José Ortega y Gasset, un spectateur dans l'Europe. Avec Soledad Ortega Spottorno, Miguel Ortega Spottorno, Julian Marias, Alain Guy, Ana Lucas, Celia Amoros et Cristina de Peretti sur France Culture.


(0)
121 Vues
0 commentaire
15.11.1984

À la fois professeur, essayiste, journaliste et conférencier, auteur d'une œuvre considérable, Ortega y Gasset fut considéré en son temps comme l'un des chefs de file de l'intelligentsia de son pays.
Ce philosophe est l'inventeur d'un système de pensée original, profondément cohérent quoique disséminé dans une multitude d'écrits trouvant leur unité, du point de vue formel, dans un style élégant et brillant, semé de métaphores, qui cherche d'abord à séduire son lecteur pour mieux le convaincre et pour mieux l'instruire.
Retour, en compagnie de ceux qui l'ont cotoyé de près, sur le parcours de cet être singulier qui aura marqué l'histoire intellectuelle espagnole et européenne au XXe siècle.

Émission "Une vie, une oeuvre", produite par Jacques Munier.

Mai 68. Avec Patrick Buisson à Rouen.


(0)
213 Vues
0 commentaire
10.04.2018

Refus de la transmission, culte du désir, mort de la figure du Père : Mai 68 annonçait tous les maux qui gangrènent la société d’aujourd'hui. Reste à comprendre comment des cris de révolte sont devenus des diktats.
Patrick Buisson, historien, journaliste et conseiller spécial du président de la République Nicolas Sarkozy de 2008 à 2012, nous révèle les causes et les conséquences de cet évènement singulier de l'histoire de France, véritable ruse de l'histoire qui vit une poignée d'étudiants combattre l'ordre bourgeois alors qu'ils ne faisaient que lui offrir une seconde jeunesse en opérant la convergence entre une révolte individualiste et les besoins économiques et sociaux du nouveau "capitalisme de la séduction"...

Une conférence organisée par "Les rencontres du 41".

Salazar vu de France. Avec Olivier Dard sur Radio Courtoisie.


(0)
146 Vues
0 commentaire
18.04.2018

Cela nous semble étonnant, mais Salazar a bien été "célébré" en France par une partie de ses élites, des années 1930 aux années 1960.
Olivier Dard met en lumière ces relations entre une partie de privilégiés - principalement dans les milieux de droite conservatrice et radicale français - et le régime portugais et son dirigeant.
Est alors redonnée au philosalazarisme une place notable dans l'histoire politique et intellectuelle française contemporaine.

Émission "Voix au chapitre", animée par Anne Le Pape.

Pierre-Yves Rougeyron : grand entretien pour le Cercle Aristote.


(0)
354 Vues
0 commentaire
09.2018

Pour ce grand entretien, Pierre-Yves Rougeyron revient sur l'actualité politique et géopolitique du mois de septembre 2018.
Une analyse où les actualités nationale et internationale sont passées au crible de l'intérêt français souverain.

PARTIE 1 :
 a. Actualité du Cercle Aristote
 b. Questions nationales
     - Démission de Nicolas Hulot et question écologique
     - Affaire Alexandre Benalla
     - Loi Schiappa
     - Hommage à Maurice Audin
     - Hervé Juvin au Rassemblement national et Nathacha Polony à Marianne
     - Affaire Clément Méric

PARTIE 2 :
 c. Questions internationales
     - Viktor Orban
     - Matteo Salvini
     - Russie
     - Élections européennes et partis "souverainistes" français
     - Manifestations anti-migrants à Chemnitz
     - Venezuela
 d. Doctrine
     - Trump et son plan éco-protectionniste
     - Le marxisme, une solution ?
     - Jacques Focart
     - Éric Zemmour
 e. Décès
     - John McCain
     - Oksana Chatchko, cofondatrice des Femen
     - Vice Amiral François Flohic & Pierre Maillard
     - Michel Cazenave
     - Alexis Philonenko
     - Samir Amin

Tristan Tzara, l'homo poeticus (1896-1963). Avec Henri Béhar, Catherine Dufour, Serge Fauchereau et Michel Carassou sur France Culture.


(0)
107 Vues
0 commentaire
06.02.2016

Il y a un siècle, en février 1916, naissait à Zurich le mouvement dada. Son principal orchestrateur ? Un roumain de 20 ans qui s'était mis en tête de tout détruire. Des arts au langage, en passant par la religion et bien sûr la guerre...
Tristan Tzara n'a dès lors cessé de mener sa révolution, tambour battant, tant au sein de dada que du groupe surréaliste, qu'aux côtés des communistes, voire en solitaire.
Mais que sait-on finalement de l'homo poeticus (dixit Henri Béhar) Tristan Tzara ? Celui qui a détruit la langue française pour la reconstruire dans un même mouvement et qui aura voué sa vie à la poésie n'a jamais cessé d'appartenir à l'histoire littéraire.

