Moi, Christiane F., le flip des adolescents. Avec Horst Rieck, Géraldine Schwarz, Nadja Klier, Daniel Gerlach, Alain Morel et Maurice Weiss sur France Culture.


(0)
182 Vues
0 commentaire
19.03.2020

De nombreux adolescents ont découvert au collège dans les années 80 ce témoignage à la première personne d'une jeune fille allemande se prostituant pour payer sa dose quotidienne d'héroïne dans le Berlin-ouest des années 1970. Le récit de cette dérive dans les bas-fonds est devenue une lecture de référence pour les adolescents et continue de se vendre aujourd'hui.
Le livre paru en 1978 a choqué, fait frémir, fasciné. Un morceau de vie qui a bouleversé bien au-delà de l'Allemagne divisée par le Mur. Traduit en dix-huit langues, il s'est vendu à cinq millions d'exemplaires dans le monde. En Allemagne, le livre a même été imposé comme lecture obligatoire dans les écoles, comme un contre-exemple. C'était une des premières fois qu'un livre, puis son adaptation en film, parlait aussi directement, si ouvertement de la drogue et ses conséquences. Il est devenu le livre d'une génération, appelée génération No future qui écoutait du punk et ne craignait pas de flirter avec la mort, dans une société où la répression montait afin de museler la subversion. Fini le Flower Power, la jeunesse allait rentrer dans l'ordre ou dans le trou.
Que se passait-il dans ce livre pour que Christiane F. devienne une icône dans les cours de bahuts et les chambres d'ados esseulés ? Comment ce mythe parle-t-il de l'adolescence et de sa fragilité ?
Départ pour Berlin sur les traces de l'icône destroy des années 80 et de ses lecteurs fascinés par cette histoire sulfureuse.

Émission "LSD", produite par Perrine Kervran.

Érotisme au Japon : raffinement et fascination. Avec Pierre-François Souyri sur France Culture.


(0)
325 Vues
0 commentaire
26.09.2020

Nous plongeons ce matin dans l'époque d'Edo (1603-1867) durant laquelle l' "esprit de plaisir" s'épanouit au Japon, marqué par une sexualité débridée et des mœurs désinhibées. L'arrivée des Occidentaux à la fin du XIXe siècle corsètera le désir et bridera l'imaginaire érotique. À mi-chemin de la grivoiserie et de la pudibonderie, c'est donc de l'érotisme et de la sexualité au Japon que Pierre-François Souyri vient nous parler.
Il y a déjà belle lurette que l'historiographie la plus savante n'hésite pas à aborder des domaines qui auraient paru extravagants à la Sorbonne d'autrefois. Et à condition de considérer le sujet d'étude selon les mutations qu'il a pu connaître dans la longue durée des siècles, celui-ci a beaucoup à nous dire sur les équilibres et les déséquilibres successifs d'une société, selon les époques, entre la tolérance et la répression, entre les pratiques et les rêves, entre le dissimulé et l'ostensible.
Cela est fait, naturellement, depuis notre continent et nous invite à comparer ces deux mondes. D'abord parce que l'histoire comparative est en elle-même stimulante. Ensuite parce que l'influence des pays occidentaux, après qu'ils ont forcé l'ouverture de l'archipel, dans la décennie 1850, comme après l'effondrement de 1945, a été grande, à cet égard comme à d'autres. Mais sans qu'elle efface en profondeur l'originalité des comportements japonais dans le domaine du sexe et de l'amour.
Concordances et différences sont ainsi abordées de manière aussi spatiale que temporelle. En route donc, allègrement, vers ces rivages lointains.

Émission "Concordance des temps", animée par Jean-Noël Jeanneney.

L'affaire Epstein et le carnet noir. Avec Pierre Jovanovic et Pierre-Yves Rougeyron pour le Cercle Aristote.


(0)
809 Vues
0 commentaire
12.2020

C'est peut-être l'affaire -sordide- la plus explosive de ces dernière décennies, qui met à nu l'oligarchie occidentale, son mode de fonctionnement et sa dégénérescence.
Le journaliste Pierre Jovanovic et le politiste Pierre-Yves Rougeyron reviennent longuement sur la vie détraquée du milliardaire Jeffrey Epstein, confident de Bill Clinton, qui a piégé, pendant 20 ans, pour le compte des services israéliens, des milliers de députés, sénateurs, hommes d'affaires, journalistes, stars de cinéma, scientifiques de renom, recteurs et doyens d'universités, premiers ministres, princes et princesses, et même des présidents avec son réseau de prostitution de jeunes filles. De son ascension en tant que professeur de mathématiques en passant par une carrière ratée à Wall Street, on le suit jusqu'à sa gloire et sa déchéance, en passant par sa rencontre capitale avec Ghilaine Maxwell, la fille d'un autre très grand espion du Mossad, Robert Maxwell qui avait acheté les médias britanniques pour le compte d'Israël.
Alors qu'il se prétendait millionnaire grâce à Wall Street, en réalité Epstein s'était transformé en proxénète spécialisé pour les seuls ultra-riches et tout-puissants qui n'exigent qu'une seule chose: la discrétion la plus totale. Il invitait tout ce qui était célèbre dans ses différentes luxueuses propriétés, îles privées ou encore à Paris, où toutes les chambres étaient sonorisées et équipées de caméras très discrètes. En leur fournissant régulièrement des gamines, Epstein avait monté le plus grand réseau international de pédophiles, au point que son avion a été surnommé par les contrôleurs aériens le "Lolita Express", avion que prenaient régulièrement Bill Gates comme Bill Clinton. Il vendait ensuite les vidéos aux services...
Arrêté par la police américaine une seconde fois pour "trafic de mineures" il a été retrouvé mort dans des conditions spectaculaires en août 2019 dans sa cellule du Metropolitan Correctional Center de New York. Un suicide qui a arrangé toutes les célébrités dont les noms se trouvent dans son fameux "Carnet Noir".
Un échange permettant au public français de prendre connaissance d'un grand nombre de révélations sur les activités d'Epstein, de sa "Madame" Ghislaine Maxwell et sur la manière dont cette affaire révèle non seulement les graves dysfonctionnement des "élites" occidentales, mais également la faillite des services secrets des démocraties libérales.

