Les guerres de Karl Kraus. Avec Jacques Bouveresse au Collège de France.


(0)
169 Vues
0 commentaire
29.03.2005

Karl Kraus est le seul Autrichien de ce siècle à avoir gagné deux guerres mondiales (Hans Weigel). Il a moralement gagné la première notamment en publiant, avec Les Derniers jours de l'humanité, un des réquisitoires les plus impitoyables qui aient jamais été conçus contre elle et contre la guerre en général. Et il n'y a rien d'artificiel ou d'exagéré dans le fait de suggérer qu'il a gagné également de façon anticipée la deuxième, en écrivant, en 1933, avec la Troisième Nuit de Walpurgis, un des textes les plus perspicaces et les plus puissants qui aient été produits sur une catastrophe dont il n'a pourtant vécu que les débuts, puisqu'il est mort en 1936, avant d'avoir connu le pire.
Cette conférence est consacré à certains aspects des nombreuses guerres que Kraus a menées non seulement contre la guerre, mais également contre le mensonge, la corruption, l'inhumanité et la barbarie sous toutes leurs formes.

Remarque : la qualité de l'enregistrement est médiocre.

Guerilla. Avec Laurent Obertone au Cercle Aristote.


(0)
193 Vues
0 commentaire
28.11.2016

Laurent Obertone, après avoir abordé la question de l'insécurité et de son traitement médiatique et judiciaire dans La France orange mécanique, les dérives liberticides de notre état de droit dans La France Big Brother et la question des tueurs fous dans Utøya au travers de l'affaire Breivik, il revient avec un roman d'anticipation qui met en jeu un scénario assez pessimiste d'évolution de la société française.
Car aujourd'hui, et en l'état : la guerre civile est-elle encore évitable ?

Guerres irrégulières et conflits asymétriques. Avec Gérard Chaliand chez Régis Debray sur France Culture.


(0)
243 Vues
0 commentaire
07.10.2016

Les guerres irrégulières, guérillas et terrorismes, ont grandement contribué à transformer le monde de la seconde partie du XXe à nos jours.
Depuis le retrait du Vietnam, le bilan militaire de la puissance américaine et de ses alliés occidentaux est sans conteste négatif : conflits coûteux, résultats militaires médiocres, conséquences politiques désastreuses.
Comment pouvons-nous expliquer ce déclin ?

De la crise économique à la stratégie de la tension. Avec Michel Drac chez E&R à Lyon.


(0)
233 Vues
0 commentaire
18.12.2016

La crise économique de 2008 n'a toujours pas été résolue, et ne le sera probablement jamais. En partant de ce donné, que pouvons-nous attendre de la part des classes dirigeantes ?
La stratégie de la tension, comprise dans un sens assez large, est une réponse classique en période de déclin économique. Il importe donc d'en comprendre les mécanismes pour se prémunir des comportements qui seront attendus de nous lorsque les événements traumatisants surviendront.

La désinformation et les fabricants d'intox. Avec Christian Harbulot et François-Bernard Huyghe à l'Ecole de guerre économique.


(0)
251 Vues
0 commentaire
31.03.2016

Comment devons-nous aujourd'hui comprendre la guerre de l’information ? En quoi est-elle différente de la guerre traditionnelle, et quelle est son actualité ?
Des thématiques sur lesquelles reviennent François-Bernard Huyghe qui vient de faire paraître La désinformation. Les armes du faux, et Christian Harbulot, auteur de Les fabricants d’intox. La guerre mondialisée des propagandes.

5e conférence du cycle "Puissance 21", animée par Pascal Gauchon et organisée conjointement par l’Ecole de Guerre Economique et la Revue Conflits.

Le problème de la propagande : Jacques Ellul répond aux questions de Randal Marlin.


(0)
278 Vues
0 commentaire
1980

Jacques Ellul, dont les réflexions sur la technique se sont imposées comme les plus importantes, a été l'un des tout premiers à mettre en évidence le caractère omniprésent et multiforme de la propagande.
Dépassant les définitions classiques, il a montré que la propagande n'était pas l'apanage des dictatures, mais une nécessité pour tous les régimes, qu'elle ne se limitait pas à la guerre psychologique, mais englobait aussi les "public and human relations" destinées à adapter l'homme à une société.
Plusieurs années après la publication du livre Propagandes (1962), l'universitaire Randal Marlin vient l'interroger sur l'actualité de cette technique.

Survivre, de la BAD au Kolkhoze. Avec Lucien Cerise et Piero San Giorgio à Lille.


(0)
308 Vues
0 commentaire
22.05.2016

L'expérience du "socialisme réel" au XXe siècle n'a-t-elle finalement pas consisté à la mise en place d'une gigantesque Base Autonome Durable ?
Au-delà de l'idéologie marxiste-léniniste, l'étude de l'histoire nous pousse à relativier notre jugement qui identifie le communisme au progrès et le capitalisme à la réaction.
Le survivalisme n'est peut-être pas là où on le croit...

France, Europe : entre guerre économique et chaos social. Avec Michel Drac et Lucien Cerise pour Culture Populaire à Nice.


(0)
497 Vues
0 commentaire
09.04.2016

On ne présente plus Michel Drac et Lucien Cerise, réunis par Culture Populaire pour la première fois à Nice.
En suivant les travaux de Michel Drac, vous aurez compris que le "système" est entré dans une zone de "turbulences". Mieux vaut attacher nos ceintures…
Le capitalisme néolibéral mondialisé bute sur des limites technologiques et environnementales qui, à moins d’un miracle scientifique, rendent illusoire tout retour d’une croissance pérenne.
Au cœur de ce "système", "l’Empire" thalassocratique à prédominance américaine voit sa suprématie remise en cause par l’émergence d’un contre-empire (Russie/Chine) offrant une porte de sortie vers un monde multipolaire.
Les élites occidentales, sur la défensive, sont passées d’une politique de la carotte (redistribution équitable du rapport capital/travail) à celle du bâton (prédation financière et casse sociale) dont le terrain de jeu privilégié semble être malheureusement l’Europe.
Les deux invités illustrent les méthodes de ce durcissement envers les peuples, et notamment envers le peuple français. Stratégie du choc et stratégies de la tension, ingénierie sociale et grand remplacement, rien ne nous sera épargné pour que la France, pièce fondamentale de l’échiquier européen, reste dans le giron impérial.