Émission "Une vie, une oeuvre", animée par Perrine Kervran.

Comment notre monde a cessé d'être chrétien. Avec Guillaume Cuchet à la Librairie Mollat.


(0)
234 Vues
0 commentaire
15.06.2018

Le recul du catholicisme en France depuis les années 1960 est un des faits les plus marquants et pourtant les moins expliqués de notre histoire contemporaine. S'il reste la première religion des Français, le changement est spectaculaire : au milieu des années 1960, 94 % de la génération en France étaient baptisés et 25 % allaient à la messe tous les dimanches ; de nos jours, la pratique dominicale tourne autour de 2 % et les baptisés avant l'âge de 7 ans ne sont plus que 30 %. Comment a-t-on pu en arriver là ?
Au seuil des années 1960 encore, le chanoine Boulard, qui était dans l'Église le grand spécialiste de ces questions, avait conclu à la stabilité globale des taux dans la longue durée. Or, au moment même où prévalaient ces conclusions rassurantes et où s'achevait cette vaste entreprise de modernisation de la religion que fut le concile Vatican II (1962-1965), il a commencé à voir remonter des diocèses, avec une insistance croissante, la rumeur inquiétante du plongeon des courbes.
Guillaume Cuchet a repris l'ensemble du dossier : il propose l'une des premières analyses de sociologie historique approfondie de cette grande rupture religieuse, identifie le rôle déclencheur de Vatican II dans ces évolutions et les situe dans le temps long de la déchristianisation et dans le contexte des évolutions démographiques, sociales et culturelles des décennies d'après-guerre.

Pour une histoire rélle du colonialisme. Avec Alain Ruscio au séminaire "Marx au XXIème siècle" à la Sorbonne.


(0)
172 Vues
0 commentaire
26.11.2016

"Halte à la repentance !" piaffent-ils en chœur de leurs perchoirs. "Les Français" n’auraient qu’une passion : "la haine de soi" pour mieux expier un passé dont ils ne sont plus fiers.
Le siècle dernier fut celui des luttes d’indépendance ; l’affaire, puisqu’entendue, serait donc à classer — à l’heure où Eric Zemmour, jurant à qui veut l’entendre de l’évidence du "rôle positif" de la colonisation, caracole sur les étals des librairies ; à l’heure où Alain Finkielkraut, assurant que les autorités hexagonales ne firent "que du bien aux Africains", est sacré à l’Académie ; à l’heure où Robert Ménard, l’auteur de Vive l’Algérie française !, a transformé la ville de Béziers en sujet d’actualité, les "vieilles lunes" n’ont-elles pas encore certaines choses à dire ?
L’historien Alain Ruscio remonte le temps pour nous dresser un portrait de ce que fut, réellement, l’histoire de la colonisation.

L'Ami Américain. Avec Eric Branca et Jean-Pierre Gérard sur Radio Courtoisie.


(0)
186 Vues
0 commentaire
04.04.2018

Pourquoi de Gaulle refusa-t-il, en 1964, de présider les commémorations du vingtième anniversaire du débarquement allié en Normandie ? Parce qu’il se souvenait que, sans sa volonté farouche de faire échec aux plans de Roosevelt, la France ruinée de 1944 n’aurait pas été traitée autrement que l’Allemagne vaincue, privée d’une fraction de son territoire et placée sous administration militaire américaine. Pis, c’est sur une partie des élites de Vichy que, durant tout le confit, la Maison-Blanche avait misée pour barrer la route à l’homme du 18 Juin.
Grâce aux archives déclassifiées, mais aussi à des témoignages inexploités, il est désormais possible de raconter pour la première fois cette "guerre de trente ans" qui, de 1940 à 1969, opposa le Connétable de la France libre à la volonté de puissance des États-Unis. Alors que, aux instants les plus cruciaux de la guerre froide, le soutien du Général resta toujours acquis à Washington, le Département d’État et la CIA ont beaucoup tenté pour l’éliminer de la scène internationale. Du financement du FLN algérien au concours prêté à l’OAS, de l’espionnage nucléaire à la corruption d’une partie de la classe politique française, en passant par l’enrôlement d’Hollywood dans la croisade antigaulliste, Éric Branca et Jean-Pierre Gérard nous racontent l’histoire secrète et inédite de ce conflit.

Émission du "Libre journal de la résistance française", animée par Christian Vanneste.