Le nationalisme-révolutionnaire. Avec Jean-Gilles Malliarakis au Local.


(0)
402 Vues
0 commentaire
2009

Qu'est ce que le nationalisme révolutionnaire ? Quand est-il né, et pour répondre à quelles nécessités ? Quelle est la doctrine de ce courant politique ?
C'est l'ancien militant Jean-Gilles Malliarakis qui vient répondre à ces questions, riche de son expérience passée et des réflexions qu'il a pu mener.

La société de l'indistinction. Avec Francis Cousin au Local.


(1)
1000 Vues
0 commentaire
19.11.2009

Le fétichisme de la marchandise est l'universelle domination sociale du quantitatif qui partout désormais développe l'exclusion spectaculaire du qualitatif dans la luxuriance aliénatoire de la dépossession humaine.
Aujourd'hui, dans ce monde du falsifié triomphant et de l'inversion généralisée, le krach inévitable du système des fictions faramineuses de l'économie spéculative s'annonce de plus en plus proche. Aussi, le gouvernement du spectacle mondial n'a t-il rien d'autre à offrir à la planète pour échapper à la faillite et tenter de sauver un dollar sur-hypothéqué que le chaos de la guerre sans fin par la mise en scène permanente de coups montés terroristes de vaste ampleur, menés de l'intérieur même des services spéciaux de la provocation étatique.
En ce temps où le spectacle mondial de la marchandise est en train de coloniser tous les espaces d'expression afin de les réduire à ne plus être que des champs duplicatifs de ce qui est conforme au despotisme démocratique de l'argent, il convient de dire haut et fort ce que tout le monde tait.

Céline politique. Par Philippe Alméras au Local.


(0)
555 Vues
0 commentaire
23.02.2012

Philippe Alméras, par son travail, veut définitivement liquider la théorie des deux Céline, comme celle de l’accès d’ébriété mentale : Le romancier et l’antisémite ne doivent pas être dissociés.
Le conférencier attaque la "clique des céliniens" qui refusent de voir l'écrivain Céline comme un antisémite, qui refuse d'admettre que son propos s'inscrit dans une histoire de l'antisémitisme français commencée avec l'Affaire Dreyfus.

Marx et la Nation. Avec Denis Collin au Local.


(0)
2223 Vues
0 commentaire
19.12.2009

Le marxisme traditionnel postule l'opposition entre prolétaires et capitalistes, opposition qui recoupe une opposition largement plus large entre les "grands" et le "peuple" qui se cristallise souvent sur la question de la nation pensée, à tort ou à raison, comme point de résistance à un capitalisme globalisé.
Or cette question est le point aveugle de la gauche, passée de l'internationalisme - qui suppose des nations - à un mondialisme branché parfaitement adapté à la nouvelle classe capitaliste transnationale.
Denis Collin revient aux sources en explicitant la pensée de Marx sur l'Etat et la Nation, dans le cadre historique de la lutte des classes.

L'eurasisme : la Nouvelle Droite russe. Avec Alexandre Douguine au Local.


(0)
519 Vues
0 commentaire
01.2011

Les auteurs d'Europe occidentale qui étudient la Révolution Conservatrice allemande (RC) mettent toujours l'accent sur le rôle de la Russie dans la gestation de ce corpus doctrinal et relèvent que ce terme est né en Russie au départ.
Youri Samarine parlait effectivement en 1875 de "Révolution conservatrice" et titrait ainsi une de ses brochures programmatiques.
Par ailleurs, on ne peut nier que la RC allemande était russophile et luttait pour une Ostorientierung de la diplomatie et de la politique étrangère allemandes.
Cette option était quasi partagée par tous: depuis les Jungkonservativen jusqu'aux nationaux-bolcheviques, en passant par les géopolitologues de l'école de Haushofer.
Dans ce sens, les idées radicales et claires de Jean Thiriart sur l'empire euro-soviétique de Dublin à Vladivostok, à construire par le mouvement Jeune-Europe, et la fameuse tirade d'Alain de Benoist, où il avouait préférer porter une casquette de l'Armée Rouge plutôt que d'aller déguster des hamburgers du côté de Brooklin, restent dans la droite ligne de cette russophilie et de cette Ostorien-tierung révolutionnaire-conservatrice.

Le solidarisme, des origines à nos jours. Par Jacques Arnould au Local.


(0)
339 Vues
0 commentaire
15.03.2012

Le solidarisme est un idéal ayant pour objectif de refonder le nationalisme en vue de créer une société solidariste. Cette révolution solidariste veut réconcilier la conservation et le progrès, la société et l'individu, et la France avec son destin.
Jacques Arnould nous raconte ici l'expérience concrète des groupes qui s'étaient réclamés de cette vision, dans l'après-68.

La désinformation autour de l'immigration. Par Arnaud Raffard de Brienne au Local.


(0)
358 Vues
0 commentaire
28.06.2012

La submersion migratoire qui étouffe la France et le spectacle désolant de la tiers-mondialisation de nos villes ne peut plus échapper à quiconque, et pourtant une stupéfiante passivité, un engourdissement mortel semble paralyser les Français.
De doctes personnages et leurs études nous expliquent le naturel et l’universalité dans le temps et l’espace des phénomènes migratoires qui devraient d’ailleurs, selon eux, s’intensifier encore avec les années.
Pourtant, Arnaud Raffard de Brienne affirme qu’aucune fatalité ne présidait à cette immigration massive qui n’est, bien au contraire que la résultante dramatique d’une énorme tromperie appuyée sur une désinformation intense et multiforme mise au service de l’idéologie libérale du laissez-faire, laissez-passer.
Il a fallu mentir sur les faits et les chiffres quand ils n’étaient pas dissimulés, piéger les mots et, souvent, les employer à contresens, légiférer pour faire taire les Français de souche. Statistiques inexistantes ou truquées, arguments spécieux, périphrases, vocabulaire dévoyé, néologismes opportunistes et images judicieusement choisies ont été utilisés à temps et à contretemps afin de soumettre nos compatriotes à une pensée unique forgée dans les cénacles où l’on pense à la place du peuple et souvent contre lui.
Ceci dit, impossible de taire qu’il a fallu aussi beaucoup d’égoïsme, de passivité voire de lâcheté, d’individualisme forcené et de désintérêt des Français pour leur propre destin, pour en arriver là.
Il a fallu aussi calomnier inlassablement, à défaut de les réduire au silence, les rares compatriotes clairvoyants qui percevaient les drames qu’engendrerait inévitablement une immigration incontrôlée. Procédures, censure et calomnies furent et demeurent leur lot quotidien.
Quant au peuple de France, il n’a jamais eu à s’exprimer politiquement sur ce sujet capital pour son devenir et celui de ses enfants.

Jacques Bainville : une vision de l’histoire. Avec Christophe Dickès au Cercle Aristote.


(0)
473 Vues
0 commentaire
11.02.2010

Un essai de synthèse de la vision historique de Jacques Bainville, en développant les axes les plus marquants de son oeuvre, à savoir le rétablissement de l'idée monarchique, le souci pédagogique et la vision politique chevillée à l'histoire.