De Gaulle, Pétain, la France. Avec Eric Zemmour et Paul Thibaud à Répliques sur France Culture.


(0)
55 Vues
0 commentaire
17.11.2018

La France décidément n'en a pas fini avec Pétain. Lors de son itinérance mémorielle, organisée pour célébrer le centenaire de la fin de la Grande guerre, Emmanuel Macron a déclaré "Le maréchal Pétain a été pendant la première guerre mondiale aussi un grand soldat, c'est une réalité de notre pays c'est aussi ce qui fait que la vie politique comme l'humaine nature sont parfois plus complexes que ce que l'on voudrait croire". Il a ajouté : "On peut avoir été un grand soldat lors de la première guerre mondiale et avoir conduit à des choix funestes pendant la seconde".
En dépit de ces précisions, les propos du chef de l'Etat ont déclenché un incendie. "Honorer Pétain, c'est nier la responsabilité de la France dans la déportation des juifs", a jugé le président du Conseil Représentatif des Institutions Juives de France. François Hollande tout comme Jean-Luc Mélenchon ont twitté leur indignation. Des historiens ont estimé qu'un président ne devrait pas dire ça. Le journal Le Monde pouvait donc conclure "Macron trébuche sur le maréchal pétain".
Quelles leçons pouvous-nous tirer de cet épisode médiatico-politique ? La querelle faite à Macron est-elle légitime et que révèle-t-elle ? Et sur le fond, le gaullisme et le pétainisme sont-ils pour le salut même de la nation, définitivement irréconciliables ?

Comment réenchanter le destin français ? Avec Eric Zemmour pour les Eveilleurs d'Espérance à Versailles.


(0)
153 Vues
0 commentaire
25.09.2018

"Je savais où je voulais vivre, avec qui je voulais vivre, et comment je voulais vivre. À mes yeux médusés d'enfant, le mot France brillait de tous les feux : histoire, littérature, politique, guerre, amour, tout était rassemblé et transfiguré par une même lumière sacrée, un même art de vivre mais aussi de mourir, une même grandeur, une même allure, même dans les pires turpitudes. La France coulait dans mes veines, emplissait l'air que je respirais ; je n'imaginais pas être la dernière génération à grandir ainsi. Il ne faut pas se leurrer. Le travail de déconstruction opéré depuis quarante ans n'a laissé que des ruines. Il n'y a pas d'origine de la France, puisque la France n'existe pas, puisqu il n'y a plus d'origine à rien. On veut défaire par l'histoire ce qui a été fait par l'Histoire : la France. L'Histoire est désormais détournée, occultée, ignorée, néantisée. L'Histoire de France est interdite. On préfère nous raconter l'histoire des Français ou l'histoire du monde. Tout sauf l'Histoire de France. Mais cette Histoire se poursuit malgré tout et malgré tous. Elle a des racines trop profondes pour être arrachées. Elle s'est répétée trop souvent pour ne pas se prolonger jusqu à aujourd'hui. Les mêmes causes produisent les mêmes effets. Les mêmes lois s'imposent au-delà des générations. L'Histoire se venge." Eric Zemmour

Pierre-Yves Rougeyron : grand entretien pour le Cercle Aristote.


(0)
208 Vues
0 commentaire
09.2018

Pour ce grand entretien, Pierre-Yves Rougeyron revient sur l'actualité politique et géopolitique du mois de septembre 2018.
Une analyse où les actualités nationale et internationale sont passées au crible de l'intérêt français souverain.

PARTIE 1 :
 a. Actualité du Cercle Aristote
 b. Questions nationales
     - Démission de Nicolas Hulot et question écologique
     - Affaire Alexandre Benalla
     - Loi Schiappa
     - Hommage à Maurice Audin
     - Hervé Juvin au Rassemblement national et Nathacha Polony à Marianne
     - Affaire Clément Méric

PARTIE 2 :
 c. Questions internationales
     - Viktor Orban
     - Matteo Salvini
     - Russie
     - Élections européennes et partis "souverainistes" français
     - Manifestations anti-migrants à Chemnitz
     - Venezuela
 d. Doctrine
     - Trump et son plan éco-protectionniste
     - Le marxisme, une solution ?
     - Jacques Focart
     - Éric Zemmour
 e. Décès
     - John McCain
     - Oksana Chatchko, cofondatrice des Femen
     - Vice Amiral François Flohic & Pierre Maillard
     - Michel Cazenave
     - Alexis Philonenko
     - Samir Amin

Vel' d'Hiv', Vichy, collaboration : la France est-elle coupable ? Avec Bertrand Renouvin et François Broche au Cercle Aristote.


