Athènes et la théorie politique : entre oubli, usage métaphorique et réflexion théorique. Avec Yves Sintomer au Collège de France.


(0)
54 Vues
0 commentaire
16.05.2017

"La Grèce antique est la plus belle invention des temps modernes", écrivait Paul Valéry. Au cœur de cette invention réside une forme singulière d'organisation de la vie collective qui incarnerait la singularité de l'expérience grecque : la cité.
Yves Sintomer s'interroge sur l'utilisation qui a été faite de la cité (polis) comme objet théorique et figure imaginaire dans la pensée politique contemporaine. 
Il est évidemment tout d’abord affaire de pratiques politiques : parce qu'elle reposerait sur la mise en commun des paroles dans un espace où des égaux discutent et décident librement ensemble, la polis antique offrirait, à en croire une partie de la philosophie politique contemporaine, des ressources précieuses pour penser notre présent politique.
Mais cette expérience politique est indissociable d’une manière spécifique de faire commun, faite de gestes, manières de percevoir, attitudes et comportements. En ce sens, la polis est aussi l'emblème d'une "forme de vie", dans laquelle se réaliserait une politique authentique.
Les implicites théoriques d'une telle conception de la cité, à l’œuvre aussi bien chez Castoriadis que dans les travaux récents des historiens de la cité classique, sont au cœur de cette intervention.

L'Etat et les banques : 5 ans après, le hold-up continue. Avec Etienne Chouard et Myret Zaki à la Fonderie Kugler à Genève.


(0)
164 Vues
0 commentaire
11.02.2017

Cinq ans après leur première rencontre, Myret Zaki, rédactrice en chef du magazine économique suisse "Bilan" et Étienne Chouard, professeur, blogueur et militant politique français, se retrouvent pour faire le point sur la situation des relations entretenues entre l’état et les banques.
Finance de l’ombre, risques systémiques, initiatives monnétaires, banques centrales, keynésianisme, démocratie, constitution, élections, tirage au sort : autant de sujets passionnants qui sont abordés pendant cette longue discussion.
Le seconde partie de la rencontre consiste en une série de questions-réponses avec le public.

Les élections présidentielles, en France, sont-elles démocratiques ? Débat entre Etienne Chouard, Jean Lassalle et Philippe Pascot pour le Cercle des Volontaires.


(0)
150 Vues
0 commentaire
12.2016

Ce débat réunit Jean Lassalle, député de la 4ème conscription des Pyrénées-Atlantiques et candidat aux élections présidentielles de 2017, Étienne Chouard, blogueur et promoteur de l’idée d’une Constituante écrite par et pour le peuple, et Philippe Pascot, pourfendeur de la corruption de nos élus.
Ensemble, ils s'interrogent sur les limites de la 5ème république, et les solutions qui pourraient être mises en place dans le cadre d’une réforme (d’une révolution ?) de nos institutions politiques.
Si les intervenants sont plutôt d’accord sur le constat, notamment sur le fait que la "démocratie représentative" ne fonctionne plus, les avis diffèrent concernant les remèdes à apporter au mal...

La représentation et l'avenir des institutions. Avec Bernard Manin à l'Assemblée nationale.


(0)
304 Vues
0 commentaire
29.05.2015

Des démocrates athéniens à Montesquieu, d'Aristote à Rousseau, personne ne songeait à faire de l'élection l'instrument démocratique par excellence. Démocratie n'équivalait pas à gouvernement représentatif : c'est le tirage au sort qui paraissait le plus apte à respecter l'égalité stricte des candidats.
Que s'est-il passé au tournant du XVIIIe siècle, en Europe et aux Etats-Unis, pour que se renverse cette conception multiséculaire et pour qu'advienne l'idée qu'une démocratie est, par essence, un gouvernement représentatif ?
Bernard Martin montre que le système représentatif n'a pas pour seule fonction de permettre au peuple de se gouverner lui-même.
Le gouvernement représentatif mêle en fait des traits démocratiques et aristocratiques. L'élu n'est jamais le double ni le porte-parole de l'électeur, mais il gouverne en anticipant le jour où le public rendra son jugement.

Les autres voies de la démocratie : une perspective d'histoire globale. Avec Yves Sintomer à l'Université de Montréal.


(0)
331 Vues
0 commentaire
25.02.2015

La question démocratique est généralement abordée de deux façons. La première pense que la démocratie représentative développée en Europe occidentale et en Amérique du Nord a vocation à s’étendre peu à peu à l’ensemble de la planète. La seconde pense que certaines cultures ne sont pas réceptives à la démocratie.
Or, les travaux récents d’histoire globale et d’histoires connectées imposent un décentrement du regard, sur la base d’une historicité polycentrique et plus complexe. L’avance de l’Occident est relativisée par une prise en compte du long terme, par une réévaluation des modes de développement non-occidentaux et par la mise en avant de différences fortes à l’intérieur du monde occidental.
En s’appuyant sur cette nouvelle historiographie, comment peut-on analyser globalement la démocratie en ce début de XXIème siècle ?

Distinguons les différents usages possibles du tirage au sort. Par Etienne Chouard sur le LibreTeamSpeak.


(0)
417 Vues
0 commentaire
02.10.2011

Après une courte introduction destinée à présenter l'outil démocratique du tirage au sort et ses différents modes d'application, le champ est libre pour un jeu de questions/réponses où les auditeurs du LTS peuvent porter la contradiction à Etienne Choaurd.

Démocratie fatiguée : quelles solutions ? Avec Etienne Chouard et David Van Reybrouck à Bruxelles.


(0)
442 Vues
0 commentaire
18.04.2014

Le français Etienne Chouard et le belge David Van Reybrouck débattent autour des idées de démocratie participative et des modalités du tirage au sort.
Cette rencontre est intéressante en ce qu'elle permet de confronter deux visions démocrates radicales qui se sont formées dans un grand pays centralisé pour l'une, et dans une petite fédération pour la seconde.

La création monétaire et les abus de pouvoir. Avec Etienne Chouard sur Culture Libre.


(0)
362 Vues
0 commentaire
03.2011

Le problème de la création monétaire est ici abordé dans toutes ses composantes et ses implications : la dette, l'impôt, le gouvernement représentatif comme condition de possibilité et la démocratie réelle comme antidote.