Comment en finir avec le féminisme des élites. Avec Nancy Fraser sur France Culture.


(0)
207 Vues
0 commentaire
04.06.2019

Quels sont les combats prioritaires à inscrire à l’agenda féministe ? Pour Nancy Fraser, il s'agit de sortir des strictes questions de genre pour s'intéresser aux inégalités sociales et politiques dont sont victimes les femmes.
Car la vague "MeToo" est un mouvement féministe né de la petite sphère du cinéma et des médias… En féministe marxiste, Nancy Fraser s'oppose à ce féminisme d'en haut, élitiste, individualiste, bourgeois et néolibéral, qui veut étendre à toutes sa culture dominante en n'ayant pour seule ambition l'égalité entre les plus riches, au détriment de la majorité des femmes.

Émission "La Grande table des idées", animée par Olivia Gesbert.

Nancy Fraser, philosophe et militante féministe. Avec Estelle Ferrarese sur France Culture.


(0)
231 Vues
0 commentaire
12.11.2018

Née en 1947, Nancy Fraser est professeure de philosophie et de sciences politiques à la New School for Social Research. À l'époque de sa thèse à l'université de New-York, dans les années 60, peu de femmes étudiaient la philosophie. Avec ses quelques camarades femmes, elle formait un bastion de résistance féministe.
C'est à la fin des années 60 qu'elle commence à militer dans le milieu politique trotskiste. Elle concilie alors l'activité théorique philosophique avec la pratique politique militante qui devient l'origine de ses objets d'étude de philosophie : les espaces publics, les fondements de la justice sociale, la reconnaissance et l'évolution du mouvement féministe.
Aujourd'hui, son travail à la fois politique et militant, présenté par la philosophe Estelle Ferrarese, porte sur le féminisme et la justice sociale.

Émission "Les Chemins de la philosophie", animée par Adèle Van Reeth.

Le féminisme de l'égalité et le féminisme de la reconnaissance face à la réalité. Avec Nancy Fraser pour la société Louise Michel au Lieu-dit à Paris.


(0)
418 Vues
0 commentaire
25.10.2012

Le féminisme s’est divisé face à des questions comme celle du voile. Car trop souvent, le féminisme de la première génération (celui de la redistribution) a ignoré les apports du second féminisme (celui de la reconnaissance).
Comment cette histoire s’est-elle élaborée ? Comment pouvons-nous appendre à combiner les deux apports ?