Qu'est ce que l'Occident ? Avec Philippe Nemo interrogé par Jean-Gilles Malliarakis sur Radio Courtoisie.


(0)
504 Vues
0 commentaire
17.01.2003

Pourquoi et comment les idées d’un petit nombre de pays sont devenues la norme du monde. Ou le triple héritage occidental et le miracle de leur fusion.

Alain de Benoist chez Frédéric Taddei à Europe 1.


(0)
640 Vues
0 commentaire
11.12.2007

Variations sur les thèmes de prédilection d'Alain de Benoist.

Malaise des médecins. Avec le Dr. Plantey à Radio Courtoisie.


(0)
1138 Vues
0 commentaire
09.01.2002

L'émission se déroule dans le cadre du Libre Journal de Serge de Beketch, où le docteur François Plantey parle du malaise de la médecine et des médecins dans le monde moderne.

La modernisation sans la modernité. Avec Bernard Stiegler à Montpellier.


(0)
573 Vues
0 commentaire
16.06.2010

Ce que l’on appelle la mondialisation, dont Paul Valéry esquissa quelques conséquences peu de temps après la Première Guerre mondiale, conduit à présent à un processus de modernisation planétaire. Celui-ci fut déclenché en Europe occidentale aux alentours de la Renaissance. Il conduisit à la révolution industrielle, puis à l’expansion planétaire du capitalisme. Mais il fut accompagné d’un projet moderne qui constitua jusqu’au XXe siècle le versant politique du devenir technologique et économique.
La modernisation contemporaine se poursuit désormais indépendamment du projet moderne, et même contre lui. Un tel état de fait est-il possible et souhaitable ? Que penser de ce que l’on a nommé "l’autre modernité", "la modernité réflexive" - en particulier ces derniers temps, après la crise de 2008 ?

Technologie et Utopie. Avec Alain Gras à la Sorbonne.


(0)
576 Vues
0 commentaire
29.03.2008

Comment arrêter le Progrès sans être réactionnaire ?
Alain Gras revient sur les "contingences historiques" qui auront permis une polarisation des techniques axées sur l’utilisation des énergies thermiques et les décrit comme un piège.
Séminaire intitulé "André Gorz – Décroissance – Utopie" organisé par la revue ENTROPIA.

Les armes électromagnétiques. Avec Marc Filterman et Dr. Francois Plantey sur Radio Courtoisie.


(0)
1118 Vues
0 commentaire
12.06.2002

Marc Filterman, auteur d'un ouvrage intitulé "Les armes de l'ombre", évoque en compagnie du docteur François Plantey les armes électromagnétiques, ainsi que les projets secrets de manipulation sismique et climatique.
Emission du "Libre Journal de Serge de Beketch".

La mythologie du progrès. Avec Alain Gras au colloque sur la décroissance soutenable à Lyon.


(0)
424 Vues
0 commentaire
27.09.2003

Alain Gras, un des rares intellectuels à s'intéresser à l'histoire de la technique, porte une conception du monde non évolutionniste et non linéaire, qui ouvre un espace de respiration.
Car selon l’histoire officielle, le silex conduirait au couteau, la noria à la pompe à moteur, le feu au nucléaire : telle seraient les étapes d’une évolution inéluctable dont l’aboutissement serait invariablement nos sociétés industrielles. C’est cette idée somme toute très naïve du "on n’arrête pas le progrès", autrement dit de la fatalité de la technique, qu’analyse et démonte Alain Gras.
En effet, sommes-nous inéluctablement condamnés à toutes ces inventions qui conduisent à fragiliser nos conditions de vie ?
Non ! L’homme reste libre face aux choix techniques.

Le mythe du progrès et du temps linéaire. Avec Alain Gras et Jacques Grinevald aux "3èmes Rencontres de Socio-Anthropologie" de Grenoble.


(0)
527 Vues
0 commentaire
21.01.2011

Nous sommes désormais dans l'ère de l'anthropocène avec une humanité devenue la principale cause des modifications de l'équilibre de la planète. Selon Alain Gras, la révolution industrielle n'a pas débuté au 18è siècle comme l'expliquent les manuels d'histoire, mais à la moitié du 19è siècle avec l'utilisation du feu comme source d'énergie. Le développement exponentiel de la civilisation technicienne ne concerne qu'un intervalle de temps très réduit.
Notre société se définit par la religion du progrès et le mythe d'un temps linéaire, en remplacement de la conception cyclique du temps des traditions qui nous ont précédé. Or, défend Alain Gras, tout est cyclique.
A l'inverse, notre modèle de développement se fonde sur la linéarité, laquelle se traduit par une exploitation des ressources énergétiques et minières non renouvelables jusqu'à leur épuisement, à l'inverse des sociétés traditionnelles ou de l'écosystème qui fonctionnent sur une architecture en boucle, répétable à l'infini.
Ainsi, le système économique actuel s'approche inéluctablement de son terme. La décroissance, cette tendance politique très minoritaire pour le moment, s'imposera par simple nécessité.