Jamais seul : ces microbes qui construisent les plantes, les animaux et les civilisations. Avec Marc-André Selosse pour l'Agora des savoirs à Montpellier.


(0)
187 Vues
0 commentaire
29.11.2017

Nous savons aujourd'hui que les microbes ne doivent plus seulement être associés aux maladies ou à la décomposition. Au contraire, ils jouent un rôle en tous points essentiel : tous les organismes vivants, végétaux ou animaux, dépendent intimement de microbes qui contribuent à leur nutrition, leur développement, leur immunité ou même leur comportement. Toujours pris dans un réseau d'interactions microbiennes, ces organismes ne sont donc... jamais seuls.
Détaillant d'abord de nombreuses symbioses qui associent microbes et plantes, Marc-André Selosse explore les propriétés nouvelles qui en émergent et modifient le fonctionnement de chaque partenaire. Il décrypte les extraordinaires adaptations symbiotiques des animaux, qu'ils soient terrestres ou sous-marins. Il décrit nos propres compagnons microbiens – le microbiote humain – et leurs contributions, omniprésentes et parfois inattendues. Enfin, il démontre le rôle des symbioses microbiennes au niveau des écosystèmes, de l'évolution de la vie, et des pratiques culturelles et alimentaires qui ont forgé les civilisations.

Quand les hommes ont-ils inventé la guerre ? Avec Anne Lehoerff sur RFI.


(0)
301 Vues
0 commentaire
04.07.2018

Quand les hommes ont-ils inventé la guerre ? Et avec quelles armes ?
La préhistorienne Anne Lehoërff, spécialiste de l'Age du bronze, et donc des toutes premières épées, remonte aux origines de la guerre par les armes.

Émission "Autour de la question", animée par Caroline Lachowsky.

Histoire politique du barbelé. Avec Olivier Razac aux rencontres Concertina.


(0)
206 Vues
0 commentaire
09.07.2021

On l'appelle "corde du diable", "écharde du souvenir" ou "frontière brûlante" : comment le fil de fer barbelé, outil agricole ingénieux, est-il devenu cet outil politique, symbole universel de l'oppression ?
En évoquant le rôle décisif du barbelé dans trois des plus grandes catastrophes de la modernité -la conquête de l'Ouest et le génocide des Indiens d'Amérique, la boucherie de 14-18 et les exterminations nazies-, mais aussi en dressant une cartographie de ses usages actuels (propriétés privées, prisons, frontières "chaudes" du globe), Olivier Razac analyse, dans la lignée de Foucault, la violence croissante à l'œuvre dans la gestion politique des espaces et des populations.
Il révèle ainsi un principe paradoxal : le succès persistant du barbelé vient précisément de ce qu'il ne tient qu'à un fil -de son austérité et de sa simplicité. La plus grande violence n'est pas forcément impressionnante, bien au contraire : les meilleurs outils d'exercice du pouvoir sont ceux qui dépensent le moins d'énergie possible pour produire le plus d'effets de domination.
Le barbelé, lui-même "mur virtualisé", a ainsi ouvert la voie à des dispositifs de contrôle de plus en plus immatériels, dont la vidéosurveillance et le bracelet électronique sont les derniers avatars…

Intelligence artificielle, intelligence humaine : la double énigme. Avec Daniel Andler à la Librairie Mollat.


(0)
264 Vues
0 commentaire
05.2023

L'intelligence artificielle connaît son heure de gloire. Aux déboires des commencements ont succédé, au tournant du XXIe siècle, des avancées spectaculaires mais qui ne sont pas parfaitement comprises : l'intelligence artificielle reste en partie opaque. Pis : elle a beau progresser, la distance qui la sépare de son objectif proclamé -reproduire l'intelligence humaine- ne diminue pas.
Pour dissiper cette énigme, il faut en affronter une deuxième : celle de l'intelligence humaine. Celle-ci ne se réduit pas à la capacité de résoudre toute espèce de problème. Elle qualifie par un jugement la manière dont nous faisons face aux situations, quelles qu'elles soient, dans lesquelles nous sommes. L'intelligence est une notion irréductiblement normative, à l'image du jugement éthique ou esthétique, et c'est pourquoi elle est réputée insaisissable.
Un système artificiel "intelligent" connaît non pas les situations, mais seulement les problèmes que lui soumettent les agents humains. C'est sur ce point uniquement que l'intelligence artificielle peut nous épauler. De fait elle résout une variété toujours plus grande de problèmes pressants.
Ce devrait demeurer là son objectif, plutôt que celui, incohérent, de chercher à égaler, voire surpasser, l'intelligence humaine. L'humanité a besoin d'outils dociles, puissants et versatiles, et non de pseudo-personnes munies d'une forme inhumaine de cognition.

