La gauche a-t-elle encore un avenir ? Avec Jean-Claude Michéa et Jacques Julliard sur France Culture.


(0)
683 Vues
0 commentaire
01.10.2014

Dans leur livre commun, Jacques Julliard et Jean-Claude Michéa partent d’un point de désaccord : la gauche s’est-elle déconnectée du peuple, ou n’a-t-elle en réalité fait avec lui que des alliances de circonstances ?
A l’heure où la gauche se divise, sanctionne ses députés frondeurs, et se cherche une nouvelle identité en lançant ses Etats généraux, leurs sujets d’étude sont en tous cas d’actualité.
Alors, sommes-nous en train d’assister à la mort de la gauche, ou à la mort du socialisme, ou même des deux ? Comment nos dirigeants peuvent-ils retrouver la confiance du peuple ? Mais finalement, qu’est-ce que le "peuple" et qui le représente encore aujourd’hui ?

Charles Renouvier : la République et la philosophie. Avec Marie-Claude Blais et Marcel Gauchet à Répliques sur France Culture.


(0)
757 Vues
0 commentaire
20.01.2001

Une émission consacrée au personnage et à l'oeuvre originale de Charles Renouvier.

Charles Péguy, un hétérodoxe entre socialisme et christianisme. Avec Rémi Soulié sur Méridien Zéro.


(0)
672 Vues
0 commentaire
14.02.2014

Méridien Zéro reçoit Rémi Soulié pour évoquer avec lui la figure de Charles Péguy, poète, écrivain et essayiste doté d'une vision du monde complexe et enracinée.

L'émission est menée par Olivier François, assisté de Jean-Louis Roumégace.

Les transformations de la philosophie française et le legs de 68. Avec Serge Audier au colloque Mai 68 en quarantaine.


(0)
460 Vues
0 commentaire
24.05.2008

La pensée française a connu, durant les années 1970-1980, de profondes transformations dans le domaine philosophique et sociologique, avec la mise en avant du thème du "retour" : retour du libéralisme, des droits de l’homme, du sujet, de l’humanisme, etc.
Cette volonté de renouvellement, s’est accompagnée d’une rupture avec les "maîtres à penser" des années 1960 (Foucault, Bourdieu, etc.), et de la promotion de nouvelles interprétations de Mai 68.
Cette communication se propose d’analyser les enjeux des ces déplacements intellectuels.

Remarque : Serge Audier ayant eu un empêchement, son texte de conférence est lu par une autre personne.

Qu'est ce que l'anti-France ? Avec Adrien Abauzit à l'Action Française.


(0)
526 Vues
0 commentaire
15.11.2013

Une réflexion sur la généalogie de la haine de la France, au sein des élites comme dans le peuple.

La crise de l’idéologie mondialiste. Avec David Mascré au Centre Saint-Paul.


(0)
740 Vues
0 commentaire
06.11.2013

David Mascré revient sur les ressorts idéologique, économique, morale, et spirituel de la grande crise que traverse notre vieille Europe.
Parti des effets de la mondialisation sur notre économie, il termine sur le séisme que fut la crise de l'école sous la 3e République, lorsque l'enseignement confessionnel traditionnel fut remplacé, au terme d'une véritable guerre civile, par l'école laïque et républicaine.

Robespierre et l'an II ou la construction d'une république démocratique et sociale. Avec Florence Gauthier au lycée Pierre Bourdan.


(0)
1141 Vues
0 commentaire
05.03.2013

Une défense de Robespierre, vu comme un héritier de la tradition des droits naturels et défenseur d'une démocratie sociale.
Sa lutte pour le droit aux biens de subsistance, contre la guerre et contre la colonisation témoignent de son attachement aux droits de l’homme et du citoyen.

Raymond Aron : entre libéralisme, socialisme et républicanisme. Avec Serge Audier à l'ENS Paris.


(0)
536 Vues
0 commentaire
26.11.2005

Serge Audier tente un essai d'interprétation du positionnement politique de Raymond Aron, en se basant moins sur ses textes théoriques que sur ses prises de position sur les sujets d'actualité.
Dans un la deuxième partie de la conférence, Serge Audier montre que l'étude par Raymond Aron de la critique du gauchisme envers le capitalisme d'alors (1969) lui feront écrire qu'un renouvellement possible du libéralisme y est envisageable en son sein, au travers des attaques anti-hiérachique et auto-gestionnaire notamment.
Une vision quelque peu différente et plus nuancée que celle du Raymond Aron "anti-68" qui nous est traditionnellement présentée.