
 - Affaire Baupin
 - Rixe à Calais
 - Hollande élu "Homme d’Etat mondial" 2016
 - Deuxième baisse du chômage annoncée
 - Juppé : "mon ennemi c’est le chômage"
 - Robotisation et chômage de masse
 - Réforme de la justice
 - Mayotte en état d’urgence
 - Les Rendez-vous de Béziers

3. Politique extérieure :
 - Accord global sur la dette grecque
 - L’Allemagne a-t-elle une ambition militaire ?
 - Quelle stratégie pour la Marine Nationale et avec quels moyens ?
 - Le Brexit
 - FPO / Elections en Autriche
 - Coup d’état institutionnel contre Dilma Roussef
 - La GB relance les explorations de gaz de schiste
 - Chine : les 50 ans de la révolution culturelle
 - Politique isolationniste de Justin Trudeau ?
 - Rapprochement Inde-Iran-Afghanistan
 - Barack Obama en visite historique à Hiroshima
 - Crise démographique et dette : quel avenir pour le Japon ?
 - Déclin de l’Amérique : quid du gendarme du Monde ?
 - Diplomatie du Maroc
 - Statut des lanceurs d’alerte

4. Economie :
 - Les nouveaux penseurs libéraux
 - Chine : nouvelle agence de cotation de l’or

5. Culture :
 - Etienne Chouard
 - Francis Cousin
 - Conseils de lecture

Vienne et la Mitteleuropa danubienne. Avec David Tarot et Dominique Venner chez Philippe Conrad sur Radio Courtoisie.


(0)
386 Vues
0 commentaire
31.01.2012

Frontière de l’Empire romain face aux "Barbares", le Danube s’est imposé comme le trait d’union d’une nouvelle Europe née de la rencontre des mondes germanique, slave et magyar.
Sur ses berges, l’Österreich est devenue au fil des siècles le centre de gravité du grand empire des Habsbourg et Vienne, sa capitale, s’est affirmée comme l’un des foyers majeurs de la culture européenne.
Ce rempart de la Chrétienté face au péril ottoman, lieu des fastes de la cour de Marie-Thérèse, capitale de la musique où l’œuvre de Schubert fait écho à celles de Mozart et de Haydn, fut aussi le lieu des avant-gardes du premier XXe siècle – à l’époque de la Sécession et de Klimt – quand Freud et Kafka ouvraient de nouvelles pistes à l’intelligence du monde.
Intégrées de longue date à un ensemble politique et dynastique commun, la Prague de Charles IV et de Rodolphe II et la Budapest de Liszt et de Bartók ont quant à elles participé à la subtile alchimie qui a permis à l’histoire de construire dans l’ensemble danubien un espace de civilisation original dont la marque demeure.

Vers la fin de la double monarchie austro-hongroise. Avec Jean-Paul Bled sur Radio Courtoisie.


(0)
360 Vues
0 commentaire
24.06.2014

Bâti sur les décombres de l'Europe napoléonienne, réformé en 1867 pour donner un rôle accru à la Hongrie, l'Empire austro-hongrois pouvait sembler, en 1914, l'une des puissances les plus solides du continent. C'était un empire à l'ancienne, c'est-à-dire qu'il avait l'ambition de fédérer de nombreux peuples hétérogènes. Dans les faits, une majorité d'Allemands et de Hongrois régissaient les destinées de Slaves (Tchèques, Polonais, Slovènes, Croates, etc.) de Roumains et d'Italiens - lesquels cohabitaient d'ailleurs plutôt mal entre eux.
C'est à la suite de l'assassinat de son prince héritier François-Ferdinand que le vieil empereur François-Joseph s'est laissé entraîner dans la guerre, aux côtés de l'Allemagne. Déchiré entre des nationalités différentes, des religions antagonistes, véritable tour de Babel linguistique, l'empire n'a pas supporté le choc. Cinq ans après Sarajevo, ce sont cinq pays nouveaux, fondés sur le principe des nationalités, qui remplacèrent la Double Monarchie. En Autriche même, devenue un État croupion, le jeune empereur Charles Ier (qui avait succédé à François-Joseph en 1916) dut renoncer.
Jean-Paul Bled retrace avec minutie l'agonie d'une monarchie qui n'a pas su s'adapter aux temps nouveaux en dépit des atouts non négligeables qu'elle détenait.

Ironie de l'histoire ? Avec Jacques Bouveresse au Théâtre des idées du Festival d'Avignon.


(0)
562 Vues
0 commentaire
20.07.2010

L'histoire a-t-elle un sens ? Quelle signification lui accorder ? Quelle direction lui donner ?
La question ne cesse de tarauder l'humanité. L'histoire est souvent apparue comme la manifestation d'un sens caché. Guidée par l'Esprit ou L'Idée, animée par la Raison, l'histoire humaine accomplirait, selon Hegel et ses descendants, sa destinée cachée, en dépit ou grâce aux passions des hommes qui la font. "Grand soir" et "Fin de l'histoire" apparaissent ainsi comme l'envers et l'endroit d'une même conception téléologique du devenir historique.
D'autres, au contraire, s'appuient sur son caractère "insensé" pour justifier la fatalité. Et Robert Musil s'avère être un précieux guide afin de déjouer ces deux visions opposées. Car il montre que l'histoire a besoin d'une direction, mais pas d'un but.
A une époque caractérisée par l'éternel retour de la pensée consensuelle et des impostures intellectuelles, il n'est pas inutile de retrouver la pertinence de ceux qui, de Robert Musil à Karl Kraus, de Victor Klemperer à George Orwell, ont trouvé dans la critique, l'ironie et la satire les armes théoriques et stylistiques appropriées pour mettre au jour les illusions ou les inégalités les plus manifestes.