Le mouvement situationniste. Avec Patrick Marcolini sur Radio Libertaire.


(0)
1484 Vues
0 commentaire
07.09.2012

Dans les années 1960 et 1970, partout dans le monde, des révoltes éclatent contre l'emprise grandissante de la marchandise et de l'État sur tous les aspects de la vie.
Les situationnistes ont contribué à forger les outils critiques de ce soulèvement généralisé, aux côtés d'intellectuels et de groupuscules influencés par le marxisme et l'anarchisme. Mais à la différence de ces derniers, ils ne venaient pas tant du mouvement ouvrier que des avant-gardes artistiques du XXe siècle : Dada, le surréalisme, le lettrisme.
Artistes en rupture de ban, mi-rebelles mi-voyous, les situationnistes s'étaient réunis sur la base d'un programme radical : le refus des conditions de vie faites à l'homme moderne, aussi bien dans les sociétés capitalistes avancées que dans les régimes dits communistes, et la volonté d'expérimenter de nouvelles formes d'existence et de communauté en rupture avec l'ordre établi.
Cette émission analyse les racines culturelles des théories et des pratiques situationnistes.
Est également exploré la postérité diverse et souvent contradictoire : entre récupération et radicalisation, du côté des intellectuels postmodernes ou de l'art contemporain, chez les stratèges du pouvoir néocapitaliste comme dans les rangs des révoltés d'aujourd'hui.

L'histoire contemporaine toujours sous influence. Avec Annie Lacroix-Riz sur Radio Libertaire.


(0)
923 Vues
1 commentaire
06.12.2012

Le bilan général de l’histoire contemporaine de connivence éclaire un événement démontrant, au terme de décennies d’efforts, la tranquillité des milieux patronaux, assurés de la neutralité (au minimum), du préjugé favorable ou du franc soutien des « historiens de confiance » : celui de la « réhabilitation » de Louis Renault, préalable à l’offensive des héritiers de l’industriel contre le contribuable français.