Maurice Barrès (1862-1923), complexe ou ambigu ? Avec Daniel Rondeau, François Broche, Michel Cazenave, Jean-Marie Domenach, Christian Jambet, Eric Roussel, Georges Sebbag et Michel Mourlet sur France Culture.


(0)
262 Vues
0 commentaire
20.10.1994

Maurice Barrès, né le 19 août 1862 à Charmes dans les Vosges et mort le 4 décembre 1923 à Neuilly-sur-Seine, était un écrivain et homme politique français, figure de proue du nationalisme français.
Le premier axe de sa pensée est "le culte du Moi" : Barrès affirme que notre premier devoir est de défendre notre moi contre les "Barbares", c'est-à-dire contre tout ce qui risque de l'affaiblir dans l'épanouissement de sa propre sensibilité. Le second axe est résumé par l'expression "La terre et les morts" qu'approfondissent les trois volumes du Roman de l'énergie nationale : Les Déracinés (1897), L'Appel au soldat (1900) et Leurs Figures (1902) qui témoignent de l'évolution de Maurice Barrès vers le nationalisme républicain et le traditionalisme, l'attachement aux racines, à la famille, à l'armée et à la terre natale.
Il est resté l'un des maîtres à penser de la droite nationaliste durant l'entre-deux-guerres.

Émission "Une vie, une oeuvre", produite par Christine Goémé et Isabelle Yhuel.

Lord Byron (1788-1824). Avec Joseph Barry, Michel Cazenave, Robert Escarpit, Olivier Caplain, Gabriel Matzneff et Thérèse Tessier sur France Culture.


(0)
172 Vues
0 commentaire
17.11.1988

Du ténébreux Childe Harold à Don Juan le voltairien, le portrait vécu et fantasmé d'un héros majeur du romantisme : Lord Byron, à travers ses passions, ses folies et ses défis à la société de son temps.
Au-delà des fractures d'une vie et les apparentes contradictions, il se dégage de Byron une unité qui se manifeste dans son attitude de perpétuelle révolte, cette révolte d'origine métaphysique qui est le cœur même du mouvement romantique.
Le plus étonnant, chez ce dandy sulfureux qui fit scandale dans la très bourgeoise Angleterre de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIX, c'est sa conscience politique : son esprit révolutionnaire l'amènera à s'engager pour la cause de l'Indépendance des peuples.
Un homme qui, dans ses actes et ses écrits, n'aura jamais reconnu que la liberté pour seul maître, tout au long de sa vie.

Émission "Une vie, une oeuvre", produite par Françoise Estèbe et Isabelle Yhuel.

Raymond Abellio ou la passion de la connaissance. Avec Guy Dupré, Huguette de Montfalcon, Lima de Freitas, Jean-Pierre Lombard, Marie-Christine Saric, Michel Cazenave et Basarab Nicolescu sur France Culture.


(0)
454 Vues
0 commentaire
31.12.1993

Avant de devenir en 1946 Raymond Abellio avec son premier roman, Heureux les Pacifiques, Georges Soulès, polytechnicien, avait été militant révolutionnaire dans les souterrains de l'Histoire. On reproche encore à cet activiste trotskyste de s'être fourvoyé dans la Cagoule entre 1941 et 1943 et d'avoir été jusqu'à la fin de la guerre un agent double entre Vichy et Londres sans daigner choisir son camp.
En vérité, la naissance de Raymond Abellio correspond à la mort initiatique de Georges Soulès. Sa rupture avec la politique est radicale comme est absolue sa conversion à la littérature et à la philosophie.
Pendant quarante ans, jusqu'à sa mort en 1986, Abellio publiera des romans, des essais, des mémoires, un journal, un traité de phénoménologie génétique de la science : La structure absolue, qui feront de lui le seul écrivain métaphysique de sa génération.
Oeuvre initiatique, oeuvre éveilleuse, oeuvre illuminative ouverte à la double transcendance du corps et de la conscience, oeuvre gnostique orientée vers le centre secret d'une époque qui, dans son aveuglement, n'y verra qu'une oeuvre marginale. Le plus grand écrivain de l'action et de la méditation depuis André Malraux.

Émission "Une vie, une oeuvre", produite par Michel Camus.

Gaston Leroux (1868-1927). Avec Michel Cazenave, Jacques Baudou et François Guérif sur France Culture.


(0)
188 Vues
0 commentaire
11.08.2018

Héritier et dernier des grands feuilletonistes du XIXe siècle, Gaston Leroux s'inscrit en marge des auteurs du roman populaire. Tour à tour avocat, chroniqueur judiciaire, puis grand reporter, il joue dans ses romans de ces divers registres qu'il mêle pour tisser des histoires où le mystère est le maître-mot.
Dans ses deux premiers romans-feuilletons, Le Mystère de la chambre jaune puis Le Parfum de la dame en noir, apparaît Rouletabille, petit reporter qui, s'appuyant sur le "bon bout de la raison" tente de résoudre le mystère d'un crime fondé sur une énigme défiant la logique et dont la solution est inattendue.
Qu'il s'agisse de Rouletabille ou de Chéri-Bibi, reporter ou bagnard, ces personnages centraux dans l'oeuvre de Leroux seront les hérauts d'une fatalité ou d'une culpabilité à laquelle le destin les a confrontés.
D'une grande lucidité, tels les auteurs de la tragédie antique, Gaston Leroux met ses expériences de reporter - ses voyages en Russie ou en Angleterre - au service d'un art du romanesque proche du fantastique.
Mais l'art de Gaston Leroux se retrouve également dans son style, où l'on détecte à travers ses petites phrases en italiques - "le presbytère n'a rien perdu de son charme, ni le jardin de son éclat" - de l'humour noir et sublime d'un cœur romantique qui fascina les surréalistes.

Émission "Une vie, une oeuvre", animée par Irène Omélianenko.