Robespierre. Avec Marcel Gauchet au Cercle Aristote.


(0)
105 Vues
0 commentaire
21.11.2018

Robespierre reste une énigme, et une énigme qui soulève les passions. Il a ses admirateurs inconditionnels et ses détracteurs farouches. À la ferveur pour "l'Incorruptible" des uns répond la répulsion pour le "Tyran" sanguinaire des autres.
Cette division reflète l'antagonisme des mémoires de la Révolution française. 1789 et 1793 continuent de symboliser les deux faces opposées de notre événement fondateur : le glorieux avènement de la liberté d'un côté et la dérive dans la Terreur de l'autre.
Or Robespierre a pour originalité de faire le lien entre ces deux visages. Le champion des droits du peuple à la Constituante est aussi le pourvoyeur de la guillotine de la Convention montagnarde. Comment passe-t-on de l'un à l'autre ? Rupture ou continuité ?
C'est cette question classique que reprend Marcel Gauchet en s'efforçant d'y répondre en scrutant minutieusement l'itinéraire de pensée que l'abondant discours robespierriste permet de reconstituer. Un parcours qui éclaire le sens de l'événement révolutionnaire lui-même.

Quel avenir pour le peuple de Droite ? Avec Patrick Buisson à Orange.


(0)
116 Vues
0 commentaire
09.12.2016

Ancien conseiller de Nicolas Sarkozy et auteur du récent La Cause du peuple, Patrick Buisson continuer à rêver d'un populisme conservateur à la française.
Alors que François Hollande poursuit l'entreprise d'avilissement de la fonction présidentielle, l'opposition de droite réussira-t-elle a s'organiser pour mener la bataille ?

Vel' d'Hiv', Vichy, collaboration : la France est-elle coupable ? Avec Bertrand Renouvin et François Broche au Cercle Aristote.


(0)
98 Vues
0 commentaire
04.06.2018

Le 17 juillet 2017, Emmanuel Macron a déclaré que Vichy "était le gouvernement et l’administration de la France". Reprenant ainsi la position de Jacques Chirac et de François Hollande. Telle est la thèse désormais officielle de nos dirigeants.
Il est de notre devoir de nous y opposer, et c'est ce à quoi s'attellent Bertrand Renouvin et François Broche en démontant point par point cette entreprise dont le but est de salir la France et d'insulter le peuple français.
Car seul le général de Gaulle et ses premiers compagnons se situent dans la continuité républicaine après avoir constaté l’illégalité et l’illégitimité du pouvoir établi à Vichy à la suite d’un coup d’État. La France, indissociable de l’histoire qui l’a faite et du droit qui la définit, était à Londres, à Alger puis de nouveau à Paris libérée de l’ennemi.
Si Vichy c’est la France, si son gouvernement est légal, la condamnation à mort du général de Gaulle et la chasse aux résistants en deviendraient alors justifiées. Et cela, nul ne saurait le permettre.

Vichy, Londres et la France. Avec Bertrand Renouvin à la Nouvelle Action Royaliste.


(0)
356 Vues
0 commentaire
24.01.2018

Le discours sur la culpabilité de la France pour les crimes commis sur le territoire métropolitain pendant l’Occupation est ancien. Il a été officialisé par Jacques Chirac puis par François Hollande lors des commémorations de la rafle du Vel d’Hiv.
Après le récent discours d’Emmanuel Macron affirmant que Vichy, "c’était le gouvernement de la France", Bertrand Renouvin a répliqué dans Vichy, Londres et la France en rappelant l’ensemble des éléments historiques et juridiques qui montrent pourquoi la France libre a pu affirmer dès juin 1940 sa légalité et sa légitimité face à Vichy.
Car la mise en accusation de la France depuis trente ans a une portée idéologique et politique qu’il s’agit de comprendre et de combattre.

Ce qu'exige le vivre-ensemble des hommes et des femmes. Avec Jean-Pierre Lebrun à Clermont-Ferrand.


