Chavez, la patrie au coeur : Vincent Lapierre répond aux questions de David L'Epée.


(0)
11 Vues
0 commentaire
07.2017

À l'occasion de la parution aux éditions Kontre-Kulture de son livre Chavez, la patrie au coeur, Vincent Lapierre se confie au micro de David L'Epée et revient sur l'histoire du Venezuela et sur l'épopée du chavisme.

 0:00:50 – raisons de l’intérêt de Lapierre pour Chavez, retour sur ses origines familiales
 0:02:33 – Lapierre renonce à travailleur comme conseiller économique du gouvernement vénézuélien et décide de s’engager en France
 0:05:18 – relations entre Chavez et l’extrême gauche européenne (Mélenchon par exemple), malentendu de cette gauche à l’égard du nationalisme émancipateur de Chavez
 0:07:09 – l’idéal militaire de Chavez, à contre-courant de la tradition réactionnaire de l’armée
 0:09:10 – Chavez hésite entre armée régulière et guérilla
 0:12:35 – Chavez orateur et auteur de discours-fleuves, ses interventions dans l’émission Alo Presidente, le rôle de l’éloquence
 0:14:52 – Chavez accomplit un tour du pays à sa sortie de prison pour renouer avec son peuple
 0:17:16 – Maisanta, un héros révolutionnaire parmi les ancêtres de Chavez
 0:18:35 – le populisme et la rhétorique chavistes, la notion de destin historique
 0:22:12 – Chavez et les femmes, comparaison avec Robespierre, de l’amour des femmes à l’amour du peuple
 0:25:51 – rapports entre populisme, homme providentiel et démocratie
 0:28:16 – expériences de démocratie directe dans la Constitution vénézuélienne, la "démocratie participative et protagonique", la révocabilité des élus
 0:32:15 – le pacte de Punto Fijo
 0:33:44 – Chavez et de Gaulle : confiance en l’armée, méfiance dans les partis, alliance civico-militaire
 0:35:40 – l’opposition trotskiste au Venezuela
 0:40:03 – république bolivarienne contre république française, révolution et enracinement, le bolivarisme
 0:45:35 – l’impérialisme yankee en Amérique latine et ceux qui y résistent
 0:47:55 – le chavisme est-il une révolution conservatrice ?
 0:49:03 – l’influence de la théologie de la libération
 0:50:34 – la figure du Christ
 0:52:36 – le socialisme du XXIème siècle et les noyaux de développement endogène
 0:56:40 – un défi relevé : l’éducation et l’alphabétisation des masses
 0:59:00 – la passion de Chavez pour la littérature
 1:00:38 – le Sistema : un programme social d’éducation musicale pour les enfants
 1:03:24 – une lutte culturelle contre le soft power étatsunien
 1:04:44 – anti-impérialisme et anti-sionisme : les relations internationales de Chavez, l’ALBA, les accords Sud-Sud, la Chine, la Russie, l’Iran…
 1:08:39 – Chavez et les dissidents nord-américains
 1:10:18 – Lapierre commente des citations positives et négatives de diverses personnalités sur Chavez (Gabriel Garcia Marquez, Alexandre Adler, Jean-François Kahn, Dominique Ziegler, Ignacio Ramonet)
 1:19:21 – annexe : quelques mots au sujet de la thèse de doctorat de Vincent Lapierre

Election présidentielle française : notes de lecture, par Michel Drac.


(0)
16 Vues
0 commentaire
2017

Michel Drac, analyste politique et prospectiviste bien connu, s'arrète sur les différents écrits publiés par les candidats à l'élection présidentielle française de 2017.
Ces livres, en plus de mettre en lumière les idées que portent certains politiques, nous renseignent plus largement sur notre époque, ses dérives et la dynamique historique qui nous (em)porte.

Notes de lecture, par Michel Drac.


(2)
3867 Vues
0 commentaire
2017

Michel Drac, analyste politique et prospectiviste bien connu, s'arrète sur quelques livres importants qui parlent de notre époque, de ses dérives et qui donnent une idée de la dynamique historique qui est la notre.

Le groupe de Visegrád, entre mythes et illusions. Avec Romain Bessonnet au Cercle Aristote.


(0)
38 Vues
0 commentaire
2017

Le groupe de Visegrád a beaucoup fait parler de lui récemment, notamment sur le sujet de l'immigration. D'aucuns y verraient un groupe de pays en rupture avec la politique de l'Union européenne et un exemple à suivre pour reconquérir notre souveraineté perdue. Mais qu'en est-il vraiment ?
Romain Bessonnet, spécialiste de la Russie et de l'espace post-soviétique, s'interroge sur l'histoire et la géopolitique réelle de cette région.
Bien loin des chimères identitaires, il nous montre que ces épisodes récents ne sont rien de plus que la manifestation des habitudes de négociation prises sous la tutelle soviétique pendant l'exercice de la fameuse "souveraineté limitée".
Une mise au point nécessaire.

