Dialogue avec les morts. Avec Jean Clair à la librairie Mollat à Bordeaux.


(0)
702 Vues
0 commentaire
20.05.2011

Au travers de son dernier livre, Jean Clair revient sur la trajectoire qui fut la sienne et qui, du monde rural, paysan et avare de mots qui fut le sien, l'amena à se passionner pour la beauté et pour ceux qui tentèrent de la faire advenir sous la forme d'oeuvres d'art dans notre monde.

Jean Clair à voix nue, sur France Culture.


(0)
1012 Vues
0 commentaire
09.2012

Historien d’art et conservateur de musées, ancien directeur du musée Picasso, écrivain et académicien, Jean Clair est né en 1940 à Paris, où vivaient ses deux parents paysans venus y gagner de quoi vivre.
Jean Clair est également un commissaire d’expositions original car croisant sans cesse l’histoire de l’art avec l’histoire des idées et celle des sciences. Une place particulière est réservée à la psychanalyse dans toutes ces expositions et dans ses écrits.
C'est enfin un polémiste de talent qui part souvent en guerre contre ce qui l’irrite - l’art contemporain, essentiellement.

La Fabrique de l'homme occidental. Avec Pierre Legendre sur France Culture.


(0)
2864 Vues
0 commentaire
10.1992

Pourquoi l'interdit ? Pourquoi les lois ? Qu'est-ce que l'Etat ? Comment séparer le juste de l'injuste ?
Etat, Religion, Révolution, Progrès... : ces artifices sont emportés dans le déchaînement du management scientifique promis à la terre entière.
La peur de penser en dehors des consignes a fait de la liberté une prison.
Pierre Legendre explique, en philosophe et historien du droit et des institutions, comment l'homme raisonnable organise le monde pour tenter d'échapper à l'abîme de son origine introuvable, ce mur de nuit auquel il s'adosse.

Emission "Les nuits magnétiques".

Le mal-être dans la société de spectacle. Avec Francis Cousin chez Emmanuel Ratier sur Radio Courtoisie.


(0)
1129 Vues
0 commentaire
05.05.2010

Francis Cousin nous appelle à nous démarquer de la société de l'Avoir, société dans laquelle nous évoluons et qui nous aliène. Il nous rappelle la tradition priomordiale de l'Etre, soit la condition historique des peuples traditionnels n'ayant pas encore subit la différentiation de la marchandise.

Alain Soral sur la psychanalyse et la polémique Onfray.


(1)
1668 Vues
0 commentaire
04.2010

Le sociologue critique vertement la psychanalyse comme outil d'analyse sociale. Il revient également sur le "Siècle Juif" dominé par les figures de Freud, Marx et Einstein et montre à quel point ces mythes sont actuellement battus en brêche.

Apologétique de la foi chrétienne. Série de conférences d'Henri Blocher à l'Eglise Baptiste Le Tabernacle à Paris.


(0)
1651 Vues
0 commentaire
1986

"Mais sanctifiez dans vos coeurs Christ le Seigneur, étant toujours prêts à vous défendre, avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l'espérance qui est en vous" 1 Pierre ch3 v15

Bénéfices et préjudices de la psychanalyse. Avec Jacques Van Rillaer à l'Université de Louvain-la-Neuve.


(0)
848 Vues
0 commentaire
22.03.2007

Jacques Van Rillaer, ancien psychanalyste et co-auteur du "Livre noir de la psychanalyse" analyse et expose les apports et les dérives de cette thérapie inventée au début du XXe siècle par Freud.

Mécroissance et libido. Avec Dany-Robert Dufour et Bernard Stiegler à Ars Industrialis.


(0)
884 Vues
0 commentaire
12.04.2008

La libido est la socialisation de l’énergie produite par la pulsion sexuelle, mais telle que, comme désir, cette pulsion est transformée en objet sublimable : objet d’amour ou d’attention passionnée à l’autre.
Le capitalisme au XXe siècle, a fait de la libido sa principale énergie. Pour être très schématique, on peut dire que l’énergie au XIXe siècle est celle de la force de travail (Marx), tandis qu’au XXe siècle, elle devient celle du consommateur. Ce n’est pas le pétrole qui fait marcher le capitalisme, mais la libido. L’énergie libidinale doit être canalisée sur les objets de la consommation afin d’absorber les excédents de la production industrielle. Il s’agit bien de capter la libido, c’est-à-dire de façonner des désirs selon les besoins de la rentabilité des investissements.
L’exploitation managériale illimitée de la libido est ce qui détruit le désir et l’humain en nous. De même que l’exploitation du charbon et du pétrole nous force aujourd’hui à trouver des énergies renouvelables, de même, il faut trouver une énergie renouvelable de la libido. Or la libido est articulée sur des techniques, des "fétiches", et plus généralement sur des prothèses.
A l’horizon d’un tel constat se pose évidemment la question de la grande difficulté de ne pas régresser, lorsque l’on procède à la critique de l’économie libidinale capitaliste, de toute évidence indispensable, par rapport aux acquis critiques de la pensée freudienne et de la psychanalyse – et en particulier comme pouvoir de critiquer le fonctionnement toujours tendanciellement régressif (et répressif) du surmoi.
Il va sans dire que de telles questions affectent la pensée du XXème siècle dans son ensemble, et notamment celle qui s’est élaborée en France, après la deuxième guerre mondiale, dans un rapport essentiel aux œuvres de Freud et de Lacan.