Analyse de la stratégie de la tension en France. Avec Alain Soral à L’Heure la plus sombre pour E&R.


(0)
1077 Vues
0 commentaire
14.11.2015

Cette émission, consacrée à la montée des tensions en France, constatée par les journalistes d'E&R présents à la "Marche pour la dignité" du 31 octobre, donne l'occasion à Alain Soral de revenir sur l'actualité des stratégies de la tension en France.
Paris ayant subit de multiples attentats quelques jours à peine après l'enregistrement de cette émission, les auditeurs aurons l'occasion d'apprécier la pertinence des propos.

Essais. Avec Michel Drac pour Kontre Kulture.


(0)
1257 Vues
0 commentaire
05.2015

L'essayiste Michel Drac aborde ici plusieurs thématiques traitées dans ses Essais :
 - l'identité dans l'histoire de France d'abord, "Céfran" étant un essai d'analyse métapolitique de la crise française, comprise comme un moment dans la nécessité historique
 - l'identité dans un cadre plus global ensuite, en tentant de comprendre et critiquer les logiques racialistes et antiracialistes au regard des enjeux contemporains
 - les mécanismes économique et politique ayant conduits à la grande crise de 2008
Une tranche de réalité bien saignante par l'un des meilleurs bouchers du concept hexagonal !

Entretien avec Julius Evola.


(0)
2944 Vues
0 commentaire
1971

Julius Evola (1898-1974) est un philosophe italien, penseur entre autres de la virilité et de la tradition. Il répond ici aux questions de Dominique de Roux, dans le cadre des enregistrements des Archives du XXe siècle.
Quelque temps avant sa mort, vieilli, paralysé mais toujours alerte, l'aristocrate italien y évoque les thèmes de l’essence de ses ouvrages, sa période artistique dadaïste, ses rapports avec René Guénon, ainsi qu’avec les régimes politiques de l’époque, et bien d’autres explorations métaphysiques.

Mouvements d'inspiration marxiste et mouvements non violents. Avec Domenico Losurdo au séminaire "Marx au XXIème siècle".


(0)
954 Vues
0 commentaire
25.10.2014

Nous connaissons les larmes et le sang qu’ont coûtés les projets de transformation révolutionnaire du monde par la guerre ou la révolution.
Sont apparus au cours du XXe siècle de nombreux courants engagés dans la "critique de la violence", même quand celle-ci prétend être "un moyen pour de justes fins".
Mais que savons-nous des dilemmes, des "trahisons", des désillusions et des véritables tragédies auxquels s’est heurté le mouvement qui s’est inspiré de l’idéal de la non-violence ?
Domenico Losurdo parcourt une histoire fascinante : des organisations chrétiennes qui, au début du XIXe siècle, se proposent aux états-Unis de combattre de façon pacifique le fléau de l’esclavage et de la guerre, jusqu’aux acteurs des mouvements qui, soit par passion, soit par calcul, ont agité le drapeau de la non-violence : Thoreau, Tolstoï, Gandhi, Martin Luther King, le Dalaï Lama et les récents inspirateurs des "révolutions colorées".

Le féminisme matérialiste. Avec Christine Delphy à La Sorbonne.


(0)
1174 Vues
0 commentaire
11.12.2013

Christine Delphy présente le courant du féminisme matérialiste, courant dont elle est l'une des principales contribution, en conceptualisant ce vocable.
Son approche se différencie du féminisme différentialiste, des théories Queer et post-moderne ainsi que du marxisme orthodoxe, vu comme un réductionnisme.
C'est en effet la catégorie de travail domestique (non réductible au travail ménager) qui est à la base d'un mode de production distinct du mode d'exploitation capitaliste, et qui repose sur l’institution familiale par laquelle la force de travail des membres d’un foyer — femmes, enfants, frères et sœurs célibataires — appartient au chef de famille qui applique ce travail tant aux productions marchandes qu’aux productions non-marchandes.
Selon cette approche, la société occidentale contemporaine est basée sur deux dynamiques parallèles : un mode de production capitaliste et un mode de production patriarcal (ou domestique).
Un courant de pensée important à comprendre, alors que les débats sur le Genre font rages.

De l'esprit critique au conservatisme, la question juive ne serait-elle plus ? Avec Enzo Traverso à la société Louise Michel Paris.


(1)
710 Vues
0 commentaire
12.06.2013

Pour quelles raisons le monde juif a-t-il été, depuis les Lumières et jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, à la pointe de la modernité dans tous les domaines, et pourquoi ce mouvement s’est-il épuisé ?
C'est la question à laquelle Enzo Traverso essaie de répondre dans son livre "La Fin de la modernité juive : histoire d’un tournant conservateur".
L'auteur revient particulièrement sur la disparition de l’antisémitisme qui structurait encore il y a peu l'idéologie des droites, en déniant aux juifs le droit d’être des citoyens comme les autres.
S’il souligne qu'il faut rester attentif aux résurgences antisémites, il ne croit pourtant pas que cette forme de racisme puisse constituer à nouveau le cœur des futures idéologies de droite. C'est en effet plutôt l’islamophobie qui est devenu la forme d'exclusion dominante.
L'exposé est suivi d'une longue discussion où beaucoup se sont interrogés sur l’incapacité des courants et partis pour lesquels l’antiracisme est au coeur des principes, à saisir et à analyser, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, cette mutation profonde de nos sociétés.

Au café avec Anne-Marie Le Pourhiet : la République, les lobbies et l'idéologie victimaire.


(0)
1241 Vues
0 commentaire
2011

Anne-Marie Le Pourhiet, juriste, constitutionnaliste et professeur de droit public, aborde de nombreux sujets tout au long de cet entretien.
Du problème de l'inflation législative (ratification des directives européennes) au problème des lobbies lovés au sein de la République française, et en passant par les enjeux de la liberté d'expression, ce sont tous les grands débats politiques contemporains qui sont abordés.
Une discussion intelligente et revigorante !

Scénarii d'avenir. Avec Michel Drac à Bordeaux.


(0)
956 Vues
0 commentaire
07.06.2014

Alors que la situation géopolitique globale continue à se dégrader, que la santé de l'économie mondiale laisse à désirer, et sachant que l'information dont nous disposons est limitée (ou biaisée), que pouvons-nous raisonnablement anticiper ?
Le pouvoir (politique et économique) est aujourd'hui plus que vérouillé : ce n'est pourtant pas une raison pour arrêter de réfléchir et imaginer des solutions qui nous autoriserons à retrouver quelques espaces de liberté.