Bio-objets et civilisation in vitro : pour une sociologie des biotechnologies. Avec Céline Lafontaine à l'Université de Genève.


(0)
160 Vues
0 commentaire
22.09.2021

À l'heure où l'on s'inquiète de l'avenir de la biodiversité, de nouvelles formes de vie éclosent chaque jour dans les laboratoires du monde globalisé. À mi-chemin entre le biologique et l'artificiel, les bio-objets (gamètes, embryons, cellules souches) sont les descendants directs des technologies in vitro qui ont permis de cultiver des cellules et des tissus vivants. Or ces entités biologiques sont, malgré leur omniprésence, des objets insaisissables dont la vitalité brouille de manière concrète le découpage culturel entre sujet et objet, entre nature et artifice, entre humain et non-humain. Dotés d'une très grande plasticité, ils peuvent être congelés, modifiés, transplantés, transportés et échangés. En quoi leur production croissante transforme notre rapport au vivant et à l'identité corporelle ? Quelles implications matérielles, économiques, sociales et culturelles sous-tendent leur prolifération ?
À partir d'exemples tirés de la médecine reproductive, du génie génétique et d'une enquête menée auprès de chercheurs en bio-impression, la sociologue Céline Lafontaine insiste sur le fait que les produits de la culture in vitro ne sont justement pas des objets comme les autres, du seul fait de leur vitalité biologique. Plus globalement, elle souligne les défis et les questionnements épistémologiques que les bio-objets posent à la sociologie.

L'industrialisation et l'accélération des transformations économiques et sociales en France au XIXe siècle. Avec François Jarrige pour l'Association des Professeurs d'Histoire et de Géographie.


(0)
438 Vues
0 commentaire
04.2020

L'historien François Jarrige nous présente les grands débats et les principaux enjeux de l'industrialisation au XIXe siècle et propose des pistes pédagogiques pour présenter cette période.
Dans un deuxième temps, il revient sur la trajectoire emblématique de Michel Chevallier, ingénieur, économiste et homme politique français du milieu du XIXe siècle et présente enfin un tableau de Bonhommé sur Le Creusot, l'occasion de décrire ce grand centre industriel français entre 1836 et 1984 dirigé par la famille Schneider.

Émission "Brèves de classe", animée par Yohann Chanoir et Nicolas Charles.

Comment le XIXe siècle a-t-il inventé la science ? Avec Guillaume Carnino sur RFI.


(0)
432 Vues
0 commentaire
17.04.2015

Comment la science est-elle devenue la religion de l'âge industriel ? Comment a-t-elle émergé dans la langue et les consciences de la population au XIXe siècle ? Quels ont été les vecteurs de sa diffusion et de sa vulgarisation ? A-t-elle été tributaire d'influences extérieures ? Quels ont été les liens de Pasteur avec l'industrie ? La science peut-elle être pure et désintéressée ? Comment la vérité scientifique est-elle devenue un mode de gouvernement ? Que recouvre la notion de progrès ? La Révolution française s'est-elle accomplie, un siècle plus tard, grâce à la science ?  
Aussi diverses soient-elles, ces questions ont partie liée avec l'émergence d'une force industrielle, philosophique et politique sans précédent : la science. Cette science, qui jadis était synonyme de savoir au sens générique du terme, recouvre désormais l'expérimentation et la mathématisation du réel, pour finalement désigner l'expression du vrai en toutes choses et investir l'intégralité du social.
Parallèlement à la décision démocratique, la vérité scientifique devient peu à peu un mode de gouvernement des êtres et des choses à part entière, et marque l'avènement de la civilisation des experts.
L'industrie, avec laquelle la science partage un schème fondateur - la reproductibilité -, trouve en elle le moteur à la fois matériel et idéologique de son progrès.
L'historien Guillaume Carnino analyse le lien, si étroit en France, entre autorité de la science et idée républicaine.

Émission "Autour de la question", animée par Sophie Joubert.

Le capitalisme autoritaire. Avec Grégoire Chamayou pour Hors-Série.


(0)
507 Vues
0 commentaire
22.10.2018

On sent qu'il aime ça, Grégoire Chamayou, rentrer dans la tête des puissants. Dans son précédent livre déjà, Théorie du drone, le philosophe plongeait dans les archives militaires américaines pour nous donner à entendre les voix de ceux qui pensent la guerre et tentent de promouvoir une nouvelle manière de la faire : sans courir le risque de mourir soi même.
Dans son dernier ouvrage en date, La Société ingouvernable, Une généalogie du libéralisme autoritaire (La Fabrique) le chercheur troque le complexe sécuritaire pour les boards des entreprises. Il nous emmène dans les tréfonds feutrés des hautes sphères du pouvoir économique, là où les intellectuels organiques des milieux d'affaire ont mis au point dans les années 1970 les théories, les concepts et les tactiques pour défendre un ordre capitaliste alors profondément remis en cause, aussi bien par des salariés "indisciplinés" que par des mouvements écologistes en demande de régulation gouvernementale.
Il faut les entendre échafauder leur riposte, inventer les "théories de la firme" à même de justifier le primat de la valeur actionnariale, tout en s'efforçant de déréaliser la violence de la hiérarchie et du rapport salarial… Il faut les entendre, car alors on perçoit leurs contradictions, leurs débats, leurs désaccords et leurs failles. Celles qu'il nous appartient d'exploiter si l'on veut à nouveau se rendre ingouvernables.