Soral répond sur ERFM !


(0)
2332 Vues
0 commentaire
2019

Après deux ans de questions-réponses en vidéo sur ERTV, l'émission Soral répond revient sous un nouveau format sur ERFM, la radio en ligne et en continu d'Égalité & Réconciliation.
Le principe : les auditeurs qui le souhaitent posent leurs questions sur le répondeur du polémiste qui choisit ensuite les meilleures et y répond.

Le sexe hypocrite à l'époque de la reine Victoria. Avec François Angelier sur France Inter.


(0)
671 Vues
0 commentaire
30.09.2013

1885. Le Royaume-Uni est toujours l'atelier du monde et pour plus longtemps encore, le banquier du monde : son empire couvre le quart du monde. Les classes dominantes attribuent la prospérité aux vertus respectables qu'incarnent la vieille reine Victoria et, à son exemple, les familles utiles. Mais l'habit de l'austérité et du travail, bien boutonné de haut en bas, menace souvent de craquer.
Depuis longtemps, il est dit que le pays repose sur une nation invisible d'esclaves blancs et qu'il faut écouter, enfin, le sanglot des enfants dans les ténèbres. La militante française Flora Tristan parlait de la prostitution des pauvres à Londres comme d'un fait si immense qu'il engloutissait déjà les enfants de 10 à 15 ans mais c'était en 1842, au début du règne de Victoria, et le message avait du mal à passer.
Cette fois, en 1885, la croissance est en berne, l'inquiétude grandit et le journalisme à sensation s'installe : tout est prêt, cette fois, pour que puisse commencer le scandale des "Pucelles à vendre" qui déclenchera la première des "marches blanches" de l'histoire et inspirera bien des écrivains, de Stevenson à Bernard Shaw.

Emission "La marche de l'histoire", animée par Jean Lebrun.

Confessions d'une escort girl : Lou répond aux questions de Stéphane Edouard.


(0)
1199 Vues
0 commentaire
08.2016

Stéphane Édouard, sociologue, s’entretient avec Lou, 28 ans, qui a fait le choix de vendre son corps.
Y-a-t-il une différence entre l'escorting et la prostitution ? Comment devient-on escort, et pourquoi ? Quelles sont les demandes des clients ?
Auant de questions qui, en négatif, permettent de mieux comprendre la sociologie des rapports hommes-femmes.

Pierre-Yves Rougeyron : grand entretien pour le Cercle Aristote.


(0)
1289 Vues
0 commentaire
04.2016

Pour ce Grand Entretien couvrant l'actualité politique et géopolitique de mars 2016, Pierre-Yves Rougeyron revient sur un grand nombre de sujets.

Politique intérieure :
 - Loi El Khomri
 - Mouvement "Nuit Debout"
 - Prostitution : pénalisation du client
 - Abandon de la réforme constitutionnelle de déchéance de nationalité
 - Carlos Tavares / Peugeot PSA
 - Nouveau plan d'armement de la Police française
 - Urvoas : la Justice "à bout de souffle"
 - Sarkozy et les affaires : quelle éthique politique ?
 - Macron en marche
 - Prélèvement de l'impôt à la source / ubérisation de la société
 - De Gaulle et la Participation

Politique extérieure :
 - Attentats de Bruxelles
 - Quel avenir pour la Belgique ?
 - Syrie : responsabilité de Bachar el-Assad dans la montée de Daesh
 - Attentat à Lahore
 - Non au référendum néerlandais
 - Varoufakis et l'austérité
 - Point sur le Brexit
 - Turquie / Erdogan
 - Création d'une "French-British Foundation"
 - Sommet sur la sécurité nucléaire
 - L'affaire des Panama Papers
 - Point sur les élections américaines

Economie :
 - L'Ecole autrichienne

Sorties littéraires :
 - BHL : L'esprit du Judaïsme
 - Onfray : Penser l'Islam
 - Sapir : Souveraineté, laïcité, démocratie

Le porno mis a nu. Avec Jean-Paul Brighelli, Iv Psalti et Catherine François à l'Université Libre de Bruxelles.


(0)
1314 Vues
0 commentaire
20.03.2014

La pornographie aujourd'hui occupe une place importante au sein de notre société. Depuis la massification des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication (NTIC), en particulier internet, elle a pris une ampleur incomparable à sa situation passée. Quelques statistiques pour en témoigner : d'après OnlineMBA, 12% des sites internet sont à caractère pornographique, 35% des téléchargements sont pornographiques et par ailleurs la pornographie sur internet génère 4,9 milliards de dollars.
La pornographie, devenue un phénomène social, économique et politique n'est donc plus un sujet que l'on peut éviter. Pour cette raison, ce débat est organisé dans l'espoir de mieux la comprendre.
Quel impact la pornographie a-t-elle sur la société et la vie sexuelle des individus ? Quel rapport avec l'économie et le marché en général ? Peut-on parler d'addiction à la pornographie ? Nos sociétés sont-elles hyper-sexualisées ou demeurent-elles encore pétries de tabous ? Le public de la pornographie est-il principalement masculin ? Et, surtout, peut-on imaginer une pornographie "féministe" ?