Un Gabin, sinon rien. Avec Jean-Baptiste Thoret, Philippe Rouyer et François Angelier à Mauvais Genres sur France Culture.


(0)
176 Vues
0 commentaire
08.02.2014

Trésor national, lieu de mémoire ou place des fêtes, Jean Moncorgé, dit Gabin, appartient à l'ADN de la culture populaire française, celle qui va des années 20 à l'après-68, de Mistinguett à Actuel.
On suivra le bonhomme Gabin à la trace, de film en film, du surineur en cavale devenu héros de la Légion dans La Bandera de Duvivier à patriarche de La Horse, tour à tour marginal ou capitaine d'industrie, ouvrier démerdard ou commissaire divisionnaire, clochard ou avocat.
Un cas Gabin essentiellement centré sur sa puissance de jeu et capacité à irradier le plateau. Indestructible Gabin.

Lucien Rebatet et la "contre-culture fasciste". Avec Pascal Ory et François Angelier à Mauvais Genres sur France Culture.


(0)
264 Vues
0 commentaire
07.11.2015

Succès de librairie, sous l'Occupation, à sa sortie fin juillet 1942, lieu de mémoire sulfureux lors de sa réédition augmentée et caviardée chez Jean-Jacques Pauvert en 1976 sous le titre Mémoires d'un fasciste, Les Décombres de Lucien Rebatet demeure un des textes-limites de la littérature et du journalisme français, limite par la vision (celle d'un apologète déclaré de l'hitlérisme faisant siens tous les aspects du nazisme, de l'antisémitisme racial au militarisme pangermanique), limite par l'analyse historique (celle d'un maurrassien déçu passé à la collaboration enthousiaste par haine de la IIIème république), limite aussi par le ton (flamboyant, d'un lyrisme qui s'alimente de la haine éprouvée) et de la culture mobilisée (mélange inouï d'humanisme traditionnel, d'avant-gardisme véhément et d'esthétisme nazi). Livre-monstre qui focalise en lui la quintessence d'un engagement et d'une époque.
Cette comète brune repasse dans le ciel éditorial à la faveur d'une exemplaire édition procurée par Bouquins-Laffont. L'occasion de fouiller ce dossier Rebatet en compagnie de l'historien Pascal Ory, spécialiste de la Collaboration et préfacier du volume.

James Ellroy à Mauvais Genres sur France Culture.


(0)
527 Vues
0 commentaire
06.02.2010

Est diffusé un long entretien avec le romancier américain James Ellroy à l'occasion de la sortie de son dernier roman "Underworld USA".
Troisième et ultime volet de sa trilogie romanesque sur l'Amérique d'après-guerre, c'est une oeuvre hantée par les figures d'Hoover et d'Howard Hughes, décrivant l'Amérique de Johnson et de Nixon du point de vue des sombres coulisses, au travers du regard des voyeurs, maître-chanteurs et autres casseurs de bras...

Le personnage et l'oeuvre d'Isidore Lucien Ducasse, alias le comte de Lautréamont (1846 - 1870). Avec François Angelier et Jean-Luc Steinmetz à Mauvais Genres sur France Culture.


(0)
525 Vues
0 commentaire
26.09.2009

Fabuleux manuel à enrayer la mécanique littéraire, consommation-consumation du romantisme noir, les écrits d’Isidore Ducasse, comte de Lautréamont, s’impose toujours comme une redoutable effraction mentale.
La publication de ses oeuvres dans la Bibliothèque de la Pléiade donne l'occasion à l'émission Mauvais Genre de se consacrer à son personnage et à son oeuvre.

Edgar Allan Poe. Avec Xavier Mauméjean, Pierre Senges et François Angelier à Mauvais Genres sur France Culture.


(0)
341 Vues
0 commentaire
05.12.2009

Alors que l'année de célébration du bicentenaire d'Edgar Allan Poe court vers sa fin (2009), parutions et radiodiffusions lui offre un bouquet final. L'émission Mauvais Genres revient sur cette actualité et s'arrête sur le personnage et l'oeuvre d'Edgar Allan Poe.

Robert Howard et le personnage de Conan le barbare. Avec Patrice Louinet à Mauvais Genre sur France Culture.


(0)
3735 Vues
0 commentaire
05.09.2009

L'émission est consacrée à l'écrivain américain Robert Howard et à sa création la plus fameuse : Conan le Cimmérien.

Drieu la Rochelle et Albert Lewin. Avec François Angelier à Mauvais Genres sur France Culture.


(0)
513 Vues
0 commentaire
02.03.2013

Si la sortie de Pierre Drieu la Rochelle (1893-1945) en Pléiade ravive des débats politiques et idéologiques liés à sa Collaboration et à son antisémitisme, elle permet également de faire retour à une oeuvre littéraire singulière, marquée par l'expérience de la guerre totale, la première et supposée "der des der", qu'il vécut au Front (Verdun, Dardanelles), à celle d'une entre-deux-guerre endiablée dont il accompagna, côtoyant les Surréalistes puis rejoignant la mouvances fasciste, l'effervescence et les impasses, laissant derrière lui une longue déploration, hérissée de satires sociales, de désenchantement métaphysique et d'errance intérieure. Un périple gâché et épanouit par son suicide au gaz, le 15 mars 1945.  Ne sont pas oubliés les films inspirés par son oeuvre : Louis Malle, Jonathan Trier.
Le personnage et l'oeuvre d'Albert Lewin sont ensuite abordées, à la suite de la sortie de "Pandora", "Bel-ami" et "Le Portrait de Dorian Gray" en DVD. Lewin, gourmet de culture et d'avant-gardisme artistique s'attacha à peindre, au sens fort d'un cinéma hanté par legeste pictural, des figures d'être marquées par la mort : Pandora et le Hollandais volant, à qui il donna les traits d'Ava Gardner et de James Mason ; Bel-ami qu'il fit jouer à George Sanders ; Dorian Gray qui prit, grâce à lui, les traits glaçants de l'acteur Hurd Hatfield.