Émission "Aux Ressources", animée par Laura Raim.

Relocalisation : renverser le rapport de force ? Avec Aurélien Bernier sur Radio Sputnik.


(0)
500 Vues
0 commentaire
09.07.2020

Si l'idée de relocaliser la production est portée depuis longtemps par des intellectuels et des militants, elle a pris un nouvel élan dans la population à la faveur de la crise sanitaire.
Mais l'État peut-il retrouver un rôle de stratège sans reprendre en main le secteur-clé de l'énergie, ce qui entrerait en contradiction avec la logique de l'UE ?

Émission "Russeurope Express", animée par Jacques Sapir.

Alstom : scandale d'Etat, gâchis financier et trahison au sommet ! Avec Claude Rochet sur TV Libertés.


(0)
641 Vues
0 commentaire
09.2019

Claude Rochet, spécialiste en intelligence économique, revient sur l'acte de haute trahison que fut la cessation de la branche énergie du groupe Alstom à General Electric sous le mandat de François Holland, alors qu'Emmanuel Macron était ministre de l'économie...

1. Genèse d’un scandale : l'Amérique prédatrice
 – Une longue histoire industrielle, une technologie unique, les turbines "Arabelle"
 – Un savoir-faire stratégique
 – Le rôle des investissements publics, utilité stratégique contre rentabilité
 – Ces hauts fonctionnaires qui ont peur des mots, stratégie, patriotisme, couardise et idéologie
 – L'affaire Pierucci, le piège américain
 – Arrestation à New York (JFK) par le FBI, proposition de servir les intérêts US

2. Un véritable roman policier, la réalité dépasse ici la fiction
 – Où l'on découvre l'arme juridique du FCPA
 – La clause de rattachement au territoire américain, le dollar certes mais aussi le simple usage d'un site internet
 – FCPA, un business : 15 milliards de $ de CA
 – Soumission française
 – Jurisprudence Al Capone
 – Soft Power et soft skills
 – Un enjeu économique mais aussi culturel !
 – Alstom abandonne Pierucci
 – Le terrifiant témoignage sur la justice (DOJ) et la prison américaine

3. Les responsabilités françaises
 – Montebourg fait, seul, preuve de courage, Macron mis en cause
 – Hollande égal à lui-même : indolent, il ne s'intéresse pas à l’affaire
 – L'enquête parlementaire est en marche : O. Marleix, J. Myard et d'autres
 – Les mensonges de Kron, PDG d'Alstom
 – Les Américains font ce qu'ils veulent !
 – Le licenciement de Pierucci en procès
 – Le livre de Pierucci publié avec M. Aron, cambriolage de l'ordinateur du journaliste
 – A qui profite le crime ?
 – Le parquet national financier plus prompt sur les costumes de Fillon que sur l'affaire Alstom
 – Une oligarchie de mèche
 – Hugh Bailey, conseiller d'Emmanuel Macron, nommé directeur de GE France : conflit d'intérêt caractérisé !
 – Les suppressions d'emplois !
 – La France vendue à la découpe !
 – Pierucci veut faire racheter Alstom
 – Haute trahison de Macron au titre des articles 67 & 68 de la Constitution (abolis par Sarkozy)

Émission "Politique & éco", animée par Olivier Pichon et Pierre Bergerault.

Résister à la technique ou la dompter ? Avec François Jarrige sur France Culture.


(0)
652 Vues
0 commentaire
03.06.2019

Rares sont les métiers aujourd'hui dont les machines sont absentes : la technique s'est peu à peu insinuée dans toutes les activités ; la maîtriser est un atout majeur sur le marché de l'emploi.
C'est au XIXe siècle que le développement technologique s'accélère comme jamais auparavant, les nouvelles techniques gagnant tous les pans de la société et la modifiant en profondeur, et en premier lieu, le monde du travail.
Ouvriers, artisans, comment les travailleurs voient-ils leur activité et par conséquent tout leur quotidien modifié, et comment appréhendent-ils ces changements ? L'univers machinique nouveau a-t-il suscité des résistances, des enthousiasmes ? Comment les penseurs du travail s'en sont-ils emparés ?

Émission "La Fabrique de l'Histoire", animée par Emmanuel Laurentin.

L'industrialisation est d'abord une révolution mentale. Avec Pierre Musso sur France Culture.


(0)
516 Vues
0 commentaire
01.06.2018

Qu'est ce qui constitue la matière première de l'innovation et de la création technologique ? A cette question, Pierre Musso répond sans hésiter : l'imaginaire. Celui de l'homme occidental est bâtie sur le mythe prométhéen de domination de la nature. Mais il a fallu pour l'épanouir rompre avec la vision contemplative de la nature développée par l'Antiquité.
L'imaginaire de l'industrialisation sur lequel nous vivons encore aujourd'hui s'est alors peu à peu imposé comme une nouvelle religion. Et comme toute religion, l'industrie a ses cérémonies, ses expositions, ses rassemblements. Mais à la différence des religions monothéistes centrées sur la figure du père, l'industrie est centrée sur une figure maternelle. Ou plutôt une double figure : d'un côté une mère généreuse qui prodigue ses largesses aux humains, de l'autre une marâtre cruelle qui malmène ses enfants.

Émission "Matières à penser", animée par Serge Tisseron.