La France atlantiste. Avec Hadrien Desuin pour la Revue Conflits.


(0)
131 Vues
0 commentaire
04.2017

Comment, en dix ans, la France est-elle devenue la vassale de l’Amérique ? L’Élysée, le supplétif de la Maison-Blanche ? Le Quai d’Orsay, le sanctuaire du néoconservatisme ? Comment, sur deux quinquennats, Nicolas Sarkozy puis François Hollande ont-ils enterré la politique d’indépendance qu’avaient poursuivie Charles de Gaulle et François Mitterrand ? Comment Bernard Kouchner puis Laurent Fabius ont-ils imposé au ministère des Affaires étrangères l’idéologie atlantiste promue par des cercles libéraux et des intellectuels médiatiques ? Comment ce moralisme nous a-t-il conduits à l’impuissance et au cynisme ?
De 2007 à 2017, de l’Afghanistan à la Libye et à la Syrie, de Téhéran à Ryad et de Moscou à Kiev en passant par Washington, Bruxelles et Berlin, du Conseil de l’ONU et du Commandement de l’Otan à la Commission européenne, c’est la face cachée de notre démission diplomatique, faite de redditions historiques, d’erreurs stratégiques et de carences militaires, que révèle ici Hadrien Desuin.
Une analyse magistrale qui se termine par un voeu : que la France retrouve enfin l’intégrité et la singularité que le monde attend d’elle.

Un entretien mené pour Jean-Baptiste Noé.

Retour de Corée du Nord. Avec Alain Soral à L’Heure la plus sombre pour E&R.


(0)
160 Vues
0 commentaire
20.07.2017

Pour ce 86e numéro de "L’Heure la plus sombre", Vincent et Xavier reçoivent Alain Soral à son retour de Corée du Nord.

 0:00:00 : Introduction
 0:00:41 : Pourquoi se rendre en Corée du Nord ?
 0:02:04 : Voyage et premières impressions
 0:17:44 : L'âme du peuple
 0:34:26 : Les deux Corée
 0:39:34 : Le travail
 0:42:07 : Monarchie socialiste : "Gauche du travail, droite des valeurs"
 0:44:39 : L'économico-social
 0:57:51 : L'affaire du jeune touriste américain
 1:00:27 : Télévision et technologie
 1:08:01 : Prison et police
 1:10:28 : Les échanges internationaux
 1:15:19 : La campagne
 1:17:43 : Bilan
 1:23:08 : Conclusion

Les guerres secrètes des grandes puissances contre Kadhafi. Avec Patrick Mbeko pour E&R à Paris.


(0)
60 Vues
0 commentaire
12.02.2017

Février 2011. Une insurrection armée éclate à l'Est de la Libye à la faveur de ce que la presse occidentale a baptisé le "printemps arabe". Plusieurs villes tombent aux mains de la rébellion, qui avec le soutien de l'OTAN, finit par renverser le colonel Mouammar Kadhafi, dirigeant de la Jamahiriya arabe libyenne. Le 20 octobre, les images épouvantables du corps ensanglanté, dénudé et sans vie du leader déchu seront fièrement exhibées dans les médias occidentaux comme un trophée. Comment en est-on arrivé là ?
Patrick Mbeko nous expose les logiques stratégiques qui ont guidé l'intervention militaire occidentale en Libye et démontre, à contrario de la rhétorique officielle et de nombreux "experts", que celle-ci est plutôt l'aboutissement d'un continuum historique qui prend son origine dès l'arrivée au pouvoir du colonel Kadhafi, le 1er septembre 1969.
Quatre décennies de guerres secrètes et de chasse à l'homme qui s’achèveront par l'exécution du leader libyen, au terme de sept mois de révolte savamment orchestrée par les pays de l'OTAN.

L'escamotage de la géopolitique. Avec Robert Charvin au séminaire "Marx au XXIème siècle" à la Sorbonne.


