Joseph de Maistre, contempteur de la Révolution. Avec Marc Froidefont au Cercle de l'Aréopage.


(0)
784 Vues
0 commentaire
28.11.2016

Les écrits du contre-révolutionnaire Joseph de Maistre sont souvent assez mal connus et donnent lieu à toutes sortes d'interprétations. Car la pensée maistrienne, finalement assez proche de la doctrine des théologiens de l'époque, est un molinisme affirmé et consolidé par un recours constant aux Pères et aux Docteurs de l'Église, mais aussi à Origène, dont l'œuvre est souvent sollicitée par les théologiens de la fin du XVIIIe siècle.
Marc Froidefont nous invite à nous pencher sur la vie et l'oeuvre de celui dont la théologie est parfois présentée -à tort- comme un catholicisme teinté d'illuminisme, voire hétérodoxe.

Les anti-Lumières. Avec Robert Legros, Didier Masseau, Camille Riquier et Jean-Yves Pranchère sur France Culture.


(0)
285 Vues
0 commentaire
04.2017

Quels ont été les arguments développés à la fin du XVIIIe siècle pour combattre l'esprit des Lumières ? Qui les a portés et pourquoi ?
Dans un premier temps, Robert Legros se penche sur le romantisme qui fut une véritable révolution philosophique résidant dans le refus de l'universalisme, de l'humanisme abstrait et de l'autonomie individuelle, mais portant aussi une attention nouvelle au sensible et au corps.
La croyance est-elle opposée à la vérité, s'interroge ensuite Didier Masseau ? Les philosophes cherchent-ils à connaître ou à convaincre le plus grand monde ?
Camille Riquier poursuit l'exploration en nous invitant à étudier la richesse de la pensée de Péguy, lui dont la "conviction totale imposait le respect", selon Gide.
Enfin, c'est à un étonnant voyage chez les antirévolutionnaires en compagnie de Jean-Yves Pranchère que nous sommes conviés.
Retour, donc, sur les fondements philosophiques des critiques des illusions du progrès et de la célébration de la tradition par ces ceux qui rejetaient la Raison universelle et préféraient parier "sur l'obscurité comme force d'éclaircissement" (Annie Le Brun).

Révolution d'octobre et Révolution française : mythes et réalité historique. Avec Annie Lacroix-Riz pour le mouvement Essence du temps.


(0)
203 Vues
0 commentaire
26.08.2017

A l’occasion du centenaire de la Révolution d’octobre, Annie Lacroix-Riz, historienne, nous parle des deux révolutions les plus importantes de l’histoire.
Peut-on rétablir la vérité historique sur ces évènements entourés de mythes mensongers ? La Terreur est-elle inhérente à la démarche des révolutionnaires ? Pourquoi se déclenche-t-elle après les révolutions ? Quel est le rôle de la terreur contre-révolutionnaire et de l’intervention étrangère ? Quel est le nombre de leurs victimes ?

Qu'est ce que la Terreur ? Avec Jean-Clément Martin pour Les voix de l'histoire.


(0)
196 Vues
0 commentaire
11.2017

C'est à l'occasion de la sortie de son livre La Terreur. Vérités et légendes (Editions Perrin) que l'historien de la Révolution française Jean-Clément Martin revient sur l'histoire cette notion et démonte les mécanismes qui ont fait d'une invention politique opportuniste une réalité historique avérée dont le sens protéiforme se glisse au service d'intérêts de toutes sortes : politique, religieux, philosophique, esthétique...
Loin des interprétation maximaliste ou téléologique, une mise au point passionnante et nécessaire, car prudente et sourcée !

La Contre-révolution. Avec Jean-Clément Martin sur France Inter.


