Coronavirus : vers la fin de l'UE ? Quelle situation en Grèce ? Avec Olivier Delorme pour Le club du Mercredi.


(0)
130 Vues
0 commentaire
06.04.2020

Olivier Delorme, historien, essayiste, et écrivain, est l'auteur de 30 bonnes raisons de sortir de l'Europe. Il accorde un entretien dont la crise du COVID19 est le centre de la conversation.
Résidant la moitié de l'année en Grèce, il est particulièrement bien placé pour comparer la gestion de la crise sanitaire des les deux pays. Où comment Macron s'y prend moins bien bien que son homologue grec...
Dans un second temps, il nous rappelle l'urgence du Frexit et nous expose les raison de l'explosion à venir de l'Union Européenne.

Erdogan, les migrants et la Grèce. Avec Olivier Delorme pour le Cercle Aristote.


(0)
146 Vues
0 commentaire
03.2020

Après une décennie de politiques d'austérité, quel est l'état de la Grèce ? Et alors qu'Erdogan prend de plus en plus l'apparence et les fonctions d'un sultant, quel est l'état de la Turquie ? Comment comprendre les relations de pouvoir entre ces deux pays alors que l'Union européenne se trouve obligatoirement intégrée aux négociations ? Comment analyser les réactions médiatiques ?
C'est en compagnie de l'historien et romancier Olivier Delorme, auteur d'une somme en 3 tomes sur la Grèce et les Balkans, que nous revenons sur la crise entre la Grèce et la Turquie sur fond de chantage migratoire.

La Grèce, de l'Empire ottoman à l'Union européenne. Avec Olivier Delorme chez les Amis du Monde diplomatique à Montpellier.


(0)
262 Vues
0 commentaire
10.03.2017

Olivier Delorme, agrégé d’histoire et maître de conférences à Sciences-Po Paris a écrit une somme en trois volumes, La Grèce et les Balkans, directement en rapport avec le sujet traité dans cette conférence.
Depuis l’indépendance en 1832, la Grèce a presque toujours été sous une tutelle étrangère : ce fut l'Angleterre après la guerre civile de 1947 à 1949, puis vinrent les USA et aujourd'hui c'est l'Allemagne qui a repris ce rôle. Quant à l'Europe de la CEE, elle a été remplacée par une Union européenne ultra-libérale dont la monnaie (l'Euro) défavorise les pays les plus pauvres.
Seule une sortie intelligente de l'Euro-zone, c'est à dire avec l'appui et l'accompagnement des pays les plus riches de l'Union européenne, permettrait d'éviter à la Grèce de s'enfoncer toujours plus dans la récession.