Polémologie et géopolitique : notes de lecture, par Michel Drac.


(0)
1234 Vues
0 commentaire
2018

Michel Drac, analyste politique et prospectiviste bien connu, s'emploie ici à dégager les lignes de forces des affrontements internationaux contemporains.
Les divers acteurs, les tendances lourdes et la structuration des conflits diplomatiques, des jeux d'influence et des conflits armés sont étudiés avec plusieurs notes de lecture sur des ouvrages consacrés à ces questions.

Gilets Jaunes, mensonges du capital et impostures citoyennes. Avec Francis Cousin pour le groupe Aufhebung !


(0)
117 Vues
0 commentaire
18.12.2018

Qu'est-ce que la démocratie ? Contrairement à ce qu'on veut nous faire croire dans toutes les écoles de dressage citoyenniste du Capital, la démocratie ce n'est pas un concept neutre qui se rattacherait à un autre concept neutre qui serait le peuple. Car l'histoire de la démocratie, c'est l'histoire de l'oppression, de l'exploitation et de la valeur d'échange.
Francis Cousin nous apporte son éclairage sur l'évolution du mouvement des Gilets Jaunes qui, d'une colère sociale appelant l'abolition d'un système inhumain, tend à perdre son caractère révolutionnaire en empruntant des pistes citoyennistes (Referendum d'Initiative Citoyenne et revendications constituantes).

Macron, Gilets Jaunes et terrorisme : chroniques de l'impuissance publique. Avec Pierre-Yves Rougeyron sur TV Libertés.


(0)
153 Vues
0 commentaire
15.12.2018

Ils ont fait la Une de tous les journaux depuis plus d’un mois, les gilets jaunes sont partout. Sur les ronds-points, aux péages, dans les villes et à Paris. Pour contenir le mouvement, l'exécutif a déployé un dispositif policier record. Quelques jours plus tard, la terreur secoue une nouvelle fois la France. Mardi soir, le célèbre Marché de Noël de Strasbourg, déjà cible d'un attentat avorté en 2000, est attaqué par Chérif Chekatt, un criminel fiché S déjà précédemment condamné à 27 reprises.
Comment analyser ces deux événements prédominants ? Le gouvernement a-t-il profité de l’actualité au détriment des gilets jaunes ? Quelles conclusions tirer de l’action des pouvoirs publics ? Les institutions protègent-elles encore les citoyens, ou sont-elles trop occupées à jouer leurs propres survies ?

Émission "Samedi Politique", animée par Élise Blaise.

Le langage de l'empire. Avec Domenico Losurdo sur Radio Galère.


(0)
73 Vues
0 commentaire
11.12.2013

Le travail que nous présente Domenico Losurdo vise à démasquer l'idéologie dominante de la puissance dominante. Terrorisme, fondamentalisme, anti-américanisme, haine de l'Occident, complicité avec les islamistes et les antisémites : telles sont les armes que brandit l' " Empire du Bien" pour diaboliser tour à tour ses adversaires et mieux procéder ensuite à leur anéantissement.
Fondée par des propriétaires d’esclaves, des massacreurs d'Indiens et des théoriciens de la suprématie blanche, la prétendue " plus ancienne démocratie du monde " (Clinton) s'est toujours érigée en donneuse de leçons et en gendarme du monde. De nos jours, de Reagan à Obama, d'Abou Ghraib à Guantanamo, de la terreur nucléaire à l'agent orange, du soutien aux régimes fascistes aux enlèvements arbitraires de la CIA, de l'espionnage à la propagande, quiconque entend s'opposer à la puissante machine de guerre étasunienne devient automatiquement l'ennemi de la paix et de la civilisation.

De quoi Mai 68 est-il le nom ? Avec Robert Steuckers et Jean-Michel Vernochet pour E&R à Lille.


