La question identitaire. Alain Soral face à fdesouche.


(1)
833 Vues
0 commentaire
19.07.2007

L'intellectuel dissident bien connu s'exprime sur l'identité française, son histoire et le refus de la logique communautarisme consubstentiel à la nation française.
Cet échange permet à Alain Soral de pointer les ambiguités du mouvement identitaire.

Comment le parti socialiste a abandonné la classe ouvrière. Avec Bertrand Rothe Cercle Aristote.


(0)
686 Vues
0 commentaire
18.02.2013

Comment, en l'espace de trente ans, le Parti socialiste et le monde ouvrier sont-ils passés de l'amour fou au mépris ?
Bertrand Rothe nous explique pourquoi, en 1981, 70 % des ouvriers avaient contribué à la victoire du PS, alors que c'est aujourd'hui le FN qui est qualifié de "premier parti ouvrier de France".
Depuis cette date, au fil des choix politiques engagés par les hiérarques du PS, et des réactions plus ou moins avisées des représentants de la classe ouvrière, le couple, de plus en plus mal assorti, doit faire face à l'effondrement du monde communiste, à l'arrivée de la "deuxième gauche", à la montée du chômage et à la conversion des socialistes à l'Europe, au libéralisme et à la société postindustrielle.
Les noms de François Mitterrand, Jacques Delors, Laurent Fabius, Pierre Bérégovoy, Dominique Strauss-Kahn, Lionel Jospin et François Hollande, entre autres, marquent les étapes de ce désamour, de l'abandon au mépris.

Pour une épistémologie du capitalisme. Autour de l'ouvrage "Capitalisme, désir et servitude". Avec Frédéric Lordon au séminaire Sophiapol.


(0)
647 Vues
0 commentaire
15.02.2011

Comment un certain désir s'y prend-il pour impliquer des puissances tierces dans ses entreprises ? C'est le problème de ce qu'on appellera en toute généralité le patronat, conçu comme un rapport social d'enrôlement. Marx a presque tout dit des structures sociales de la forme capitaliste du patronat et de l'enrôlement salarial. Moins de la diversité des régimes d'affects qui pouvaient s'y couler. Car le capital a fait du chemin depuis les affects tristes de la coercition brute. Et le voilà maintenant qui voudrait des salariés contents, c'est-à-dire qui désireraient conformément à son désir à lui. Pour mieux convertir en travail la force de travail il s'en prend donc désormais aux désirs et aux affects. L'enrôlement des puissances salariales entre dans un nouveau régime et le capitalisme expérimente un nouvel art de faire marcher les salariés. Compléter le structuralisme marxien des rapports par une anthropologie spinoziste de la puissance et des passions offre alors l'occasion de reprendre à nouveaux frais les notions d'aliénation, d'exploitation et de domination que le capitalisme voudrait dissoudre dans les consentements du salariat joyeux. Et peut-être de prendre une autre perspective sur la possibilité de son dépassement.

Théologie politique. Avec Alain de Benoist sur Méridien Zéro.


(0)
1104 Vues
0 commentaire
11.10.2013

Méridien Zéro reçoit Alain de Benoist à l'occasion de la sortie du n°62 de la revue Nouvelle École, numéro consacré au retour de la théologie politique dans le débat contemporain.

Une émission menée par Pascal Lassalle accompagné par Monsieur K et Olivier François.

Laïcité et diversité religieuse. Avec Patrick Haenni et Rachad Antonius à l'Université Lyon 2.


(0)
668 Vues
0 commentaire
25.03.2010

La diversité croissante des options philosophiques et religieuses au sein de nos sociétés semble mettre en question les compromis laïcs que nous avons construits pour gérer le pluralisme des opinions et des croyances.
Le référendum suisse à propos des minarets a illustré la difficulté que les sociétés européennes éprouvent à légiférer sur cette matière.
Un débat très vif s'est également ouvert au Canada sur la compétence des tribunaux en matière religieuse.
Patrick Haenni, politiste suisse, et Rachad Antonius professeur de sociologie à l'UQAM (Montréal), nous aide à réfléchir à la régulation publique du pluralisme dans un cadre laïc à partir des situations singulières de la Suisse et du Canada.

Si Marx et Freud n'avaient jamais vécu. Avec Jon Elster au Collège de France.


(0)
614 Vues
0 commentaire
28.06.2011

En France, l’approche contrefactuelle ("What If History") prête à sourire. Ignorée par les historiens professionnels, elle est assimilée à un genre littéraire "mineur" : l’uchronie.
Elle a pourtant donné lieu depuis les années 1990, dans le monde universitaire anglo-saxon, à un domaine de recherche à part entière, avec ses débats épistémologiques et ses colloques internationaux.
Est ici présenté la démarche contrefactuelle visant à imaginer ce qu'aurait été l'histoire sans Marx et sans Freud.
Cette approche permet ainsi de questionner de manière originale les problèmes de la causalité, du rôle de l’imagination, de l’écriture et des usages politiques de l’histoire.

La conférence est délivrée dans le cadre du séminaire "Usages et enjeux du raisonnement contrefactuel en histoire et dans les sciences sociales."

Catalogue des nuisibles. Avec Serge de Beketch sur Radio Courtoisie.


(0)
1155 Vues
0 commentaire
22.02.2007

Ce catalogue est celui...
 - des lois protégeant les délinquants de la persécution des Français qui veulent garder leur identité
 - du pourissement de la jeunesse
 - de la promotion des moeurs destructrices de nos sociétés
 - de la perversité du clergé apostat
 - sans oublier le retournement de toute une frange de la réaction natioanle contre des valeurs qui avaient constitué son socle !
Et ceci au travers de portraits dont le dossier d'instruction très documenté est destiné à éclairer le jugement de l'Histoire sur la période historique que nous vivons.
Il est destiné aux derniers combattants de la chrétienté capable de lire la réalité au-delà du prisme déformant d'une presse asservie, et aux générations futures.

L'émission est animée par Anne Brassiée.

Entretien avec Alain Soral, par Les Infrékentables.


(1)
1011 Vues
0 commentaire
01.01.2006

Un entretien centré sur les problèmatiques "banlieusardes".
Est d'abord abordé l’influence délétère de la (sous-)culture americaine en France, particulièrement présente chez certains jeunes de banlieues.
Alain Soral évoque ensuite le problème de la dépolitisation du peuple de Franceé, et la récupération électoraliste du vote immigré par le Parti Socialiste au moyen des luttes "antiracistes".
Enfin, le sociologue s'exprime sur les problèmes de sexualité et de désir dans les banlieues, et de la question musulmane en France.