Les relations entre le comte de Paris et le général de Gaulle. Avec Paul-Marie Couteaux sur Radio Courtoisie.


(0)
230 Vues
0 commentaire
17.07.2020

Républicain, De Gaulle ? Il le fut plus que tout autre, du moins si l'on prend pour mesure de la République l'exigence du bien commun, celle de l'autorité de l'Etat et de l'indépendance nationale.
Pour comprendre la relations que de Gaulle entretenait avec la tradition capétienne, il faut alors refuser d'opposer l'esprit monarchique à l'esprit républicain mais plutôt les opposer ensemble au machiavélisme.
Retour sur une histoire complexe et faite de rendez-vous manqués autant que d'incompréhensions, soit l'histoire de l'importance politico-historique des relations entre le Général et le comte de Paris.

Émission du "Libre Journal de la relève", animée par Dominique Paoli.

Clovis, aux origines de l'Histoire de France. Avec François-Marin Fleutot pour le Cercle Aristote.


(0)
262 Vues
0 commentaire
04.2021

Dans cette époque bien lointaine, la France que nous connaissons n'existe pas. Elle naîtra bien plus tard des soubresauts de l'histoire et de la volonté de nos rois. L'alliance factuelle entre le roi Clovis, alors païen, autorité militaire impériale, et l'évêque de Reims, Saint Rémi, dans l'un des derniers espaces non conquis par les ethno-arianistes - chrétiens disciples de l'évêque Arius qui ne reconnaissent pas la Trinité -, va restaurer l'autorité du monde chrétien catholique.
Dans le monde occidental de l'époque, Clovis devient la seule autorité qui prend le parti de la Rome catholique et devient l'héritier temporel de l'Empire. Le concile d'Orléans, en 511, est la première manifestation publique de l'unité des Gaules... de l'unité de la France. Mais il est aussi fondateur des rapports complexes entre l'autorité spirituelle et le pouvoir temporel. Un des attributs du pouvoir impérial est d'établir les administrations, ce que fait Clovis en organisant ce concile. Il est reconnu par le clergé comme ayant ce pouvoir, base de son autorité temporelle non sur la "doctrine religieuse" mais sur son administration.
Jusqu'à la fin du XIXe siècle, les rois de France sont appelés fils aînés de l'Église en mémoire de l'action restauratrice de Clovis. La France n'étant plus royale, après Vatican I (1870) les pontifes romains la nommeront "fille aînée de l'Église".

L'attentat de Sarajevo à l'origine de la guerre de 1914. Avec Jean-Paul Bled sur Radio Courtoisie.


(0)
267 Vues
0 commentaire
23.10.2012

Dimanche 28 juin 1914 : l'archiduc François-Ferdinand, en visite officielle à Saravejo, est abattu d'un coup de feu. L'assassinat de l'héritier du trône d'Autriche-Hongrie par un nationaliste serbe, prêt à tout pour déstabiliser la région, ne tarde pas à embraser le monde ; 34 jours plus tard, l'Europe entre en guerre.
François-Ferdinand est devenu l'héritier de François-Joseph, sans y avoir été préparé, en quelque sorte par accident ou plus exactement dans des circonstances dramatiques : la mort de son cousin Rodolphe à Mayerling en 1889, puis celle de son père en 1896. Mort sans avoir eu l'occasion de donner sa mesure et de régner, François-Ferdinand se révèle une personnalité plus complexe qu'il n'y paraît.
Connu pour ses coups de sang, l'homme est doté d'une incroyable énergie, affectionnant la vie familiale - il s'est en outre mis au ban de la dynastie en épousant une jeune femme bien au-dessous de sa condition. Catholique conservateur, méfiant à l'égard des Hongrois et des Italiens, il s'est souvent prononcé en faveur de la paix, a tâché de moderniser l'armée et a suivi avec sympathie le renouveau artistique de l'époque.
Enfin, il est convaincu de la nécessité de réformer la monarchie : François-Ferdinand, "l'homme qui aurait pu sauver l'Autriche" ?

Émissoin "Les mardis de la mémoire", animée par Anne Collin et Dominique Paoli.

L'Exécution du Roi : victime(s) et juge(s). Avec Jean-Clément Martin pour la Nouvelle Action Royaliste.