(0)
154 Vues
0 commentaire
28.04.2018

Mai 68 fut une véritable révolution et non un chahut d'étudiants. Une révolution mondiale qui à, l'opposé de 1917, a pleinement réussi et vu le triomphe posthume de Trotsky. À savoir l'échec du marxisme-léninisme qui avait érigé la classe ouvrière en idole messianique. Le joli mois de Mai consacra, lui, les théories freudo-marxistes d'Herbert Marcuse et ultra libérales de Milton Friedman, les Écoles de Francfort et de Chicago s'étant combinées pour former un mélange détonnant et changer la face du monde.
Les minorités agissantes devinrent les forces subversives porteuses de l'assomption eschatologique. Le messianisme révolutionnaire n'a en vérité jamais visé l'émancipation des hommes, mais uniquement la destruction de l'ordre existant. La révolution libérale-libertaire, elle, conduit à l'élimination des classes laborieuses par le déclassement et le chômage de masse.
Cinquante ans après, les protagonistes de l'émeute soixante-huitarde, trotskistes et maoïstes, sont devenus les grands passeurs de l'hédonisme californien, se faisant les agents les plus actifs de l'américanisation du vieux continent et au-delà, de sa tiers-mondisation. Ils furent aussi généralement d'ardents promoteurs idéologiques des guerres destinées, au nom de la Démocratie et des Droits de l'Homme, à diffuser le monothéisme du marché, nouvelle religion annonciatrice d'une gouvernance mondiale en progestation assistée. Tous ou presque occupent aujourd'hui des postes de contrôle politiques, culturels, universitaires, médiatiques d'où ils ont avec succès engagé la grande mutation du paradigme sociétal et culturel du monde occidental. Soit la négation absolue de toutes les références métaphysiques ayant servi, jusqu'à ce jour, de base à la civilisation.

Le grand complot. Avec Laurent Guyenot et Damien Viguier pour E&R à Ferney-Voltaire.


(0)
122 Vues
0 commentaire
30.04.2016

Entre la confiance béate dans la propagande médiatique et le délire autour du complot extra-terrestre, il y a place pour une analyse approfondie des phénomènes.
Un historien médiéviste, Laurent Guyénot, et un juriste, Damien Viguier, exploreront quelques thèmes :
 - histoire profonde du conflit entre Orient et Occident : le complot des croisades et le choc des civilisations ;
 - le cas exemplaire du complot national-socialiste dans le procès de Nuremberg ;
 - le projet sioniste, ses fins et ses moyens, de la Bible à JFK ;
 - le nouvel ordre mondial dans la philosophie politique et dans l’imaginaire.

Terrorisme, crime contre l'humanité : tribunal de l'histoire. Avec Damien Viguier pour E&R à Dijon.


(0)
92 Vues
0 commentaire
17.12.2017

Le droit européen avait admis que l’une des prérogatives de l’État souverain était celle de faire la guerre, le ius belli. Pour encadrer ce droit, s’y était ajouté le droit de la guerre, le ius in bello, qui séparait les militaires des civils. Ainsi, les choses étaient claires : un soldat pouvait tuer un ennemi sans être un assassin, mais il devait épargner les femmes, les vieillards et les enfants, respecter les prisonniers du camp adverse et obéir aux ordres.
Mais l’utopie de la paix éternelle dans un monde globalisé a renversé ce que le droit avait tenté de mettre comme sagesse dans la barbarie humaine. Aujourd’hui la guerre conduite selon la loi de la guerre est devenue crime de guerre, alors que le terrorisme, c’est-à-dire l’introduction des civils dans la guerre, brouillant la séparation qui tendait à protéger les populations, est érigé en résistance dès lors que les "instances internationales" reconnaissent à ses auteurs de mener une "guerre juste". Les populations encouragées à se soulever ne sont plus protégées, mais au contraire placées au centre du conflit.
Et alors que la guerre traditionnelle d’État à État a été mise hors la loi, c’est paradoxalement en reconnaissant l’organisation terroriste comme État que la communauté internationale va réintégrer dans le droit des terroristes qui devraient être jugés, selon l’ordre ancien, en criminels.
À l’inverse, la lutte contre le terrorisme, désignée par les instances internationales comme "crime contre l’humanité" lorsque cela va dans le sens de leur projet, va alors servir d’alibi pour renforcer le droit international, outil du nouvel ordre mondial, dans un mouvement cyclique et dialectique : "Par un renversement total, c’est le droit international qui est devenu un instrument du terrorisme."

Dans la trajectoire de Marx et de Debord. Avec Francis Cousin pour E&R à Nantes.


(0)
161 Vues
0 commentaire
16.06.2018

Contre toutes les falsifications du spectacle marchand, Francis Cousin nous propose ici, en deux temps, de comprendre l'actualité radicale de la grève sauvage historique de 1968 et de saisir les enjeux contemporains du terrorisme étatique de la crise de l'économie politique.
Un jalon de conscience vraie surnageant dans l'océan des fausses représentations du fétichisme de la marchandise...