La démocratie directe contre la sécession des élites. Avec Pierre Mandon pour le Cercle Aristote.


(0)
154 Vues
0 commentaire
02.2021

La démocratie directe revient en force en France, comme une volonté de renouveau du fait politique face à une crise de légitimité des régimes occidentaux, inédite depuis la chute de l'Union Soviétique, il y a trois décennies. Il s’agit donc pour Pierre Mandon de proposer une définition claire et précise de ce que recouvre ce concept et de ce que sont ses instruments contemporains. Etant pratique courante, non seulement chez le voisin suisse, dans la plupart des Etats fédérés des Etats-Unis et dans plusieurs dizaines de pays dans le monde, sous une forme plus ou moins étendue, il est possible d'en discerner quelques effets tangibles, impactant concrètement la vie politique de la cité.
Cela dit la littérature académique à ce sujet, bien que conduite par des chercheurs le plus souvent rigoureux dans leurs méthodes, souffre trop souvent du fait qu'elle n'étudie que trop rarement ce qui conditionne la démocratie directe : la tyrannie de la majorité, la dictature de la minorité intolérante, l'ingénierie sociale, mais également l'évolution de la technologie et des conditions énergétiques et environnementales. Mais aussi et peut être surtout une absence d'analyse de ce qui lui donne sa puissance d'agir, à savoir d'un côté la capacité pour les citoyens et l'Etat-nation d'exercer la souveraineté et de l'autre côté son fondement philosophique, celui du républicanisme civique aristotélicien, supposant aujourd'hui des hommes et bien sûr des femmes en âge d'être en armes pour défendre la cité et accomplissant des taches civiles bénévoles pour la collectivité, comme l'illustrent, parmi une infinité d'exemples, les cas des pompiers miliciens et des parlements de milice dans les communes suisses.
Il est indispensable d'insister sur ces aspects car répétons-le : jamais le sujet de la démocratie directe n'aura paru aussi important qu'à l'ère du crépuscule annoncé de l'ère libérale.

La démocratie contre les experts : les esclaves publics en Grèce ancienne. Avec Paulin Ismard au Rendez-vous de l'histoire de Blois.


(0)
167 Vues
0 commentaire
11.10.2015

Supposons un instant que le dirigeant de la Banque de France, le directeur de la police et celui des Archives nationales soient des esclaves, propriétés à titre collectif du peuple français. Imaginons, en somme, une République dans laquelle certains des plus grands serviteurs de l'État seraient des esclaves. Ils étaient archivistes, policiers ou vérificateurs de la monnaie : tous esclaves, quoique jouissant d'une condition privilégiée, ils furent les premiers fonctionnaires des cités grecques.
En confiant à des esclaves de telles fonctions, qui requéraient une expertise dont les citoyens étaient bien souvent dénués, il s'agissait pour la cité de placer hors du champ politique un certain nombre de savoirs spécialisés, dont la maîtrise ne devait légitimer la détention d'aucun pouvoir. Surtout, la démocratie directe, telle que la concevaient les Grecs, impliquait que l'ensemble des prérogatives politiques soit entre les mains des citoyens. Le recours aux esclaves assurait ainsi que nul appareil administratif ne pouvait faire obstacle à la volonté du peuple. En rendant invisibles ceux qui avaient la charge de son administration, la cité conjurait l'apparition d'un État qui puisse se constituer en instance autonome et, le cas échéant, se retourner contre elle.
Que la démocratie se soit construite en son origine contre la figure de l'expert gouvernant, mais aussi selon une conception de l'État qui nous est radicalement étrangère, voilà qui devrait nous intriguer.

Un entretien mené par Maurice Sartre.

Crise de la répresentation : quelles sont les alternatives ? Avec Yves Sintomer sur France Culture.


(0)
185 Vues
0 commentaire
14.01.2019

Nées au Brésil, dans les forums sociaux mondiaux, les ZAD, les mouvements d'occupation des places de type "Occupy ", Indignés, Nuit debout… de nombreux mouvements sociaux questionnent et contestent la notion de représentation en politique. L'irruption récente des Gilets Jaunes en France porte des revendications similaires.
Certaines alternatives à la démocratie représentative pourraient-elles dès lors s'imposer ? Tour d'horizon des futurs possibles avec Yves Sintomer, professeur de sciences politiques, spécialiste de la démocratie directe et fin observateur des mouvements sociaux revendiquant une radicalisation de la démocratie.

Émission "La Fabrique de l'Histoire", animée par Emmanuel Laurentin.

Votre démocratie, c'est laquelle ? Avec Karim Piriou sur Politikon.


