Les intellectuels quittent la Gauche ! Avec Michel Houellebecq à Buenos Aires.


(0)
116 Vues
0 commentaire
12.11.2016

Michel Houellebecq nous présente une brillante synthèse des mutations idéologiques et du déclin qu’ont connu les "intellectuels français" depuis la fin de la seconde guerre mondiale.
De cette analyse, qui articule la réflexion de fond et l’expérience vécue, deux leçons doivent être tirées :
 1. la plupart des intellectuels contemporains n'ont aucune connaissance sérieuse des derniers acquis scientifiques
 2. les penseurs catalogués comme "réactionnaires" dans les années 2000 ont été les acteurs d’une libération intellectuelle, moins par le contenu d’une pensée intentionnellement polémique que par leur posture dissidente
La traversée du désert intellectuel, en France, est-elle bientôt terminée ?

Une conférence organisée par le ministère argentin de la Culture.

Hommage à Philippe Muray. Avec Renaud Camus, Elisabeth Lévy, Juan Asensio et Basile de Koch chez Paul-Marie Couteaux sur Radio Courtoisie.


(0)
129 Vues
0 commentaire
28.02.2007

Un an après la mort de Philippe Muray, une émission est consacrée a celui qui prenait un malin plaisir à dénoncer les platitudes de notre modernité, ainsi que les précieuses ridicules qui l'incarnaient jusqu'à la caricature.
Un dernier voyage en compagnie de celui qui nous manquera pour nous moquer de ceux que nous sommes devenus.

Philippe Muray et le XIXème siècle. Avec Philippe Berthier et Gilles A. Tiberghien sur France Culture.


(0)
638 Vues
0 commentaire
30.06.2011

Et si le XIXe siècle était la matrice de notre modernité ? Flaubert disait : "La Magie croit aux transformations immédiates par la vertu des formules, exactement comme le Socialisme".
Comme le montre Philippe Muray, c’est au XIXe siècle que se forme le socialoccultisme, ce mélange détonnant et inouï de socialisme et d’occultisme, et c’est le XXe siècle qui fait un triomphe éternel à cette idéologie, comme lors de la descente de Mitterrand, à peine élu, une rose au poing, dans la crypte du Panthéon.
L’occultisme, c’est le culte des morts ; le socialisme, qui se marie à cet occultisme, c’est la croyance à la possibilité de créer un ordre social parfait, surtout dans les seuls mots, ordre conforme à l’idéal de progrès et fondé sur le culte des grands ancêtres, c’est un prophétisme de pacotille annonçant le bonheur de tous, c’est une confiance excessive dans les vertus du Verbe, comme l’exprime si bien le slogan célèbre "changer la vie".

Emission "Les nouveaux chemins de la connaissance".

Philippe Muray, la femme et Dieu. Avec Maxence Caron interrogé par Aude de Kerros sur Radio Courtoisie.


(0)
389 Vues
0 commentaire
2011

Maxence Caron propose de comprendre l'oeuvre de Philippe Muray en partant de son rapport à la femme et au divin.

En vivant, en écrivant... Avec Renaud Camus et Philippe Muray sur France Culture.


(0)
559 Vues
0 commentaire
20.03.2000

Digressions délicieuses autour de la langue française, de ses subtilités et des innombrables richesses qu'elle recèle...

Emission animée par Geneviève Brisac.

Le futur ne manque pas d'avenir. Avec Philippe Muray et Philippe Meyer à Répliques sur France Culture.


(0)
476 Vues
0 commentaire
27.03.1999

Dréalisation générale, indistinction ; l'homo festivus est un adolescent permanent et l'on est original tous ensemble. Et la norme, c'est la transgression !
A partir de ces symptômes, les protagonistes de l'émission tirent un feu d'artifice tragi-comique sur notre société dérisoire.

Malaise dans la civilisation. Avec Philippe Muray et Charles Melman à Répliques sur France Culture.


(0)
998 Vues
0 commentaire
28.12.2002

Une discussion sur la crise de notre civilisation, en étudiant ses méfaits sur la psyché des individus y évolutant.

Modernes et antimodernes. Avec Antoine Compagnon et Philippe Muray à Répliques sur France Culture.


(0)
876 Vues
0 commentaire
19.03.2005

D’après Antoine Compagnon, un antimoderne est d’abord un moderne qui n'a pas bonne conscience !
Ni réellement conservateur ou traditionaliste, ni conformiste ou néo-classique, il est un moderne divisé et partagé. Ces idées fixes sont au nombre de six : historique, la contre-révolution ; philosophique, les anti-Lumières ; morale, le pessimisme ; religieuse, le péché originel ; esthétique, le sublime ; et stylistique, la vitupération.
Mais si Antoin Compagnon dresse ce constat, c'est aussi pour reconnaître que les antimodernes ont été le sel de la modernité, son revers ou son repli, sa réserve et sa ressource.
Philippe Muray, que l'on peut classer dans cette catégorie, accompagne cette émission de ses analyses fines et mordantes.