Triangulation, repères pour des temps incertains. Avec Michel Drac pour Scriptoblog.


(0)
524 Vues
0 commentaire
10.2015

Michel Drac présente ici les grands thèmes de son dernier livre et propose, comme à son habitude, de dégager les grandes tendances actuelles dans les domaines politique, géopolitique et économique.Entre prospective et futurologie, Michel Drac y évoque la typologie des idéologies impériales, la crise du mondialisme néolibéral, la crise économique et la dislocation géopolitique, la dimension religieuse du mondialisme, l'étude de la psychosociologie d’une possible religion mondialiste, et l’impérialisme face aux religions.

Index chronologique :
 00:00 : introduction
 01:20 : triangulation, trois approches croisées (politique intérieure et stratégie de la tension ; géopolitique ; économie)
 04:30 : l’Empire
 06:10 : crise de l’euro
 09:50 : phases de dislocation systémique (démarrage de la crise, prolongation artificielle du système par accroissement de la prédation du centre vers la périphérie, fin de la prolongation artificielle et écroulement), exemple de l’empire romain
 13:45 : analyse prospective (fin de l’hégémonie américaine, dislocation géopolitique et émergence d’un contre empire)
 19:35 : théorie de l’équilibre des puissances, dimension mystico–religieuse et typologie des idéologies impériales, permanence et impermanence des acteurs et/ou du système, l’impérialisme face aux religions, exemple des élites romaines
 23:10 : République française et scénarios

La Comédie Économique de Houellebecq. Avec Emmanuel Dion pour Scriptoblog.


(0)
349 Vues
0 commentaire
2011

La thèse développée par Emmanuel Dion repose sur un constat, formulé par le personnage principal de Plateforme : "L’économie est un mystère". Ce mystère, on peut le voir comme un mystère tragique, mais aussi comme un mystère comique. Il devient alors une scène : la scène d’une nouvelle Comédie Humaine, que Houellebecq a magnifiquement su décrire.
Partant d’une lecture précise de l’œuvre romanesque de Michel Houellebecq pour en extraire d’abord l’essence anthropologique, puis le contenu économique et managérial, Emmanuel Dion s'appuie sur les passages que l’auteur a consacrés à la vie des cadres moyens, au fonctionnement des entreprises, aux coulisses de la gestion, et en propose une lecture structurée autour d’une idée : non, Houellebecq n’est pas manipulateur, c’est au contraire un auteur d’une honnêteté intellectuelle rare. Non, ce n’est pas un auteur nihiliste, c’est un auteur aussi humaniste qu’on peut le rester une fois débarrassé de toutes ses illusions au sujet de l’homme.
Il faut pouvoir lire à plusieurs niveaux ce Molière de notre époque, observer avec lui les Précieuses Ridicules des "boîtes de com", les Monsieur Jourdain des grandes entreprises, et les Tartuffe du consulting, pour réaliser pourquoi il a pu être successivement adulé et honni, en étant souvent si mal compris.

Diviser pour régner. Avec Vincent Chapin pour Scriptoblog.


(0)
432 Vues
0 commentaire
2010

La destruction des liens symboliques entre les hommes attise la haine et la xénophobie. En de telles circonstances, la lutte contre les discriminations semble rendre possible une société multiculturelle, tolérante et ouverte.
Illusions. Ces mots sont en réalité ceux de l'idéologie libérale. Leur seule fonction véritable est la réalisation d'un marché du travail libre et non faussé, pour une exploitation maximale de la main d'œuvre, pour une humanité de consommateurs. La lutte contre les discriminations est un dispositif de domination, qui brise les liens existants non conforme au marché : il s’agit de diviser pour régner. Les valeurs n'y ont aucune place ; seuls sont réels les rapports de force.
Vincent Chapin propose un changement de paradigme à ceux qui refusent l’emprise de ce Système. Rupture avec les perspectives de la tradition de droite, axée sur une perception biologique de la pluralité humaine ; mais rupture aussi avec les perspectives de la tradition de gauche, qui se trouve désormais recyclée dans l'ingénierie sociale capitaliste. Nous devons nous unir pour résister, non en réconciliant les traditions politiques du passé, mais en les dépassant.
Le tissage des sociétés humaines, c'est le lien. Et le lien ne se réduit pas aux libres contrats : c'est la langue, les symboles, les histoires. Une pensée de l'homme qui permette une résistance efficace au totalitarisme contemporain sera, nécessairement, une pensée du lien. C’est précisément pour l’interdire que le Système conduit une très fumeuse "lutte contre les discriminations" : cette lutte est, en fait, menée contre de nouvelles encyclopédies, encore à construire. Libérons-nous de l’emprise sournoise de ce discours en trompe-l’œil : écrasons l’infâme !