(0)
183 Vues
0 commentaire
25.10.2011

A Chou En Laï, le premier ministre de Mao, on demandait : "La Révolution française a-t-elle été une réussite ?" Il répondait : "C'est trop tôt pour le savoir, l'histoire le dira."
Effectivement, au XXIème siècle -et en Chine particulièrement-, on croit beaucoup moins qu'avant à l'efficacité des révolutions pour changer le monde. L'homme échoue quand il cherche à introduire brutalement une nouvelle temporalité.
Les français, accoutumés à voir en leur Révolution la ligne de partage essentielle, en sont troublés. Quelle part de légitimité faut-il accepter de redonner à la culture contre-révolutionnaire, qui infuse à bas bruit dans notre société ? Dans l'uniformité gelée du répertoire politique contemporain, peut-elle jouer un rôle fécond ?

Émission "La marche de l'histoire", animée par Jean Lebrun.

Peut-on réécrire l'histoire de la Révolution française ? Avec Jean-Clément Martin au Musée Carnavalet.


(0)
562 Vues
0 commentaire
20.10.2015

La Révolution n'a pas été la réalisation d'un seul projet, incarné par un seul groupe, mais la rencontre de projets réformateurs et utopiques concurrents, dans un pays fragmenté par de fortes identités régionales, religieuses et politiques. Cette conférence invite à une nouvelle lecture des années 1770 à 1802 autour de quatre grands moments qui ont donné à la France cette histoire à la fois chaotique et exceptionnelle.
La révolution par le haut, initiée par Louis XV et maladroitement reprise par Louis XVI, échoue sur le coup de force magistral de 1789. S'ouvre alors cette "révolution-régénération" attendue par la quasi-totalité des français, dernière des révolutions du monde atlantique. La véritable révolution commence en 1792, conduite par des hommes qui inventent de nouvelles règles de vie. La violence, qui échappe au contrôle de l'Etat, permet la victoire nationale mais ruine l'unité du pays. Après l'élimination de Robespierre, la stabilisation recherchée par des groupes rivaux réussit à souder la nation mais bute sur des révolutions de palais jusqu'à confier l'Etat à un général charismatique.
C'est en rendant compte de cette complexité que Jean-Clément Martin nous montre comment la France et au-delà le monde entrent dans la modernité.

La première contre-révolution (1789-1791) : la coterie des Aristocrates Noirs. Avec Jacques de Saint Victor sur Canal Académie.


(0)
443 Vues
0 commentaire
01.05.2011

La contre-révolution paraît associée en France à la défense de l’absolutisme. Pourtant, à ses débuts, la plupart des premiers contre-révolutionnaires se sont opposés à la Révolution en se réclamant des doctrines d’opposition à la monarchie absolue d’Ancien Régime. Ces esprits ont même obtenu la convocation des États généraux.
Mais ils ont très vite été dépassés par les événements et se sont retrouvés désignés comme des "aristocrates". Ils n’ont pas pour autant renoncé à leur ambition d’établir en France une monarchie limitée. Et, s’ils restent attachés à "l’espace gothique" de la société d’ordres, certains se révèlent, comme Cazalès, très visionnaires sur les mécanismes du futur gouvernement parlementaire.
La pensée et l’action de ces contre-révolutionnaires, généralement méconnus, mettent en lumière la complexité des premiers courants conservateurs en France. Elles témoignent d’une sensibilité "libérale" conservatrice qui ferait, comme en Angleterre, la transition entre Montesquieu et Burke.

Julius Evola, un portrait politique. Avec Arnaud Guyot-Jeannin pour le Cercle Henri Lagrange.


(0)
831 Vues
0 commentaire
11.2015

Pour Evola, l'idéal-type, encore une fois, c'est l'Empire !
Ce n'est pas l'Empire de l'Union européenne, ni la Commission de Bruxelles, ce n'est pas non plus un fédéralisme européen synarchique, technocratique, expertocratique, qui serait aux antipodes d'une conception spirituelle élevée et politique de l'Empire telle qu'Evola l'a souhaitée.
L'Empire européen qu'Evola appelle de ses vœux contre l'empire marchand bruxellois, ou contre la forme la plus totalitaire du marché, est une piste qui reste encore aujourd'hui d'actualité.