(0)
200 Vues
0 commentaire
2020

La démocratie, entendue dans son sens étymologique comme pouvoir du peuple, a vu son sens et sa pratique déformés -voire dévoyés- depuis quelques siècles.
Certains auteurs, militants, mouvements sociaux et expériences politiques concrètes se sont donnés pour but de "démocratiser la démocratie". Afin d'y parvenir, certains ont par exemple essayé de rendre la décision politique juste et légitime en la faisant découler d'une délibération entre les citoyens, d'autres ont proposés comme alternative le conseillisme qui s'oppose aux partis et aux syndicats quand les néo-républicains évoquent la démocratie agonistique.
Karim Piriou revient sur une histoire mouvementée et sur ces théories prometteuses qui, si elles entendent toutes revivifier la démocratie, n'en posent pas moins certains problèmes qu'il est important de soulever et de comprendre.

Anatomie de la démocratie. Avec Antoine Chollet sur TheSwissBox Conversation.


(0)
290 Vues
0 commentaire
28.04.2020

Alors que le gouvernement suisse a déclaré la situation sanitaire actuelle comme "extraordinaire" au sens de la loi sur les épidémies, il s'est accordé les pleins pouvoirs dans la gestion de la pandémie de Covid-19. Dans ce contexte d'exception, comment peut-on encore défendre la démocratie ? Et d'ailleurs, a-t-elle encore quelque chose à dire ?
Auteur de travaux sur la question de la temporalité démocratique et sur la démocratie direct, Antoine Chollet est chercheur et professeur de sciences politiques. Il travaille notamment sur les théories de la démocratie, sur la pensée politique contemporaine ainsi que sur le nationalisme, en particulier dans sa variante suisse.

La Suisse, un modèle ? Avec David L'Epée pour Pensées Plurielles.


(0)
419 Vues
0 commentaire
07.2020

Démocratie directe, fédéralisme, euro-scepticisme, armée de milice, cursus éducatif professionnalisant, stratégie économique, diplomatie, immigration, fractures linguistiques : les grands thèmes de l'identité et de l'actualité helvétique sont passée en revue au cours de cet entretien en compagnie de David L'Epée, intellectuel suisse et collaborateur régulier des revues Éléments et Rébellion.
L'occasion de comprendre un peu mieux ce petit pays au centre de l'Europe -mais en dehors de l'Union Européenne- qui affiche une insolante santé économique et une vitalité démocratique qui fait rêver de nombreuses personnes dans les pays alentours.

L'impact des budgets participatifs sur la démocratie. Avec Yves Sintomer à Montreuil.


(0)
294 Vues
0 commentaire
08.11.2018

Vingt ans après la chute du mur de Berlin, la dynamique démocratique de nombreux pays est menacée par les replis nationaux et la démocratie représentative n'est plus susceptible de faire face à elle seule aux défis nouveaux, ni apte à mobiliser les énergies et la confiance des citoyens.
Inventé à Porto Alegre, au Brésil, le budget participatif, qui consiste à associer des citoyens non élus à l'allocation des finances publiques, s'est répandu très rapidement dans le reste du monde. Il est désormais préconisé aussi bien par le mouvement altermondialiste que par la Banque mondiale et des partis de tout bord. S'agit-il d?une mode passagère ou d'un mouvement de fond amené à bouleverser les pratiques administratives et politiques ?
Yves Sintomer nous présente ses recherches sur le sujet et revient sur l'émergence des budgets participatifs pour prendre la mesure de leur diversité. Il interroge enfin les effets, les dynamiques et les enjeux de ces démarches en analysant comment les différents modèles de participation s'articulent aux mutations à l'œuvre dans le domaine social, dans l'action publique et dans le système politique.
Pour que les services publics puissent s'affirmer face aux logiques marchandes, ils doivent se mettre véritablement au service du public. C'est pourquoi le couplage de la modernisation et de la participation représente un enjeu crucial.

La vision constituante. Avec Etienne Chouard pour Le Canard Réfractaire.


(1)
376 Vues
0 commentaire
03.2020

Au lendemain d'une soirée d'éducation populaire en compagnie de France Lepage, Etienne Chouard revient sur ses sujets de prédilection et nous expose son opinion sur de nombreux sujets tels que la constitution et le processus constituant, la différence entre l'élection et la votation, le clivage gauche/droite on encore les attaques qu'il subit quant à sa liberté de parole.
Une intervention qui s'intègre plus largement dans le grand projet de refondation démocratique pour lequel se bat Etienne Chouard depuis de nombreuses années.