Hors-champs. Avec Annie Le Brun sur France Culture.


(0)
60 Vues
0 commentaire
03.10.2011

Le surréalisme et sa fureur de vivre et de créer : c'est d'abord dans ce milieu qu'Annie Le Brun s'est construite, en compagnie d'André Breton d'abord, et de beaucoup d'autres ensuite. Elle revient sur ces années follement poétiques pour nous aider à comprendre la démarche de cette avant-garde ayant laissé une empreinte si particulière dans le monde des arts et des lettres françaises.
Annie Le Brun détaille ensuite le travail qu'elle a mené sur l'oeuvre de Sade - d'abord une commande de Jean-Jacques Pauvert - et le choc que fut la rencontre d'un penseur si radical et si particulier.
Un entretien passionnant qui donne à Annie Le Brun une nouvelle occasion de se moquer du ridicule de notre temps et de s'’insurger contre les insuffisances de notre société.

Une émission animée par Laure Adler.

Tristan Tzara, l'homo poeticus (1896-1963). Avec Henri Béhar, Catherine Dufour, Serge Fauchereau et Michel Carassou sur France Culture.


(0)
29 Vues
0 commentaire
06.02.2016

Il y a un siècle, en février 1916, naissait à Zurich le mouvement dada. Son principal orchestrateur ? Un roumain de 20 ans qui s'était mis en tête de tout détruire. Des arts au langage, en passant par la religion et bien sûr la guerre...
Tristan Tzara n'a dès lors cessé de mener sa révolution, tambour battant, tant au sein de dada que du groupe surréaliste, qu'aux côtés des communistes, voire en solitaire.
Mais que sait-on finalement de l'homo poeticus (dixit Henri Béhar) Tristan Tzara ? Celui qui a détruit la langue française pour la reconstruire dans un même mouvement et qui aura voué sa vie à la poésie n'a jamais cessé d'appartenir à l'histoire littéraire.

Émission "Une vie, une oeuvre", animée par Perrine Kervran.

Pierre Drieu la Rochelle (1893-1945). Avec Stéphane Guégan au Collège des Bernardins.


(0)
315 Vues
0 commentaire
05.10.2016

Ecrivain à la fois romantique et post-moderne, socialiste et fasciste, européen et nationaliste, pilier de la NRF, Drieu fascine. Il est séducteur, fantasque et tellement talentueux. Des tranchés à Doriot, premier parcours d'un jeune Européen aux valises pleines.

Une conférence proposée par l'Observatoire de la modernité.

Marxisme et romantisme. Avec Michael Löwy aux "Espaces Marx" à Paris.


(0)
707 Vues
0 commentaire
15.10.2011

Le romantisme peut être défini -dans les termes marxistes- comme une révolte contre le capitalisme, faite au nom de valeurs pré-capitalistes (destruction de la qualité par la quantité).
Cette tendance s'est souvent intégrée au mouvement révolutionnaire.
Est-il pour autant possible d'adjoindre les visions du mondes marxistes et romantiques sans friction ? Un romantisme révolutionnaire dénué d'ambiguïté est-il envisageable ?

Interview de Jorge Luis Borges par Georges Charbonnier sur France Culture.


(0)
1139 Vues
0 commentaire
03.1965

Bibliothécaire, écrivain et poète, Jorge Francisco Isidoro Luis Borges Acevedo est né à Buenos Aires en Argentine le 24.08.1899.
Cet entretien revient sur son parcours, sa formation littéraire et son rapport à différents mouvements artistiques du XXe siècle.

Entretien avec Julien Gracq sur France Culture.


(0)
653 Vues
0 commentaire
1959

Cet entretien -rare- accordé par Julien Gracq nous permet d'en apprendre un peu plus sur son enfance et sur la genèse des ses écrits.

Emission "Tous les plaisirs du jour sont dans la matinée".

Entretien d'André Breton avec André Parinaud.


(0)
682 Vues
0 commentaire
06.1950

André Parinaud interroge André Breton à son retour des États-Unis pour faire le point sur la situation du mouvement surréaliste. L’époque culturelle était alors «stalinienne » et il n’existait aucune revue du mouvement.

Le surréalisme : lumières et ombres. Avec Jacqueline Chenieux-Gendron et Jean Clair à Répliques sur France Culture.


(0)
871 Vues
0 commentaire
19.07.2003

Jean Clair, pour quoi le surréalisme est "le seul mouvement d'avant-garde à avoir acquis un succès populaire et durable", se propose d'en dévoiler la part d'ombre.
Les oeuvres produites par ce mouvement laissent transparaître un gout de la violence certain, un attrait pour l'irrationnel et la mystique de masses qui reproduiraient à une échelle groupusculaire les méthodes totalitaires.
C'est cette position que va combattre Jacqueline Chénieux-Gendron en prenant le parti de défendre cet héritage artistique.