L'âge des Limites. Avec Serge Latouche à la médiathèque de Tarentaize à Saint-Etienne.


(0)
565 Vues
0 commentaire
30.01.2014

C'est dans le cadre du projet culturel d’éducation populaire "Des mots contre les maux" que l’association Remue-méninges et la Médiathèque de Tarentaize accueillent l'économiste et objecteur de croissance Serge Latouche, qui vient développer les thématiques contenues dans son ouvrage "L’âge des Limites".
L'on a donc droit à un plaidoyer pour la mesure et le retour aux limites, pour faire face à un système économique dont le but n'est autre que l'accumulation infinie.

La publicité est-elle aimable ? Avec Robert Redeker et Yvan Gradis à Répliques sur France Culture.


(0)
614 Vues
0 commentaire
05.06.2004

Un débat sur la portée et le notion même de publicité, rouage évidemment indispensable dans un système capitaliste ou le choix (métaphore de la liberté) se résume en un acte d'achat.

La publicité, reflet de l'inconscience collective. Avec François Brune sur Radio Ici et Maintenant.


(0)
628 Vues
0 commentaire
11.11.2005

François Brune nous explique comment les médias sont passés de l'information, qui s'adresse à la réflexion, à la communication évènementielle qui relève de la consommation (de signes symboliques).
Il décrit ensuite les mécanismes de la publicité, notamment le culte de la nouveauté, et son rôle dans la marchandisation du monde.
D'un produit, la publicité n'évoque pas les aspects amont -les impacts environnementaux et sociaux de sa production- et aval -le traitement des déchets qui sont liés-. Elle donne une vision tronquée de celui-ci.
Pour se diriger vers la société de frugalité que les limites de la planète vont finir par nous imposer, il s'agit donc de trouver son identité non par le truchement d'objets interchangeables auxquels donne accès le pouvoir d'achat, mais par le développement de l'être et des relations avec l'autre.

La mafia de la grande distribution. Avec Christian Jacquiau sur Radio Aligre.


(0)
690 Vues
0 commentaire
09.04.2004

Christian Jacquiau évoque ici les pratiques méconnues de la grande distribution, notamment les marges arrière.
Il dénonce les méfaits d'un capitalisme oligopolistique qui, appliqué à la grande distribution, tend à tuer les industries et producteurs européens.
Emission "Des sous... et des Hommes".

La violence de l'idéologie publicitaire. Avec François Brune à Genève.


(0)
1151 Vues
0 commentaire
09.02.2012

Ce qu’on appelle familièrement "la pub" est bien autre chose qu’un ensemble de réclames en faveur de produits ou services particuliers. Il s’agit d’un système qui quadrille toute la vie privée et publique, et qui diffuse en permanence une idéologie, c’est-à-dire à la fois une vision du monde et un mode d’emploi de la "vie".
On peut faire deux reproches à ce système :
 1. la nature aliénante de son idéologie (aspect qualitatif)
 2. le caractère massif de sa domination (aspect quantitatif)
Ce double aspect fait de la publicité une propagande constante, chargée de façonner et de réduire les gens au simple statut de consommateurs. Pour servir l’expansion sans fin de l’économie capitaliste, l’idéologie de la consommation se révèle l’autre face, indispensable, de la "marchandisation du monde".
Conférence donnée à la maison des associations de Genève, organisée par le "Réseau Objection de Croissance".

Addiction en société moderne et dépendance sans substance. Avec Julien Gautier à Bobigny.


(0)
1856 Vues
0 commentaire
10.12.2009

"C’est en philosophe, et dans la lignée des travaux de Bernard Stiegler et de l’association Ars Industrialis, que je voudrais aborder ici la question de l’addiction en général, c’est à dire en fin de compte le thème du désir et de la vie, de la vie du désir, de la vie comme désir. Nous soutiendrons en effet que la vie elle-même, et sans doute la vie humaine d’une manière plus profonde encore, est addictive en son principe, dans la mesure où elle est animée par du désir, affectée, motivée, mobilisée par des « objets » auxquels elle s’attache et qu’elle investit et même sur-investit : aimer, c’est, en un sens, être « addict », ne pas pouvoir s’imaginer sans l’autre. De ce point de vue, nous proposerons d’interpréter le développement des addictions proprement pathologiques – ce que n’est pas toute addiction - comme le signe d’une dégradation du désir individuel et collectif, de sa régression au niveau d’un fonctionnement pulsionnel, compulsif et monomaniaque. Or, nous voudrions montrer que ce type de comportement addictif est d’une certaine manière érigé en norme et pratiquement organisé par le capitalisme consumériste, dont le système repose fondamentalement sur la sollicitation incessante des pulsions d’achat des consommateurs par le marketing : en ce sens, la société de consommation est en elle-même une société d’addiction, et par là addictogène, qui surexploite, épuise et dérègle aussi bien les milieux psychiques et sociaux que les milieux naturels." Julien Gautier
Conférence prononcée dans le cadre d'une journée consacrée à l'éducation par l'association de consultation familiale SAGA à Bobigny.

Crise de l'esprit ou avancée de l'intelligence ? Avec Bernard Stiegler aux Matins de France Culture.


(0)
385 Vues
0 commentaire
27.12.2004

Est ici présenté une réflexion intéressante sur le mécanisme actuel de destruction du désir et de la libido par l'industrialisation des moyens de marketing et de stimulation, via notamment les moyens multimédia.

L’avenir de la croissance. Avec Bernard Stiegler à l'Institut Diderot.


(0)
495 Vues
0 commentaire
17.09.2009

La société industrielle a connu jusqu’à présent deux grands modèles organisationnels : le productivisme qui domine le 19e siècle et, au 20e, l’organisation de la production et la stimulation permanente de la consommation.
C’est ce dernier modèle qui s’est effondré à la fin 2008. La faillite de General Motors n’est pas une conséquence dans l’économie réelle des spéculations de l’économie virtuelle. C’est le modèle consumériste qui rencontre ses limites par une combinaison de facteurs toxiques que cette conférence propose d’analyser comme une "mécroissance".
L’enjeu est alors de repenser la croissance sur de nouvelles bases.