Le nationalisme économique américain. Avec Christian Harbulot sur Méridien Zéro.


(0)
47 Vues
0 commentaire
12.05.2017

Cette émission animée par Jean-Louis Roumégace nous propose un entretien avec Christian Harbulot, directeur de l'Ecole de Guerre Economique (EGE), sur la question du nationalisme économique américain, ce spectre qui hante l’Europe depuis des décennies et que nos dirigeants ignorent pourtant avec une constance étonnante.
Car si le nationalisme économique était considéré encore récemment comme une pensée archaïque en voie de disparition, Donald Trump aux commandes des Etats-Unis a relancé le débat en dénonçant les excès commis par des pays concurrents comme la Chine, le Japon ou l'Allemagne. Le Président des Etats-Unis prône un recours au protectionnisme pour protéger le maintien de l'emploi sur le territoire américain. La remise en cause des traités commerciaux ouvre une nouvelle ère de la mondialisation des échanges. La guerre économique n'est donc plus à exclure dans les confrontations économiques du XXIe siècle.
Afin de mieux cerner ce renversement de situation, Christian Harbulot retrace pour nous le cheminement de la pratique du nationalisme économique dans l'Histoire de la nation américaine. Il apparaît clairement que le libéralisme est d'abord un discours et non une ligne de conduite permanente qui différencie les partisans du libre-échange des souverainistes de tout bord. Les pouvoirs exécutifs qui se sont succédés à la Mainson Blanche ont eu comme priorité absolue de bâtir une économie en adéquation avec leur recherche de puissance sur la scène internationale.
Cette approche est une véritable grille de lecture des décisions politiques prises par les Etats-Unis dans l'optique d'un accroissement de leur puissance par le biais économique.

Le retour de la guerre économique. Avec Christian Harbulot, Jean-François Gayraud, David Simonnet et Olivier Zajec à Grenoble.


(0)
89 Vues
0 commentaire
10.03.2012

Cette rencontre fait intervenir quatre professionnels qui exposent comment l'économie française, et plus largement européenne, peut être victime de certaines pratiques de prédation économique, légales ou criminelles.
Jean-François Gayraud, criminologue, évoque le développement du crime organisé venu des pays émergents. Christian Harbulot, quant à lui directeur de l’Ecole de Guerre économique, nous parle du détournement des technologies. L'industriel David Simonnet, président d’Axyntis, une entreprise de taille intermédiaire spécialisée dans la chimie fine, aborde la problématique des contrefaçons et de la qualité des produits mis sur le marché. Finalement, Olivier Zajec, expert en matières premières, met en lumière le monopole chinois sur les "terres rares" et les enjeux géopolitiques liés au contrôle de cette ressource.

Une table ronde organisée pendant le festival de géopolitique et de géoéconomie de l'Ecole de Management de Grenoble.

L'avenir de la résistance. Avec Laurent Ozon en Live Facebook.


(1)
404 Vues
0 commentaire
23.05.2017

L’offre politique dite "patriotique" ne peut changer notre monde et contribuer à la refondation des imaginaires collectifs, des modèles économiques ou technologiques. Dépassée sur tous les plans, elle condamne une population fragile, rongée par la peur, la colère et livrée aux expérimentations des élites cognitives acquises à la liquidation.
Communautés solides des perdants de la mondialisation contre société liquide des seigneurs de la netocratie planétaire ? Pour le moment, ces derniers ont plusieurs coups d’avance.

Trump à la Maison-Blanche : vers une reconfiguration de l'ordre international ? Avec Clément Nguyen au Cercle Aristote.


(1)
167 Vues
0 commentaire
06.02.2017

Ce qui était impossible s'est déroulé : Donald Trump est maintenant président des Etats-Unis, en pleine exercice de son mandat.
Il est temps d'interroger ses premières actions (constitution de son cabinet, premiers décrets signés, esquisse d'une nouvelle orientation géopolitique) et les attaques qui s'exercent contre lui et ses équipes.

Pierre-Yves Rougeyron : grand entretien pour le Cercle Aristote.


(0)
411 Vues
0 commentaire
12.2016

Pour ce Grand Entretien, Pierre-Yves Rougeyron revient sur l'actualité politique et géopolitique du mois de décembre 2016.