(0)
151 Vues
0 commentaire
20.10.2017

Le monde change : personne n’en doute plus, même si tout le monde est loin de partager l’idée d’une mutation anthropologique.
C’est l’articulation du singulier et du commun qui s’en trouve ébranlée. C’est, sous la houlette des avancées de la science – et des techniques qu’elle rend possibles -, la nouvelle donne du lien social, d’une "société des individus" qu’il s’agit de penser.
Il est possible d’éclairer ce trajet de mille et une façons mais pour "penser", ce sera toujours une position de recul qu’il faudra prendre et celle-ci risque aujourd’hui d’être aussitôt interprétée comme se voulant de surplomb, et donc réintroduisant une verticalité dont le nouveau monde ne veut plus !
Que peut alors la psychanalyse ? Pourquoi encore se référer à cette discipline née il y a maintenant plus d’un siècle ? Peut-être simplement, parce qu’elle a depuis sa naissance, et d’une manière inédite, tenté d’éclairer ce qui faisait l’humanité de l’humain, y compris de l’inhumain qui l’habite. Et qu’à ce titre, elle reste un appui incontournable pour penser le monde.

Un conférence qui s'inscrit dans le colloque "Le singulier, le commun : quel lien social ?" de l'association "Médecine et Psychanalyse dans la Cité".

Du génocide vendéen à la crise de la représentation actuelle : deux siècles de régime républicain. Avec Patrick Buisson au Cercle Pol Vandromme.


(0)
199 Vues
0 commentaire
31.01.2018

Essayiste, historien et politologue, le patron de la Chaîne Histoire brosse ici la fresque de plus de deux siècles de régime républicain.
En partant des guerres de Vendée -qu'il qualifie de premier génocide idéologique de l'Histoire- Patrick Buisson tente de dégager l'essence de la République française et relie cet épisode dramatique à une réflexion très actuelle sur la légitimité du pouvoir.

L'Union européenne est morte, vive l'Europe ! Introduction à la souveraineté. Avec Jacques Sapir et Coralie Delaume à Sciences-Po Lille.


(0)
193 Vues
0 commentaire
19.01.2018

Cette conférence est l'occasion de revenir sur un malentendu majeur : celui qui fait de l'opposition à l'Union européenne un refus de l'Europe en général. Plus globalement il s'agit d'émettre un bilan de l'Union européenne et de débattre de la notion de souveraineté, indispensable pour la démocratie bien que mal connue, mise au banc par les élites politiques et diabolisée dans les médias.
Coralie Delaume, essayiste, revient sur l'impasse de la construction européenne à partir d'un point de vue historique et en prenant en compte l'influence délétère du triptyque BCE-Commission-CJUE.
L'économiste Jacques Sapir, quant à lui, établit une approche historique et philosophique de la souveraineté. Il rappelle son rapport essentiel au politique et ses modalités d’application dans le champ démocratique à partir des "trois souverainismes" (social, politique et identitaire).

Une conférence organisée par l'association "Critique de la raison européenne".

Souveraineté, nation, religion. Avec Jacques Sapir et Bernard Bourdin à la Nouvelle Action royaliste.


(0)
249 Vues
0 commentaire
07.06.2017

Bernard Bourdin, théologien et philosophe, avait engagé un débat avec Jacques Sapir lorsque celui-ci avait présenté son ouvrage intitulé Souveraineté, laïcité, démocratie. Bertrand Renouvin leur avait alors proposé de poursuivre ce débat en tête-à-tête. De l’enregistrement de leurs échanges est sorti un ouvrage qui reproduit leur confrontation sur "la souveraineté, la nation et la religion". Ces questions qui sont au cœur de notre actualité se voient replacées dans leur histoire plurimillénaire.
C'est donc à une nouvelle rencontre entre ces deux protagnistes que nous avons droit, entre Jacques Sapir, économiste et théoricien de la souveraineté qui ne croit pas au Ciel et Bernard Bourdin, philosophe dominicain qui a récemment publié sa thèse sur la théologie du politique. Tous deux nous explique leur "dispute", capitale pour comprendre les enjeux de notre siècle.