Arthur Koestler ou la quête de l'absolu (1905-1983). Avec Michel Laval, Roland Quilliot, Patrick Straumann, Thomas Rabeyron et Uri Geller sur France Culture.


(0)
64 Vues
0 commentaire
15.09.2018

Juif hongrois né à Budapest en 1905, il suit ses études dans une Vienne encore heureuse, puis devient journaliste en Palestine. Revenu en Europe, il adhère au Parti communiste allemand, trouvant là une réponse à la menace nazie. Il part un an en Union Soviétique, puis participe à la guerre civile espagnole. Dès 1938, ayant rompu avec le Parti communiste, il combat sans relâche le régime stalinien, notamment à travers son roman majeur, Le Zéro et l'Infini. Sans doute prisonnier d'une sorte de purgatoire intellectuel dans lequel l'a longtemps gardé une certaine intelligentsia marxiste, il incarnait le "renégat", celui qui avait brûlé le communisme après l'avoir adoré. À partir de 1940, il vit en Angleterre, où il se suicide avec sa femme en mars 1983. Son oeuvre de romancier, philosophe, historien et essayiste lui vaut une renommée mondiale.
Dans la seconde moitié de sa vie, l'odyssée intellectuelle prend le pas sur l'engagement politique. L'aventure n'en est pas moins agitée. Koestler écrit sur tout : le processus de la création, les effets de l'évolution sur le cerveau humain, le paranormal, la synchronicité... Il s'aventure à la frontière de la physique quantique et montre comment la parapsychologie est devenue scientifiquement respectable, rappelant qu'aux États-Unis on se servait de l'électronique pour expérimenter sur la psychokinésie et qu'en URSS, la télépathie était une discipline officielle de la recherche. Il aborde notamment la masse négative, les trous dans l'espace et le temps renversé, en tentant de se garder de tout matérialisme ou de crédulité superstitieuse.
Enfin sa puissante trilogie Génie et folie de l'homme s'interroge sur le processus de la découverte scientifique. Il y remonte l'histoire des conceptions de l'Univers, et démontre comment la scission entre science et religion a placé l'humanité devant un tragique dilemme dont elle doit sortir. Puis à travers l'orgueil joyeux de l'inventeur, du poète, du clown, de l'enfant, il montre que création artistique, découverte scientifique ou encore inspiration comique se situent dans la même structure fondamentale qu'il nomme "l'acte bisociatif" :  le bond novateur qui, en reliant soudain des systèmes de référence jusqu'alors séparés, nous fait vivre ou comprendre le réel sur plusieurs plans à la fois. Mais après avoir montré les fins rouages de cette créativité, de ce sens de l'inspiration qui font la grandeur de l'homme, il analyse les misères de l’individu, la pathologie mentale, et conclut sur l'évolution du cerveau de l'espèce humaine avec une théorie de la structure de la réalité.

Émission "Une vie, une oeuvre", produite par Lydia Ben Ytzhak.

Poésie de la pensée. Avec George Steiner sur France Culture.


(0)
435 Vues
0 commentaire
04.2012

George Steiner est un esprit libre qui agace certains et en fascine d'autres par sa culture encyclopédique, sa connaissance des langues anciennes et son amour de la philosophie. Cet auteur d'une œuvre complexe, prolifique, qui navigue entre poésie, linguistique et métaphysique, Laure Adler a souhaité dans des entretiens réalisés chez lui à Cambridge, l’interroger sur les chaos du monde, la montée des intégrismes, le bonheur de l’existence.
Au cours de ces émissions, il revient sur son adolescence au moment de la montée du nazisme, évoque son apprentissage de la science, sa fascination pour les grands mythes qui structurent notre pensée occidentale, évoque les figures de Gershom Scholem, Walter Benjamin, Heidegger, avoue son sens de la contemplation qu’il assouvit dans l’amour infini de la lecture et de la musique lui qui, en raison d'un handicap, fut un musicien contrarié.
George Steiner, un intellectuel insoumis, insolent, luttant contre toutes les modes.