"La littérature est un territoire où l'on cherche sa propre identité". Avec Claudio Magris sur France Culture.


(0)
19 Vues
0 commentaire
28.10.2017

Claudio Magris est romancier, essayiste, traducteur de Kleist, Schnitzler et Büchner, voyageur érudit, dans le temps et dans l'espace, éditorialiste, aussi, au Corriere della Sera, primé dans tous les pays : Prix Strega, le Goncourt italien, en 1997, Prix prince des Asturies en 2004, Prix de la paix des libraires allemands en 2009...
Les français l'ont découvert, et aimé, avec Danube, journal sentimental, essai nourri de fictions où il suivait l'histoire et les mythes charriés par le grand fleuve, de la Forêt-Noire à la mer Noire. Il est aussi l'auteur d'une œuvre protéiforme où l'on trouve des romans comme Enquête sur un sabre ou A l'aveugle, et des essais comme Microcosme, qui font de lui l'une des figures majeures de la culture italienne et de l'humanisme européen.
Claudio Magris publie aujourd'hui un nouveau roman publié chez Gallimard intitulé Classé sans suite. Plus qu’un roman fleuve, c’est un roman musée. Ou un musée roman. C'est peut-être, d'ailleurs, la même chose. On y découvre Luisa Brooks, une femme dont l'histoire est très liée à la deuxième guerre mondiale, fille d'une juive triestine qui a traversé la shoah et d'un sergent afro-américain arrivé dans la ville en 1945, un personnage héritier de deux tragédies, la shoah et la traite des noirs, et qui doit reprendre l'œuvre d'un personnage excentrique, illuminé, un triestin, lui aussi, qui s'était mis en tête de collectionner les armes de toutes les époques, de la hache au chars d'assauts, des cimeterres aux grenades à fragmentation, pour en faire un musée qui serait tellement chargé de mort qu'il convertirait tout le monde à la paix. Et le plus fascinant, c’est que cet homme a existé, qu'il a vraiment vécu à Trieste et qu'il a considérablement abîmé la vie de sa famille en se ruinant pour acquérir ces armes…

Émission "Le Temps des écrivains", animée par Christophe Ono-dit-Biot.

Un été avec Paul Valéry. Avec Régis Debray sur France Inter.


(0)
80 Vues
0 commentaire
2018

Il y a deux Paul Valéry : celui des petits classiques illustrés et le sacripant drolatique, l'anar espiègle, le gamin salace aux mauvaises pensées, "l'esprit le plus méphistophélique de notre littérature", sans parler du coureur et du farceur. Oui, cela fait deux en un : le bienséant et le frondeur, l'homme d'institution et l'irréconcilié.
Paul Valéry, ce solaire impénitent, ce grand amoureux des femmes, de la peinture et de la musique, reste un homme du trait, du brillant, de l'éclat, du paradoxe et du charnel. Son oeuvre dessine une rose des vents. L'auteur de l'universel Cimetière marin est aussi "un lanceur d'alerte" sur la fragilité de notre civilisation et de notre société mondialisée.
Paul Valéry, notre contemporain brillant, est un poète à (re)lire de toute urgence par temps de détresse.

L'extermination des juifs d'Europe. Avec Johannes Vogele et Paul Braun sur Radio Libertaire.


(0)
134 Vues
0 commentaire
2019

À l'occasion des 80 ans du déclenchement d'un conflit mondial qui permit au nazisme d'exterminer deux tiers des juifs d'Europe, cette série de deux émissions retrace, dans un premier temps, l'histoire du processus de destruction des juifs d'Europe à partir de l'ouvrage du même nom de Raoul Hilberg, et revient dans un second temps sur les origines de cette extermination : ses causes lointaines (notamment l'antisémitisme) et immédiates, sa spécificité et sa comparaison avec d'autres crimes de masse. 
En effet, cette question a nourri d'innombrables débats entre historiens où les intentionnalistes, pour qui le génocide a été prévu et planifié, s'opposent aux fonctionnalistes, qui tentent de montrer que ce fut plutôt le fruit des circonstances.