(0)
57 Vues
0 commentaire
01.10.2016

L'Occidental n'aime plus personne - ni le Chinois, ni l'Arabe, ni l'Africain. Mais dans la hiérarchie des détestations, les Nord-Coréens et les Russes occupent une place particulière - toute société n'a-t-elle pas besoin de se fabriquer des ennemis ?
Dans un contexte de confusion idéologique, le discours sur les droits de l'homme se pare d'une indignation sélective : si le droit d'ingérence est invoqué pour justifier des interventions au nom de la liberté d'expression et de la démocratie, jamais il ne servira à libérer des syndicalistes emprisonnés ou à faire respecter les droits des travailleurs. Les régimes autoritaires alliés des Occidentaux peuvent continuer de bafouer impunément les libertés démocratiques.
La Russie, et depuis bien plus longtemps la Corée du Nord, sont soumises à des embargos occidentaux : ces peuples, assiégés, se sont dès lors constitués en citadelles. Leurs réactions sont logiques au regard des principes universels de la géopolitique, malheureusement oubliés dans les pays occidentaux. Ainsi, la Corée du Nord, pays de 25 millions d'habitants entouré de puissants voisins, marqué par le double drame de la colonisation japonaise et de la guerre de Corée, a développé des capacités d'autodéfense (y compris nucléaires), dans une logique obsidionale qu'on retrouve dans d'autres pays et à d'autres époques - par exemple en France dans les relations avec l'Allemagne entre 1871 et 1914. La géopolitique est ainsi la mise en oeuvre de ce qui est possible et souhaitable dans les relations entre puissances dans l'ordre international : pour garantir la paix, la sécurité internationale et le développement des nations, il est utile que se constituent des pôles de puissance qui garantissent des équilibres. La Russie aspire légitimement à constituer l'un de ces pôles, ce que contredit l'installation de troupes de l'OTAN directement à ses frontières. Moscou et Pyongyang ont ainsi mis l'accent sur la souveraineté des nations, qui n'est en aucun cas un repli sur soi mais l'affirmation par chaque Etat de son droit à maîtriser ses propres décisions de politique étrangère, sans ingérence extérieure. Contrairement aux Américains, les Russes et les Nord-Coréens n'entendent pas, quant à eux, imposer leur système politique à d'autres pays.
La reconstitution d'une puissance militaire russe n'a pas davantage à être condamnée que l'augmentation des budgets militaires américain ou français. Les Russes, contrairement aux Occidentaux, assument pour leur part pleinement leur histoire, qui s'inscrit dans un patriotisme incompris en Occident. Leur culture eurasiatique, spécifique, ne justifie pas qu'ils soient rejetés dans un autre "barbare", comme le font les prescripteurs d'opinion occidentaux. Manifestement, les Russes ne sont plus bolchéviques mais ont toujours le couteau entre les dents, étant stigmatisés comme "complices de la barbarie". Quand les victimes civiles des guerres occidentales (forcément des guerres justes et des guerres propres) sont escamotées par les médias, celles des interventions militaires russes sont mises au premier plan.
S'agissant des Nord-Coréens, qu'ils le veuillent ou non, qu'ils l'assument ou pas, leur culture politique est profondément empreinte de confucianisme - ce qui génère des relations paternelles entre les dirigeants et le peuple. Ils ont choisi de ne compter que sur leurs propres forces et ont érigé ce principe en règle majeure d'un travail idéologique jugé fondamental, refusant déjà, hier, d'être membre du Conseil économique d'Assistance Mutuelle (CAEM) ou de relier leur réseau d'électricité à celui soviétique, comme le leur proposait Nikita Khrouchtchev. Ils ont payé le prix de cette indépendance lors des difficultés des années 1990, mais ont maintenu leur système politique et social.
La Corée du Nord offre un terrain privilégié pour permettre à des journalistes d'affirmer n'importe quoi, sans risque d'être contredit. Le discours hostile à la République populaire démocratique de Corée a même gagné les rangs des partisans de ceux qui se disent partisans du socialisme, quitte à oublier que, par la propriété collective des moyens de production, la Corée du Nord est bien un Etat socialiste. La détestation de la Corée du Nord a aussi une logique qu'explique la géopolitique : la nécessité pour les Etats-Unis de maintenir des troupes dans des positions avancées en Asie de l'Est, à proximité de la Russie et de la Chine, au prix de compromissions avec les dirigeants sud-coréens en matière de droits de l'homme.
Quand la France se permet de donner des leçons sur le nucléaire nord-coréen, alors qu'elle assume l'héritage gaullien de l'arme nucléaire comme garantie de son indépendance, l'histoire des négociations sur la question nucléaire en Corée montre le besoin de dialogue et de négociations, pour anticiper et prévenir les conflits - selon des principes conformes au droit international - et non l'invocation de pseudo-négociations après des interventions militaires et des ingérences dans les affaires intérieures d'autres pays.