(0)
98 Vues
0 commentaire
04.06.2018

Le 17 juillet 2017, Emmanuel Macron a déclaré que Vichy "était le gouvernement et l’administration de la France". Reprenant ainsi la position de Jacques Chirac et de François Hollande. Telle est la thèse désormais officielle de nos dirigeants.
Il est de notre devoir de nous y opposer, et c'est ce à quoi s'attellent Bertrand Renouvin et François Broche en démontant point par point cette entreprise dont le but est de salir la France et d'insulter le peuple français.
Car seul le général de Gaulle et ses premiers compagnons se situent dans la continuité républicaine après avoir constaté l’illégalité et l’illégitimité du pouvoir établi à Vichy à la suite d’un coup d’État. La France, indissociable de l’histoire qui l’a faite et du droit qui la définit, était à Londres, à Alger puis de nouveau à Paris libérée de l’ennemi.
Si Vichy c’est la France, si son gouvernement est légal, la condamnation à mort du général de Gaulle et la chasse aux résistants en deviendraient alors justifiées. Et cela, nul ne saurait le permettre.

Vichy, Londres et la France. Avec Bertrand Renouvin à la Nouvelle Action Royaliste.


(0)
356 Vues
0 commentaire
24.01.2018

Le discours sur la culpabilité de la France pour les crimes commis sur le territoire métropolitain pendant l’Occupation est ancien. Il a été officialisé par Jacques Chirac puis par François Hollande lors des commémorations de la rafle du Vel d’Hiv.
Après le récent discours d’Emmanuel Macron affirmant que Vichy, "c’était le gouvernement de la France", Bertrand Renouvin a répliqué dans Vichy, Londres et la France en rappelant l’ensemble des éléments historiques et juridiques qui montrent pourquoi la France libre a pu affirmer dès juin 1940 sa légalité et sa légitimité face à Vichy.
Car la mise en accusation de la France depuis trente ans a une portée idéologique et politique qu’il s’agit de comprendre et de combattre.

Vichy et la shoah. Avec Alain Michel pour l'Agence Info Libre.


(0)
765 Vues
0 commentaire
14.12.2014

L’historien et rabbin Alain Michel, auteur de Vichy et la Shoah, enquête sur le paradoxe français (cité par Eric Zemmour dans Le Suicide français) a donné une conférence de presse à Paris pour répondre aux critiques concernant son livre, très violemment attaqué, mais jamais pour de bonnes raisons…

Une histoire des droites en France. Avec Gilles Richard sur la Radio Chrétienne Francophone.


(0)
155 Vues
0 commentaire
01.03.2017

Depuis le classique de René Rémond, les droites n'avaient pas trouvé leur historien. C'est désormais chose faite grâce à la récente synthèse de Gilles Richard qu'il présente ici.
Couvrant plus de deux siècles d'histoire politique et n'hésitant pas à aborder les enjeux contemporains, l'ouvrage évoque bien entendu les partis et leurs métamorphoses, tout en scrutant les cultures politiques et en pointant les grandes mutations.
Depuis 1815, en effet, les temps ont bien changé ! Ce qui faisait clivage au XIXe siècle entre droites et gauches (la République démocratique et laïque) a ainsi laissé place au XXe siècle à un autre clivage : la République qui avait triomphé dans les années 1870-1880 devait-elle être "libérale" comme le souhaitait Jules Ferry, ou bien "sociale" comme le proclama Jean Jaurès ?
En ce début de XXIe siècle, tout semble à nouveau remis en cause : tandis que les gauches sont menacées de disparition, les droites sont aujourd'hui hégémoniques. Mais le pluriel s'impose plus que jamais. De fait, les oppositions ne manquent pas, entre tenants du libéralisme et droite nationaliste, ou entre "les mondialistes" et "les patriotes", comme Marine Le Pen aime à le répéter.
Cette mutation fondamentale surprend ; mais Gilles Richard offre des clés pour comprendre ce qui constitue un enjeu déterminant pour la France d'aujourd'hui et de demain.

Montoire, Verdun diplomatique : Louis-Dominique Girard répond aux questions d'André Figueras.


(0)
236 Vues
0 commentaire
1971

Dans cet entretien où il revient sur son parcours personnel, Louis-Dominique Girard, ancien chef du cabinet civil du Chef de l’État en 1944, montre l’orientation donnée par le Maréchal Pétain à la politique de "collaboration" : sauver ce qui peut encore être sauvé, adoucir au maximum le poids de l’occupation et attendre les jours meilleurs sans rompre les liens avec toutes les puissances en guerre.
Ce éclairage est indispensable pour qui veut comprendre cette époque complexe et la politique du Maréchal Pétain vis à vis des Allemands et de Hitler en particulier.