Une nouvelle ère écologique ? Avec Alain Gras et Stéphane Lavignotte au Théâtre des idées du Festival d'Avignon.


(0)
661 Vues
0 commentaire
20.07.2012

L'écologie est en panne, dit-on. La crise économique l'aurait reléguée au rang des préoccupations subalternes. Pourtant, la biodiversité est plus que jamais menacée et les effets de la pollution sur la santé sans cesse démontrés. Du tarissement des énergies fossiles au réchauffement climatique, l'activité humaine modifie la géophysique de la planète. Faut-il soutenir la perspective d'une croissance durable, favoriser l'émergence d'un green deal, d'un capitalisme vert, ou bien sortir du mirage d'une certaine idée de la croissance technoscientifique ? Anthropologue des techniques, Alain Gras démontre que notre monde technique fondé sur la puissance de l'énergie fossile n'était pas inéluctable. À partir du XIXe siècle, le progrès mécanique abandonne, peu à peu, les énergies naturelles au profit de la puissance thermique, qui permet la réalisation d'un fantasme d'origine européenne, celui de la maîtrise de la nature. Depuis le milieu du XIXe siècle, nous ne sommes plus dans une société industrielle, mais dans une civilisation thermo-industrielle qui utilise la chaleur comme principal moyen de son efficience. La contrepartie de ce développement ne peut donc se concevoir que dans un renversement de perspective socio-technique et dans une autre éthique. La technique n'est pas un instrument de domination, d'appropriation de la nature, elle est ou était un moyen de communication, de dialogue avec cette nature. C'est d'abord cet imaginaire qu'il faut retrouver. Bien sûr, elle va de pair avec le choix de technologies simples, robustes, recyclables, adaptées à leur environnement et aux usages des populations. Technologies que les pays émergents pourraient mettre en place encore plus vite que les pays riches parce que le savoirfaire est encore présent. Telle est, selon Alain Gras, la nécessité de la décroissance dans sa dimension universelle que Stéphane Lavignotte, pasteur et essayiste, explore et examine de façon critique dans le sillage d'André Gorz ou de Serge Latouche. La décroissance est-elle soutenable ? Un débat par temps de crise.

René Girard s'exprime sur son oeuvre et son parcours sur Radio Courtoisie.


(0)
1068 Vues
0 commentaire
28.03.2005

Pendant cette émission où les thématiques de l'oeuvre de René Girard sont développées, on trouvera aussi une deconstruction du travail d'Alfred Kinsey sur la sexualité

La science et la spiritualité, les progrès de la science. Avec Jean Staune sur France Culture.


(0)
639 Vues
0 commentaire
16.03.2013

Jean Staune est spécialisé dans l’analyse des mutations de la société qu'il analyse la fois sous les angles sociologique, philosophique et scientifique.
Métaphysiquement évolutionniste, il soutient que l'évolution n'est pas uniquement darwinienne. Il montre que les dernières avancées scientifiques ré-autorisent une approche anti-matérialiste de la science qui réintroduit du sens au sein de l'expérience humaine.

Darwin et le matérialisme. Avec Patrick Tort à la Librairie Basta à Lausanne.


(0)
825 Vues
0 commentaire
01.11.2011

Patrick Tort aborde des thèmes présents dans ses travaux récents : transition nature-culture, genèse de la morale, rapport de Darwin à la religion et rapports entre darwinisme et marxisme.

Conférence d'Alain Soral à Bordeaux.


(1)
633 Vues
0 commentaire
27.05.2011

La nécessité d'échapper aux catégories de la domination est d'abord rappelée: la figure de l'écrivain et de l'intellectuel, l'économisme, le fascisme et l'antisémitisme. Le judaïsme, dans sa composante actuelle, est ensuite traité en profondeur.

L’Islam en Europe : de la culture à la religion. Avec Olivier Roy à l'ENS.


(0)
719 Vues
0 commentaire
04.04.2006

Olivier Roy tentera de répondre aux questions que posent les évènements conflictuels récents, qui semblent pour certains opposer une culture européenne à une culture musulmane.

Qu'est-ce que croire ? Avec Jacques Bouveresse et Roger Pouivet à citéphilo à Lille.


(0)
1435 Vues
0 commentaire
18.11.2012

A l'ère du triomphe de la science, que reste-t-il de la croyance religieuse ? Plus encore, que signifie « être croyant » dans une société postmoderne, où l'idée de vérité objective et universelle, ainsi que  les justifications métaphysiques traditionnelles, sont mises en doute ? Entre prétention à la vérité et valeur spirituelle, lumière de la raison et chaleur du sentiment, la croyance apparaît sans cesse tiraillée entre une exigence de fondement, le renoncement et le doute. Si le croyant n'est pas nécessairement une « honte pour la rationalité », les deux invités se demanderont « pourquoi croire ? » et interrogeront la rationalité et la légitimité de la croyance.