PARTIE 1:
00. Actualité du Cercle Aristote
 POLITIQUE INTERIEURE
01. Jean-Pierre Pernaut dérape sur les migrants
02. Boris Boillon réintégré au Quai d’Orsay
03. Air France : prison avec sursis pour 3 ex-salariés
04. DOSSIER PRIMAIRE A DROITE

PARTIE 2:
05. La procédure de destitution de François Hollande
06. DOSSIER PRIMAIRE A GAUCHE
07. Bercy/SG : décision couverte par le secret fiscal
08. La Chine au capital d’Areva : une nouvelle trahison
09. Sarkozy/Guant : révélations de Z. Takieddine
10. Attentat déjoué à Strasbourg : des terroristes en liberté
11. Gendarme tué par un repris de justice lors d’un contrôle routier
12. Prime de 2500 euros pour encourager les migrants à rentrer dans leur pays
13. Délit d’entrave à l’IVG étendu aux sites internet
14. Sausage Party, le dessin animé porno bisexuel
15. Quelle est votre position sur le droit du sol ?
16. Noam Chomsky annulé à l’AN pour son ‘soutien’ à Faurisson
17. Déclaration du mois de novembre : Juppé, Koenig, Apathie

PARTIE 3:
 POLITIQUE EXTERIEURE
18. Elections américaines : retour sur la victoire de Donald Trump
19. Mort de Fidel Castro à 90 ans.
20. Syrie : les bombardements s’intensifient à Alep
21. La Russie et les Philippines se retirent de la CPI
22. Le Rwanda ouvre une enquête sur le rôle de responsables Français dans le génocide
23. Merkel briguera un 4e mandat pour lutter contre le populisme
24. Qui succèdera à Martin Schultz à la tête du Parlement européen ?
25. Les Suisses votent NON à une sortie accélérée du nucléaire. Et en France ?
 CULTURE/DOCTRINE
26. Les pensées de Jacques Sapir et Frédéric Lordon
27. Votre avis sur l’historien Henri Guillemin ?
28. Quels étaient les liens entre Malraux et De Gaulle ?
29. Pouvez-vous revenir sur l’histoire de la planification ?
30. Peut-on "gouverner" la décroissance ?
 DISPARITIONS
31. Malek Chebel
32. Georges Balandier
 AUTRE
33. Initiatives

Crise de la société américaine, crise de la globalisation. Avec Emmanuel Todd à l'association Isegoria à Nantes.


(0)
271 Vues
1 commentaire
08.11.2016

Au cours d’une interview en 2002, le réalisateur franco-grec Costa-Gavras a déclaré que la société américaine, à l’image de ses films d’action, avait besoin d’ "un ennemi désigné". A l’occasion du débat du 26 septembre dernier, les deux candidats à la présidentielle américaine se sont accordés communément pour qualifier leur ennemi comme étant la globalisation.
La globalisation, dernière forme prise par la mondialisation, marquée par l’instantanéité des échanges et le néolibéralisme. Or, si la société américaine a su jouir des avantages de ce système, elle a dû faire face à des revers aux conséquences dramatiques et se voit aujourd’hui confrontée à la concurrence venue d’Asie. Ce n’est donc pas un hasard si aujourd’hui la globalisation concentre les critiques de bon nombre de citoyens américains. Beaucoup d’entre eux font de moins en moins confiance au multiculturalisme et se laissent tentés par le populisme.
L’historien, anthropologue et démographe Emmanuel Todd, après avoir publié en 2002 Après l’empire – Essai sur la décomposition du système américain, travaille actuellement sur les tensions au sein de la société américaine, et leurs liens avec la globalisation.