La grande accélération. Avec Pablo Jensen à l'Ecole Urbaine de Lyon.


(0)
256 Vues
0 commentaire
01.2022

Alors que sommes embarqués dans la grande accélération, qui menace aujourd'hui l'existence de la population humaine globale, Pablo Jensen tente un parallèle entre les logiques des révolutions scientifique et industrielle, qui mettent en place des circuits longs pour, respectivement, expliquer ou métaboliser le monde. La grande accélération serait alors produite par la synergie entre sciences expérimentales et industrie, menant à la création de boucles de rétroaction positive stables permettant d'aspirer et contrôler le monde.
Dans un premier temps, c'est la logique des premières étapes de la révolution scientifique qui est analysée en les reliant à celles de la révolution industrielle, grâce notamment à l'idée de "Engine Science" (Caroll-Burke, 2001).
Ensuite, et de manière plus générale, on se demande ce qu'on gagne et ce qu'on perd lorsqu'on passe d'un circuit court à un circuit long : quand on fait un détour par un laboratoire ou un centre de calcul pour maîtriser un phénomène ou quand on bâtit une usine de production de masse au lieu d'engendrer ses ressources localement.
Finalement, la conclusion est consacrée à l'exploration de ce parallèle entre sciences et machines en s'interrogeant sur la nécessité de refonder les sciences expérimentales pour les rendre "Terrestres".

Regard critique sur la Smart City. Avec François Jarrige sur Kawa TV.


(0)
231 Vues
0 commentaire
02.2020

Depuis quelques années, le concept de smart city ou ville intelligente s'est fortement popularisé dans différentes sphères de la société et semble faire consensus dans le champ politique, autant à droite qu'à gauche. Mais que recouvre ce concept ? La smart city fait-elle réellement partie intégrante des solutions vers un avenir plus durable ?
Historien contemporain spécialiste de la pensée technocritique et des pollutions environnementales, François Jarrige s'intéresse particulièrement à l'idéologie du "progrès" qui tend à légitimer toutes les externalités négatives de notre modernité industrielle.
Il propose ici de revenir sur l'histoire de la smart city, ses enjeux économiques, sociaux et idéologiques.

L'eau est-elle encore matière à rêves ? Avec Olivier Rey sur France Culture.


(0)
258 Vues
0 commentaire
22.01.2022

Boire un verre d'eau, c'est ingurgiter à chaque gorgée des milliards de myriades d'atomes d'hydrogène et d'oxygène, tous de céleste lignée : les atomes d'hydrogène se sont formés dans l'univers primordial – il y a plus de treize milliards d’années – et ceux d'oxygène dans le cœur brûlant d'une étoile – il y a environ cinq milliards d'années –, qui les a ensuite dispersés dans le vide intergalactique. Les éléments qui constituent l'eau, comme toute la matière présente, proviennent ainsi de vertigineusement loin.
En prendre conscience, c'est réaliser que chacune de nos désaltérations est un acte grave et profond, un geste qui nous relie intimement à l'histoire de l’univers : notre corps absorbe alors, en définitive, des bribes de l'aurore du monde mélangées à des cendres plus tardives du feu stellaire.
Mais qu'est-ce que de telles connaissances scientifiques à propos de l'eau, de son origine, de sa composition, de ses propriétés, de ses comportements, changent à nos façons de la penser, de la dire, de la "vivre" ? Purgent-elles l'eau du symbolique dont elle était jadis saturée ? Ou bien, au contraire, déploient-elle notre imaginaire à son sujet ?

Émission "Science en questions", animée par Etienne Klein.

Ecologie, la grande réinitialisation. Avec Laurent Ozon pour Géopolitique profonde.


(0)
323 Vues
0 commentaire
28.07.2023

L'écologie comme science apparaît à la fin du XIXe siècle de la nécessité d'étudier les espèces vivantes en contexte, c'est-à-dire sur leur lieu de vie et dans le réseau de liens qui les lient aux autres espèces.
L'écologie politique, quant à elle, a une tout autre histoire qui, dernière, peut même être comprise comme une trahison des idéaux des premiers écologistes.

 - 00'00 : Introduction
 - 01'45 : Les deux types d'écologie
 - 11'08 : Maurice Strong
 - 27'15 : L 'éco-anxiété
 - 47'30 : Le narratif climatique
 - 55'10 : La manipulation climatique