Notes de lecture, par Michel Drac.


(1)
3145 Vues
0 commentaire
2017

Michel Drac, analyste politique et prospectiviste bien connu, s'arrète sur quelques livres importants qui parlent de notre époque, de ses dérives et qui donnent une idée de la dynamique historique qui est la notre.

Curée de campagne. Avec Pierre-Yves Rougeyron pour le Cercle Aristote.


(0)
146 Vues
0 commentaire
2017

Du début de la campagne électorale de l'élection présidentielle jusqu'au deuxième tour des législatives 2017, les citoyens français seront appelés à renouveler leurs représentants.
Alors que les idées souverainistes continuent de gagner du terrain, l'offre politique va-t-elle suivre cette demande ? Les classes dirigeantes, majoritairement opposées à l'indépendance française, arriveront-elles à conserver leurs prébendes ?
Pierre-Yves Rougeyron commente pour nous, semaines après semaines, l'évolution des rapports de forces du monde politique français.

La fin de l'Etat de Droit, par Jean-Claude Paye.


(0)
29 Vues
0 commentaire
2008

Les attentats du 11 septembre 2001 ont été l'occasion d'un bouleversement du droit aux Etats-Unis et en Europe. Patriot Act, décision-cadre européenne et autres lois de sécurité intérieure s'attaquent aux libertés fondamentales associées à l'Etat de droit. Généralisant les procédures d'exception, neutralisant les garanties constitutionnelles, elles organisent une surveillance globale des populations. La définition qu'elles donnent de l'acte terroriste laisse la place à toutes les interprétations, permettant de criminaliser les mouvements de contestation, en particulier altermondialistes.
La conférence de Jean-Claude Paye, sociologue, fait un bilan détaillé de cette mutation du droit et tente de dégager les logiques qui y sont à l'œuvre. Il met en évidence un véritable changement de régime politique, l'état d'exception permanent se substituant à l'Etat de droit. Et, éclairant le rôle moteur des Etats-Unis dans ce processus, il montre comment, en réorganisant à leur profit les relations internationales, ils mettent en place une structure impériale où la suspension du droit acquiert un caractère constituant.

Démondialiser. Avec Aurélien Bernier aux Conférences Utopia.


(0)
41 Vues
0 commentaire
10.01.2017

Comment ne pas voir que toutes les "crises" économiques, environnementales et démocratiques, ainsi que les dérives identitaires –du terrorisme à l’extrême-droite–, ne sont que le résultat d’un seul et même processus : celui de la mondialisation et de la financiarisation de l’économie, provoquant un désastre économique, social, culturel et verrouillant l’ordre international ?
Partout dans le monde, les luttes sociales se heurtent au libre-échange, au chantage aux délocalisations et à la fuite de capitaux. En l’absence de perspective de sortie "par la gauche" de cet engrenage, les nombreuses victimes de cette mondialisation se résignent ou choisissent la stratégie du pire.
Pour ne pas sombrer petit à petit dans le chaos et redonner de l’espoir, il faut démondialiser. Non pas pour défendre un capitalisme national, mais pour mettre en œuvre un projet politique de rupture qui repose sur trois piliers : la démondialisation pour rompre avec le capitalisme, la décroissance pour répondre aux crises environnementales et la coopération internationale pour renouer avec l’idée de justice sociale au sens le plus global.
Le travail d'Aurélien Bernier contribue à engager une nouvelle bataille des idées pour lutter contre l’extrême-droite et le terrorisme, mais aussi pour combattre le fatalisme qui conduit à la soumission, à l’abstention et au désengagement. Il vise également à dépasser le débat opposant à gauche nation et internationalisme.

Après l'intervention principale, les discutants David Cayla et Dany Lang, économistes et membres du collectif des Économistes atterrés, répondent aux thèses avancées.

La puissance militaire de la France en questions. Avec Henri Bentégeat chez Régis Debray sur France Culture.


(0)
70 Vues
0 commentaire
18.11.2016

Pourquoi assiste-t-on, de nos jours, à l’effacement de l’institution militaire en France ? Pour en parler, Régis Debray reçoit Henri Bentégeat, général d'armée et ancien chef d’état-major des armées françaises.
Car l'armée, en plus des récentes dérives technocratique et économissiste, vit une époque marquée par l'occultation des valeurs traditionnelles liées à la guerre.
Dans ces conditions, que peut-on attendre de cette institution traditionnelle et républicaine par excellence qu'est l'armée française ?

Emission "Les Discussions du soir", animée par Régis Debray.

Sarkozy a-t-il mené une politique de puissance ? Débat entre Christian Harbulot et Alexandre Del Valle sur Enquête&Débat.


