L'Église et le ralliement. Avec Philippe Prevost chez E&R à Nantes.


(0)
119 Vues
0 commentaire
29.10.2016

Le lent et continu déclin de l’Église n’est pas la conséquence d’attaques extérieures contre lesquelles elle pourrait se défendre, comme elle l’a toujours fait. Le constat est bien plus grave : l’Église est rongée de l’intérieur et sa chute, commencée il y a plus d’un siècle, a été précipitée par trois causes que l’on peut identifier.
La "doctrine du ralliement" est née en 1892, lorsque Léon XIII demanda aux catholiques, qui dans leur grande majorité étaient monarchistes, de devenir républicains, pour des raisons électoralistes qu’il pensait favorables à l’institution. Mais l’enfer étant pavé de bonnes intentions, cette politique aboutit à la loi de 1905 séparant l’Église et l’État avec les suites que l’on connaît. Car la République n’était pas neutre, elle était laïque – on pourrait dire laïciste –, naturaliste, maçonnique et anti-catholique.
Pour des raisons similaires, le pape Pie XI condamna l’Action française en 1926. Cette condamnation d’un mouvement fédérant de nombreux catholiques préoccupés par les questions politiques permit l’essor de l’Action catholique, ensemble de mouvements créés par l’Église en direction de diverses catégories de la société – la JOC, Jeunesse ouvrière chrétienne, en est un des exemples les plus connus –, portés principalement par des laïcs et s’orientant rapidement à gauche de l’échiquier politique.
Le concile Vatican II acheva le déclin de l’Église. Convoqué entre 1962 et 1965 par le pape Jean XXIII dans le but affiché de procéder à son aggiornamento – littéralement sa mise à jour –, il consomma en réalité sa soumission aux vainqueurs idéologiques de la guerre, c’est-à-dire aux hérésies apparues entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle : modernisme, américanisme, œcuménisme.
Ce sont ces trois phases – et les liens qui les unissent – qu’analyse ici Philippe Prevost pour nous faire comprendre quel mal décime l’Église. Car ce n’est pas en épousant toujours plus le siècle, comme certains le préconisent, qu’elle se relèvera : elle doit au contraire s’élever au-dessus de lui, au risque de mourir.

Critique du travail historiographique d'Annie Lacroix-Riz, par Thierry Giraud.


(0)
133 Vues
0 commentaire
2016

L'historienne Annie Lacroix-Riz, qui a publié d'importants travaux sur l'histoire anti-républicaine et collaborationniste des élites françaises dans la première moitié du XXe siècle, prétend fonder son travail sur des sources irréfutables.
Qu'en est-il vraiment ? Ces sources, puisque sources il y a, sont-elles aussi sûres que cela ? Et les règles de base de la méthodologie historique sont-elles respectées ?

La réconciliation des catholiques et de la République pendant la Grande Guerre. Avec Jean Sévillia sur Radio Courtoisie.


(0)
156 Vues
0 commentaire
11.11.2014

Pour nos générations nées en temps de paix et baignées dans l’idée européenne, comment comprendre que des millions d’hommes aient bravé la mort pour défendre leur patrie pendant la Grande Guerre ?
Pourtant, c'est bien à la réconciliation de deux Frances que nous avons assisté : le patriotisme était alors fortement intériorisé à l’école de la République comme à l’école catholique, et le conflit armée permit aux français de toutes tendances de se retrouver dans l'enfer des tranchées.
En compagnie de l'historien Jean Sévillia, retour sur ces retrouvailles tragiques, première étape du processus de "brutalisation politique des sociétés européennes" (George Mosse).

Histoire de l'anti-parlementarisme en France. Avec Jean Garrigues et Jean-Claude Caron sur France Culture.


(0)
161 Vues
0 commentaire
22.05.2013

Qui sont les adversaires désignés des "chéquards", des "ventrus", des "cumulards" ? Veulent-ils abolir le régime parlementaire ou le réformer ? Jean Garrigues et Jean-Claude Caron interrogent ce qui donne corps à l'antiparlementarisme de la Restauration à nos jours.
Qu'il soit d'extrême gauche ou d'extrême droite, voire qu'il provienne des députés eux-mêmes, il est à la fois plastique et composée d'invariants : démocratie directe, pouvoir de la rue...
Ce registre appartient-il à un passé révolu ou résonne-t-il avec le temps présent ?

Le Général Boulanger : quel populisme ? Avec Bertrand Joly sur France Culture.


(0)
280 Vues
0 commentaire
14.05.2016

Puisqu'il est tellement question dans toutes les gazettes et dans bien des conversations – à vrai dire non sans raison – de la montée actuelle des populismes en Europe et aux Etats-Unis, l’envie apparaît d’aller scruter pour comparaison le moment du boulangisme, en France, dans les années 1880.
On voit en effet surgir alors, dans notre pays, une vague puissante portant un rejet de la démocratie représentative telle que pouvait la pratiquer la toute jeune Troisième République. A telle enseigne que le régime sembla tout près d’en être emporté.
Longtemps on a surtout parlé du populisme pour cette époque à propos des Etats-Unis. Mais les diverses composantes du phénomène, tel qu’on l’entend aujourd’hui, se retrouvent dans le cas du boulangisme.
Réaction brutale à une crise économique, à un malaise social, à une frustration nationale, tout cela accompagné d’une mise en cause morale des élites dirigeantes, qu’elles soient parlementaires, intellectuelles, médiatiques ou économiques.
On peut en même temps ajouter que ce précédent protège contre tout fatalisme désabusé. Car la Troisième République ainsi violemment bousculée, a trouvé dans ce défi finalement surmonté la chance d’une consolidation paradoxale et l’occasion d’un nouveau départ.
Bertrand Joly nous parle de ce temps où le général Georges Boulanger, le beau militaire à la barbe blonde, a paru sur le point de faire renaître en France un nouveau régime autoritaire.

Émission "Concordance des temps", animée par Jean-Noël Jeanneney.

Bernanos et Pétain, par Henri Guillemin


(0)
589 Vues
0 commentaire
1980

Un entretien passionnant avec Henri Guillemin où sont évoquées successivement les trajectoires de l'écrivain Georges Bernanos et du Maréchal Philippe Pétain.
Ces destins croisés nous replongent dans l'étrange ambiance de l'entre-deux-guerres en Europe, et plus particulièrement en France. Sans une étude approfondie de cette séquence historique, la compréhension de la défaite de juin 40 et de la mise en place du régime de Vichy semble impossible.

La conversion politique. Jacques Doriot, le PPF et la question du fascisme français. Avec Laurent Kestel sur France Culture.


(0)
863 Vues
0 commentaire
14.07.2012

Comment devient-on fasciste ? Qu’est qu’un "parti fasciste" ? Existe-t-il un fascisme français ?  
Laurent Kestel tente de répondre à ces questions en retraçant l'histoire de Jacques Doriot, fondateur du Parti Populaire Français, le PPF.

Le rôle du décret Crémieux dans la détérioration des relations franco-arabes, par Philippe Ploncard d'Assac.


(0)
344 Vues
0 commentaire
08.12.2012

Une conférence pendant laquel Philippe Ploncard d'Assac, de son point de vue de nationaliste français, décortique avec force détails le rôle de la IIIe république dans la colonisation de l'Algérie et la perfidie du décret Crémieux.
Un exposé partial, mais qui permet de comprendre la constance de certaines alliances politiques.