Émission "Sortir du capitalisme", animée par Armel Campagne.

L'avenir du nationalisme européen. Avec Robert Steuckers sur Radio Courtoisie.


(0)
266 Vues
0 commentaire
07.11.2017

Robert Steuckers, figure de la scène métapolitique européenne, originaire de Bruxelles et membre historique du GRECE, a passé sa vie à explorer en profondeur la géopolitique et ses retombées dans les pays européens.
Son souci majeur est de dégager les peuples d'Eurasie de la tutelle américaine et de voir advenir une Europe unie, débarrassée des inimitiés du passé.
Le "nationalisme européen" sera-t-il l'avenir d'un continent indépendant et uni politiquement pour faire face aux défis du XXIe siècle ?

Émission du "Libre Journal des Européens", animée par Thomas Ferrier.

L'Europe, une multitude de défis. Avec Robert Steuckers pour Résistance Helvétique à Genève.


(0)
148 Vues
0 commentaire
09.03.2019

L'Europe est, politiquement parlant, en dormition. Et en dormition profonde, alors que de multiples dangers et menaces se développent et s'amplifient, dangers et menaces qui sont autant de défis.
Alors, l'Europe, le réveil ou la mort ? Tel est la question la plus importante à laquelle nous devons répondre, et que traite ici Robert Steuckers.

Brexit : le calvaire des européistes. Avec François Asselineau et Charles Gave sur TV Libertés.


(0)
144 Vues
0 commentaire
09.2019

En 2016, les Britanniques ont voté pour que la Grande-Bretagne sorte de l'Union Européenne. Trois ans plus tard, rien n'a changé.
Entre tractations avec Bruxelles et blocage du parlement britannique face à Boris Johnson, les institutions semblent prêtes à tout pour éviter le Brexit...
L'économiste et président de l'Institut des Libertés Charles Gave et le président de l'UPR François Asselineau débattent ensemble du fonctionnement de l'Union Européenne et des blocages à l'origine d'un véritable imbroglio à Londres.

Émission "Le samedi politique", animée par Elise Blaise.

L'écologie peut-elle être nationale ? Avec Hervé Juvin sur France Culture.


(0)
194 Vues
0 commentaire
13.05.2019

Hervé Juvin, essayiste et homme d'affaires, est l'auteur de La Grande séparation : pour une écologie des civilisations (Gallimard, 2013), et de France, le Moment politique (éditions du Rocher, 2018). Après avoir travaillé au nom de l'Europe avec Raymond Barre et collaboré à la revue Débat, il se rapproche de Marine Le Pen en 2016, avant d’accepter de figurer en 2019 en cinquième position sur la liste Rassemblement National aux élections européennes.
Conservateur libéral tendance identitaire, penseur de l'écologie, Hervé Juvin est perçu comme la caution intellectuelle du mouvement et l'instaurateur d'un nouveau courant de pensée au sein du Front National : "le juvinisme".
Les idées d'un homme sont-elles transposables à l'échelle d'un parti ? Comment a-t-il influencé le projet européen sur lequel le RN fait campagne, et notamment son chapitre écologique ?
Contre une mondialisation "sauvage", Hervé Juvin prône un localisme qui favorise les espaces géographiques délimités et les frontières qui protègent la biodiversité.

Émission "La Grande table idées", animée par Olivia Gesbert.

Les nations sous l'empire. Avec Emmanuel Todd sur la RTS.


(0)
232 Vues
0 commentaire
26.06.1990

Alors que l'URSS vient de s'effondrer et que l'Allemagne est en pleine réunification, le politologue et historien Emmanuel Todd est interrogé sur la résurgence des identités nationales.
Ce sentiment national renaît dans certains pays ex-communistes, d'où la crainte des Occidentaux d'assister à la résurgence de nationalismes exacerbés et violents, notamment en Allemagne, avec la réunification de la RFA et de la RDA. Ces craintes sont-elles fondées ?

Émission "Les grandes peurs de l'an 90", animée par Eric Burnand.