(0)
323 Vues
0 commentaire
24.03.2021

Professeur émérite de l'université, grand spécialiste de l'histoire de la Révolution française, Jean-Clément Martin vient de publier un nouvel ouvrage portant sur l'exécution du roi.
La condamnation de Louis XVI à la peine de mort était alors un événement inconcevable pour les Français contemporains des premières années de la Révolution bien qu'il paraît aujourd'hui d'une logique implacable. Or Jean-Clément Martin montre que rien n'était acquis, même après le 10 Août 1792, et que le roi fut au centre de luttes féroces au sein de la Convention et entre la Convention et les sans-culottes, dans une nation en guerre.

L'Eglise gallicane et la monarchie absolue. Avec Catherine Maire pour la Nouvelle Action Royaliste.


(0)
410 Vues
0 commentaire
09.12.2020

Chercheuse au CNRS, spécialiste de l'histoire religieuse de la France moderne, Catherine Maire avait publié en 1998 un ouvrage fondamental sur le jansénisme (De la cause de Dieu à la cause de la Nation, Gallimard). Elle a depuis élargi sa recherche dans un nouveau livre qui fait l'objet de cette rencontre sur la politique et la religion dans la France des Lumières.
À travers les grandes querelles sur le jansénisme, sur les biens ecclésiastiques, sur le statut des protestants et sur le rôle des jésuites, comment les relations entre l'Eglise et l'Etat se sont-elles nouées à la fin du "siècle de Louis XIV" et pendant le règne de Louis XV ? La politique religieuse de la monarchie, prise dans les tensions internes au gallicanisme, permet de saisir la genèse de la pensée des Lumières dans sa très riche complexité.

Les Tudors, l'âge d'or de l'Angleterre. Avec Bernard Cottret sur StoriaVoce.


(0)
435 Vues
0 commentaire
02.2020

En 1485, la couronne du souverain d'Angleterre Richard III est retrouvée dans la plaine boueuse d'un champ de bataille, sinistre symbole de la chute d'un roi. Les armées du dernier monarque de la maison d'York sont écrasées par celle d'Henri, comte de Richmond. Bosworth signe la fin de la guerre des Deux-Roses, ouvre l'ère d'une nouvelle dynastie. Richard III meurt laissant le trône d’Angleterre à son rival : Henri VII, dit Henri Tudor. Le conflit dynastique s’est conclu dans le sang, après 30 ans de rivalités entre les deux maisons.
Mais d’où viennent les Tudors ? Certains voient dans cet événement la fin du Moyen-Age anglais et le début de la modernité. Quel crédit accorder alors à cette conception du passé ? Comment expliquer la postérité des Tudors notamment grâce aux films, aux œuvre littéraires, à tous ces arts qui créent la légende et qui nous incitent aujourd'hui à démêler le vrai du faux ?
L'historien Bernard Cottret vient nous parler de cette "dynastie qui a fait l'Angleterre".

Une émission animée par Mari-Gwenn Carichon.

Tuer le mort : le désir révolutionnaire. Avec Paul-Laurent Assoun, Fethi Benslama, Laurie Laufer et Alain Vanier pour le Centre de Recherche Psychanalyse Médecine et Société.


(0)
516 Vues
0 commentaire
14.06.2017

En octobre 1793, les tombeaux de la Basilique de Saint-Denis sont profanés et les corps des rois inhumés en ce lieu depuis quinze cents ans sont extraits, dissous et jetés pêle-mêle dans la fosse de l'Histoire. Acte hors norme, unique en son genre, légalement exécuté au nom de l'État révolutionnaire, de la Terreur instituée.
Violence symbolique qui s'éclaire, en sa logique inconsciente, de la fonction freudienne du corps totémique et du "tabou du chef". Objet paradigmatique de l'anthropologie psychanalytique du politique, qui interroge la haine pure, la passion de la ruine et la structure du désir révolutionnaire. Quand, au nom du Bien politique, s'ouvrent les vannes de la pulsion de mort au cœur du collectif.
L'enjeu de l'évènement, le corps de la Souveraineté, n'est rien moins que l'entrée cataclysmique du sujet dans la modernité politique et sa post histoire, ce qui en fait l'actualité chronique.

Les rois excommuniés : aux sources de la laïcité. Avec François-Marin Fleutot au Cercle Aristote.


(0)
513 Vues
0 commentaire
21.10.2019

L'historien François-Marin Fleutot nous livre le contenu de ses recherches sur les rapports souvent difficiles qui unissait les rois de France à l'Eglise catholique, non pour des affaires de foi mais de souveraineté nationale. Il voit dans cette indépendance revendiquée de la couronne de France, qui valut à nombre de nos souverains l'excommunication, la source de la laïcité entendue comme le fait que le roi de France n'a point de supérieur dans le domaine temporel en son royaume.