De Gaulle le dernier capétien. Avec Jean-Côme Tihy au Cercle Aristote.


(0)
113 Vues
0 commentaire
11.12.2017

De façon assez originale, Jean-Côme Tihy envisage de replacer le moment gaullien (1958-1969) dans l’histoire longue de l’héritage capétien. Car la Révolution française de 1789 n’a pas mis un terme à la monarchie française : elle a tout simplement introduit une parenthèse d’instabilité politique délégitimant l’autorité et la légitimité du monarque, figure de l’Etat. À l’opposé des théories maurassiennes et républicanistes, le conférencier démontre les similitudes du régime capétien et de la République gaullienne, jusqu’à penser celle-ci comme la fille mort-née, mais légitime de la monarchie française.
A l’heure où la chose publique est trop souvent dévoyée par la communication et le marketing politique, il nous est proposé une grille de lecture inédite de notre histoire nous permettant de mieux comprendre la parenthèse gaullienne à laquelle se réfèrent nos hommes politiques, de gauche comme de droite.

Le Roi, la dette et la Révolution. Avec Marion Sigaut pour l'Action Française à Chateaurenard.


(0)
146 Vues
0 commentaire
09.09.2017

Marion Sigaut, historienne spécialiste des XVIIe et XVIIIe siècles, intervient pour évoquer le lien existant entre l'endettement dramatique du Trésor royal, la montée du libéralisme et la Révolution.
Car c'est bien la question de l'usure (le prêt d'argent rémunéré), théoriquement interdit par l'Église catholique et par les rois de France jusqu'à la Révolution, qui sera l'une des grandes conquêtes de l'Encyclopédie et des Lumières et qui mettra à bas l'Ancien Régime.

Le Colbertisme en question. Avec Stéphane Blanchonnet à l'Université d'été de l'Action Française.


(0)
89 Vues
0 commentaire
19.08.2015

Érigé en modèle de travail et de vertu par le XIXe siècle républicain, Jean-Baptiste Colbert (1619-1683) est sûrement l'un des ministres de la France qui a le plus marqué la postérité.
L'analyse du succès de ce tout-puissant serviteur de l'État nous aide à comprendre ce qui a ensuite été désigné comme une doctrine à part entière ayant participé à la construction de l'État moderne : le colbertisme.

L'ontogénèse chez Michel Clouscard. Avec Sylvain Bourgois aux ateliers de la praxis.


(0)
159 Vues
0 commentaire
2016

Une épistémologie matérialiste du corps est possible, afin de comprendre comment le corps devient subjectivité.
Le corps-sujet doit être constitué en son mode de production, au double sens du terme. Le corps-sujet est une historicité spécifique dans un mode de production donné : il est la rencontre de l’histoire macro-sociale (la logique de la production, le mode de production, le moment du mode de production) et de l’histoire propre à cette organicité qu’est le corps. L’ordre du travail est aussi constituant que l’appareil physiologique du corps.
L'entreprise de Michel Clouscard n’est autre que la constitution du système de médiations qui permet cette généalogie réciproque : généalogie du macro-social par la force productive du corps, généalogie du désir par les rapports de production.
Une contribution épistémologique de la plus haute importance.

Gracchus Babeuf et le populicide Vendéen. Avec Francis Cousin pour le groupe Aufhebung !


(0)
207 Vues
0 commentaire
10.2017

Pour le gauche du Capital, comme sa droite, Gracchus Babeuf est une énigme. Alors que les premiers se revendiquent de la célèbre "Conjuration des Égaux", les seconds louent l'auteur Du Système de dépopulation, première dénonciation des massacres systématiques de Vendée pendant la Révolution française. Hémiplégie mentale ?
Francis Cousin, dans une démarche radicale, nous invite à comprendre ce personnage dans sa totalité et a y déceler la rage animant le prolétariat en lutte contre toutes les dominations, qu'elles soient économique ou étatique.
Une invitation à l'insurrection.

C'est le Moyen-Age ! Avec Claire Colombi sur Méridien Zéro.


(0)
121 Vues
0 commentaire
20.10.2017

Claire Colombi, médiéviste, est l'invité de la Méridienne pour évoquer la "légende noire" du Moyen-Age. Cette période historique, qui ne doit son nom qu'aux penseurs de la Renaissance, a en effet longtemps servi de faire-valoir pour les tenants du progrès et de la modernité.
Mais qu'en est-il vraiment ? La réalité historique est-elle aussi repoussante ? Et si tel n'est pas le cas, pourquoi une telle propagande a-t-elle été mise en place ?

Une émission animée par Wilsdorf et Jean-Louis Roumégace.

Le 14 juillet entre mythes et réalités. Avec Marion Sigaut et Claire Colombi chez Deus Vult à Narbonne.


(0)
130 Vues
0 commentaire
14.07.2017

À rebours de la version officielle qui nous est enseignée à l'école de la République, Marion Sigaut tente de restituer la chronologie des événements qui ont mené à la prise de la Bastille le 14 juillet 1789.
On ne sera pas étonné de constater le fossé qui sépare le mythe républicain et la vérité historique, cette dernière ressemblant à s'y méprendre à un coup d'état où les mensonges et autres violences politiques ont été abondemment utilisés par la faction qui sortira victorieuse de la Révolution française : la bourgeoisie.
Claire Colombi nous montre ensuite comment l'histoire républicaine, en quête de respectabilité et afin de contribuer à légitimer son propre régime politique, a constitué le mythe du 14 juillet tout au long du XIXe siècle.

De l'Hôtel-Dieu à l'Hôpital-Général. Avec Marion Sigaut et Claire Colombi chez E&R à Avignon.


(0)
131 Vues
0 commentaire
28.05.2016

Au Moyen âge, c’était l’Hôtel-Dieu. Au XVIIIe siècle, ce fut l’Hôpital général. Deux institutions de secours destinées aux plus humbles et aux nécessiteux, aux enfants trouvés, aux enfants perdus.
Une plongée dans le monde inattendu du "noir Moyen Âge" en compagnie de la médiéviste Claire Colombi et du siècle des "Lumières" avec Marion Sigaut, historienne spécialiste du XVIIIe siècle.