(0)
69 Vues
0 commentaire
14.05.2012

Les nations d'Europe ont oublié la composante principale permettant de mettre en oeuvre une politique : la puissance.
Deux analystes bien connus s'interrogent sur la présidence Sarkozy et tentent d'en faire le bilan : la France est-elle plus forte et plus indépendante après les 5 ans qu'il a passés à l'Elysée ?

L'enseignement au service du mondialisme. Avec Pascal Bernardin à l'Action Familiale et Scolaire.


(0)
820 Vues
0 commentaire
19.11.2011

Pascal Bernardin est un auteur particulièrement compétent dans la dénonciation du projet mondialiste en ce qui touche la mise en place progressive mais obstinée, lente et sûre, des principes, ou plus exactement des idéologies et utopies qui animent les cénacles de décideurs se réunissant régulièrement à l’échelon supranational depuis des décennies, et qui formatent l’état d’esprit général de nos élites toujours plus nomades et cosmopolites.
Cntrairement à ce que certains négateurs de tout agenda occulte — notion qui implique une volonté délibérée et partagée — ont l’air de supposer, préférant ne voir partout à l’œuvre que des processus anonymes et non-voulus (financiers, économiques, sociologiques, psychologiques, culturels,…) qui échappent par définition à toute responsabilité, l’esprit de consensus mou que dénonce entre autres Pascal Bernardin n’est pas, ainsi que celui-ci l’a bien observé, réductible à un regrettable "habitus" psycho-sociologique inhérent à toute technocratie gestionnaire, où qu’elle soit et d’où qu’elle vienne.
Il est au moins curieux, en effet, de constater à quel point, dans le cas d’espèce, cet "esprit" de consensus entre en résonance avec l’utopie visionnaire progressiste et mondialiste qui imprègne les travaux de ceux des distingués représentants de la technocratie gestionnaire sélectionnés pour agir à l’échelon supranational.
C’est donc cette sélection, et non la seule complexion des intéressés, qui permet d’expliquer l’orientation systématiquement prédéterminée de leurs travaux dans le sens de l’édification patiente d’une spiritualité globale planétaire.
Bref, il n’est pas dans l’essence de la technocratie gestionnaire de générer spontanément un projet conforme à telle utopie visionnaire. Ce n’est là qu’un accident qui l’affecte, et dont la cause vient nécessairement d’ailleurs.
Les techniques de subversion des mentalités semblent ne plus receler de secrets pour Pascal Bernardin : elles sont rendues apparentes, sinon transparentes, par ses travaux, aussi bien dans le domaine de l’enseignement (Machiavel pédagogue), sur lequel il revient tout spécialement au cours de cette conférence, que dans celui de l’écologie (L’Empire écologique) ou de la religion (Le Crucifiement de Saint Pierre), trois leviers aussi subtils que déterminants dans l’instauration, à terme, d’une spiritualité globale, au service d’un Nouvel Ordre Mondial s’en prenant d’abord aux intelligences, qu’il cherche à neutraliser, et aux âmes, qu’il entend séduire.
Finalement, devant des faisceaux d’indices aussi accablants, nous sommes bien forcés d’admettre que le voile se déchire : l’évidence d’un plan s’impose avec la force d’une certitude mathématique, ce qui n’est sans doute pas sans rapport avec la formation de Pascal Bernardin, ancien élève de Polytechnique, et sa méthode, aussi rigoureuse que méticuleuse.

Pourquoi tant de haine médiatique ? Avec François Asselineau, Dominique Pagani et Bruno Drweski à la Librairie Tropiques.


(0)
194 Vues
0 commentaire
23.03.2017

Pourquoi François Asselineau, du simple fait qu'il se présente à l'élection présidentielle, suscite-t-il, plus que tout autre, cette haine rabique de la part des médiateurs appointés par la classe dirigeante ?
L'idée de cette soirée est d'instruire le procès en mauvaise foi et ignorance (manipulée et manipulatrice) des médias qui à l’instar de Radio France, ont eux-même engagé un très violent procès en "hérésie conspirationniste" contre François Asselineau.
Il nous a donc semblé utile et important de donner l’occasion à François Asselineau d’exprimer et argumenter ses positions, jusques et y compris son hostilité profonde à la construction européenne atlantiste et à tout ce qui s’ensuit (Euro, OTAN, commission de Bruxelles, etc.).
L’objet du débat sera également de lui opposer des objections politiques ou méthodologiques, et c'est Dominique Pagani et Bruno Drweski qui, en tant qu'intellectuels marxistes, s'y collent !