La nouvelle raison du monde : essai sur la société néolibérale. Avec Pierre Dardot et Christian Laval sur Radio Libertaire.


(0)
205 Vues
0 commentaire
12.06.2009

Pierre Dardot, philosophe, et Christian Laval, sociologue, publient un livre dans lequel ils retracent les fondements et le parcours du néolibéralisme dans l’histoire des idées.
Car le néolibéralisme n’est pas une simple doctrine mais la théorisation de l’état actuel de notre société marchande qui est en train de transformer l’homme en une sorte de machine à chercher à s’enrichir avec la complicité des acteurs eux-mêmes.
C’est un domaine de réflexion essentiel à la compréhension de la dérive de notre société et à l’élaboration d’un autre système plus à même d’apporter le bonheur à l’humanité, système alternatif qui reste à découvrir.

Une émission menée par Bernard Graber et Silvia Goodenough de l'Union rationaliste.

Qu'est-ce que l'anthropologie ? Avec Maurice Godelier sur Radio Libertaire.


(0)
709 Vues
0 commentaire
12.02.2010

Bernard Graber et Aliette Geistdoerfer reçoivent Maurice Godelier qui raconte l’anthropologie comme une science sœur de l’histoire, en lien avec le travail de terrain.
Maurice Godelier illustre son propos en prenant exemple des séjours prolongés qu’il fit chez les Baruyas de Papouasie-Nouvelle Guinée.

Remarque : la qualité audio de l'enregistrement est très mauvaise.

Le Christianisme moderne comme ruse de la déraison. Avec Jean Bricmont pour l'Union rationaliste au Collège de France.


(0)
638 Vues
0 commentaire
08.04.2011

Il semble que l’heure soit au dialogue, après des siècles de conflit et de séparation, entre science et foi, ou science et théologie. On ne compte plus les séminaires et les rencontres consacrés à ce thème. Tout ne va-t-il pas pour le mieux dans le meilleur des mondes ? Non, déclare Jean Bricmont !
La confusion que nous vivons -en occident principalement- est due au fait que la religion, et particulièrement le christianisme, est devenue terriblement vague et diversifiée, ce qui en rend la critique malaisée. En effet, le "Dieu superstition" ayant quasiment disparu, se sont substitués le "Dieu métaphysique" ou le "Dieu référence morale", ces deux entités conceptuelles ayant comme immense avantage d'être impossible à falsifier dans l'ordre des faits.
Le contexte ainsi posé, quelle attitude les rationalistes doivent-ils adopter ?