Du gouvernement par les lois à la gouvernance par les nombres. Avec Alain Supiot au Collège de France.


(0)
505 Vues
0 commentaire
2013

Le sentiment de "malaise dans la civilisation" n’est pas nouveau, mais il a retrouvé aujourd’hui en Europe une intensité sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale.
La saturation de l’espace public par des discours économiques et identitaires est le symptôme d’une crise dont les causes profondes sont institutionnelles. La Loi, la démocratie, l’État, et tous les cadres juridiques auxquels nous continuons de nous référer, sont bousculés par la résurgence du vieux rêve occidental d’une harmonie fondée sur le calcul.
Réactivé d’abord par le taylorisme et la planification soviétique, ce projet scientiste prend aujourd’hui la forme d’une gouvernance par les nombres, qui se déploie sous l’égide de la "globalisation". La raison du pouvoir n’est plus recherchée dans une instance souveraine transcendant la société, mais dans des normes inhérentes à son bon fonctionnement.
Prospère sur ces bases un nouvel idéal normatif, qui vise la réalisation efficace d’objectifs mesurables plutôt que l’obéissance à des lois justes. Porté par la révolution numérique, ce nouvel imaginaire institutionnel est celui d’une société où la loi cède la place au programme et la réglementation à la régulation.
Mais dès lors que leur sécurité n’est pas garantie par une loi s’appliquant également à tous, les hommes n’ont plus d’autre issue que de faire allégeance à plus fort qu’eux. Radicalisant l’aspiration à un pouvoir impersonnel, qui caractérisait déjà l’affirmation du règne de la loi, la gouvernance par les nombres donne ainsi paradoxalement le jour à un monde dominé par les liens d’allégeance.

Quelles perspectives économiques pour 2014 ? Avec Olivier Delamarche, Philippe Bechade et Norman Palma au Cercle Aristote.


(0)
579 Vues
0 commentaire
19.12.2013

Olivier Delamarche, analyste des marché financiers, accompagné de Philippe Bechade, journaliste économique, et Norman Palma, philosophe et économiste, dressent un tableau de l'état actuel de l'économie-monde et tentent d'esquisser les scenarii économiques les plus probables pour l'année 2014.

Les statistiques font-elles la loi ? Avec Alain Supiot sur France Culture.


(0)
462 Vues
0 commentaire
14.05.2015

"Un gouvernement par les règles mais pas par les hommes" : tel était l’idéal de la cité grecque et demeure au-delà, l’horizon de toute démocratie. Mais les règles, que sont-elles au juste ? Elles sont certes faites par les citoyens mais en retour elles donnent corps au socius en le représentant. C’est ce qui fait la référence dogmatique du droit. 
Mais voici que le gouvernement est tenté de radicaliser cette dimension impersonnelle en substituant aux hommes des instruments "objectifs" de mesure, comme des statistiques ou des algorithmes.
C’est cette dérive qui menace aujourd’hui les institutions du droit, et c’est ce que dénonce l'ouvrage "La Gouvernance par les nombres" d'Alain Supiot, invité de l'émission.

Emmission "Esprit de justice", animée par Antoine Garapon.

Le coût du capital, la question qui change tout. Avec Laurent Cordonnier chez les Amis du Monde diplomatique à Grenoble.


(0)
407 Vues
0 commentaire
31.01.2014

Afin de justifier toutes sortes de réformes, médias et gouvernants se prévalent de leur disposition à bousculer les "archaïsmes" et à faire preuve de courage. Mais il s’agit toujours en définitive de réduire salaires et prestations sociales. Il existe pourtant bien un tabou pénalisant tous ceux qui souhaitent investir et créer de l’emploi : le coût prohibitif du capital.

Et si on fermait la Bourse ? Avec Frédéric Lordon chez Daniel Mermet.


(2)
411 Vues
0 commentaire
03.2010

Le sociologue démontre l'effet néfaste et contre-productif des bourses, même en temps que structure de levée de fonds pour les entreprises, ce qui était son rôle initial.

Quand la finance devient prééminente : SLAM ! Avec Frédéric Lordon sur Radio Aligre.


(0)
345 Vues
0 commentaire
03.2007

Comment l’actionnariat a-t-il pris le dessus sur l’économie ? Quel remède possible contre cette dictature de la puissance financière ?
L’économiste dissident Frédéric Lordon se propose de répondre à ces questions en revenant sur la généalogie du pouvoir financier, et en suggérant l’esquisse d’une solution : le SLAM, le Shareholder Limited Authorised Margin, ou, en bon français, la limite de marge actionnariale autorisée.

La crise : qu'en penser ? Avec Frédéric Lordon chez Daniel Mermet.


(0)
344 Vues
0 commentaire
10.11.2008

L'économiste hétérodoxe Frédéric Lordon répond à de nombreuses questions d'auditeurs à propos de la crise économique en cours, en abordant notamment les contraintes de structures induites par le capitalisme actionnarial et financier.

La Gauche a-t-elle mené une politique socialiste en matière économique ? Avec Laurent Mauduit sur Radio Aligre.


(0)
355 Vues
0 commentaire
20.12.2002

Un document intéressant qui, à la lumière de la défaite du 21 avril 2002, brosse un bilan sévère de l'expérience Jospin, et plus généralement des politiques de Gauche depuis les années 70. 
Il est important de rappeller que les gouvernements de Gauche, jusqu'ici, sont ceux qui ont le plus massivement privatisé, le plus ouvert l'économie française aux vents de la mondialisation, le plus mis les ouvriers français en concurrence avec les travailleurs des pays pauvres.
La Gauche a trahit le peuple !