INTRODUCTION
00:00:00 : Discours introductif

PROPOS DE L'INTERVENANT
00:08:37 : Le traitement médiatique de ces campagnes est encore plus fou que ces campagnes elles-mêmes. La presse a lourdement fustigé Trump, son électorat.
00:10:47 : Cette élection n'est pas la confirmation du déclin, mais le début du renouveau. Cette élection sonnera la reprise en mais de l'Amérique par elle-même.
00:13:52 : Trump a rompu les tabous. Remise en cause par le candidat Républicain de la globalisation, et en priorité de la liberté des échanges et de circulation des hommes.
00:18:59 : La campagne Américaine a avant tout mis sur la table des sujets de première importance. La caricature faite de cette campagne occulte l'importance des débats sociaux, économiques.
00:21:03 : Les USA n'ont pas toujours été libre échangistes. Mise en relief de l'histoire politique extérieure des Etats-Unis.
00:27:21 : Les USA face aux premiers défis majeurs de leur histoire. L'histoire (courte) des USA n'est faite que de succès. La baisse des revenue est un bouleversement.
00:31:38 : Le levier éducatif comme moyen de développement de patriotisme. La diffusion d'une éducation universelle et homogène a développé un sentiment national, avant de devenir plus disparate et créer un creux entre les classes.
00:42:37 : Le monde anglo-saxons assume-t-il ses créations idéologiques ? Après un siècle de domination, le monde aglo-saxon lui-même semble renier ses convictions.

QUESTIONS/REPONSES
00:53:09 : La vie politique Américaine s'européanise-t-elle ?
00:57:48 : L'exécutif fait-il face à une crise de sa légitimité ?
01:05:33 : Quel bilan pour l'administration Obama ?
01:11:50 : Quelles forces pour la campagnes de Clinton ?
01:28:18 : Trump, à l'épreuve de cette campagne, ne lance-t-il pas un réel défi démocratique à son pays ?
01:38:50 : Emmanuel Trump ?
01:39:19 : Quelles solutions avec la présidence Trump ? Comment peut-il gouverner sans son parti ?
01:46:18 : Le vote des classes inférieures discrédite-il un choix démocratique ?

Protectionnisme ou libre-échange ? Avec Robert Clavijo à l'Université Réelle de Montpellier.


(0)
182 Vues
0 commentaire
24.09.2016

La querelle entre libre-échange et protectionnisme naît pratiquement avec le capitalisme. Mais l’histoire nous montre qu’il y a eu alternance de ces deux options.
Quels sont les enjeux sociaux derrière ce débat économique qui peut apparaître assez abstrait ?

Disraeli et l'Angleterre du XIXe. Avec James Mc Cearney chez Philippe Conrad sur Radio Courtoisie.


(0)
313 Vues
0 commentaire
15.07.2014

Benjamin Disraeli (1804-1881), deux fois Premier ministre du Royaume-Uni, ne fit pas seulement figure de grand rassembleur de la nation anglaise en ouvrant les portes du conservatisme, longtemps chasse gardée des vieilles familles, à un électorat toujours plus large grâce au célèbre Reform Act de 1867. Il sut convaincre le pays tout entier, la reine en tête, que le jeu politique était un sport plus intense que les courses de chevaux, le hunting ou le cricket.
Il dut le succès de sa mission non pas aux qualités qu'elle requiert habituellement mais à une série de défauts tous plus admirables les uns que les autres. Né juif, sans fortune personnelle ni propriété terrienne, il s'était également bien gardé de décrocher un diplôme dans les incontournables public schools où se recrutaient les futurs membres du Parlement. Ses frasques de jeunesse, entachées de byronisme caractérisé, devaient le poursuivre pendant de longues années d'un parfum de scandale. Il embrassa par trois fois les graves fonctions de l'Échiquier (Finances publiques) alors que la prison pour dettes, fruit d'une imprévoyance toute dickensienne, le guettait dans l'ombre. Les démonstrations de mauvaise foi qu'il prononça à la Chambre des communes atteignirent parfois au sublime.
Renverseur farouche de majorités, il reprenait volontiers à des adversaires aussi affirmés que Peel ou Gladstone leurs propres idées. Ses disputes avec la reine Victoria, dont il contribua à rétablir le prestige, rappelaient ses propres empoignades conjugales.
Il en remontra à Bismarck, lors de la crise des Balkans qui devait se résoudre par le Congrès de Berlin de juin 1878, sans savoir que l'armée britannique n'avait pas les moyens d'une réponse militaire. Bref, son culot légendaire suffit à transmettre à la nation tout entière une envie de gagner que rien ne devait plus décourager...