La dernière révolution du général De Gaulle. Avec Arnaud Teyssier sur Radio Courtoisie.


(0)
179 Vues
0 commentaire
21.04.2019

Le 27 avril 1969, Charles de Gaulle perd le référendum qu'il avait organisé sur la Région et la réforme du Sénat. Il annonce aussitôt sa démission, se retire définitivement à Colombey, dont il ne sort que pour deux échappées étranges et romanesques vers l'Irlande et l'Espagne, et rédige des Mémoires d'espoir. Ses derniers mois au pouvoir ont souvent été présentés comme une succession d'erreurs ou de maladresses, attribuées pour l'essentiel à la vieillesse, ainsi qu'à l'incompréhension de la modernité dont Mai 1968 venait d'annoncer l'avènement avec fracas.
Arnaud Teyssier dit tout autre chose : de Gaulle, en ses derniers temps, avait pleinement pris conscience qu'il faisait face à un personnage nouveau, la société moderne, libérée du souvenir de la guerre, traversée de besoins et de désirs, et pour qui la puissante organisation de gouvernement qu'il avait mise en place était devenue trop lourde. Il appréhendait la venue de temps inédits, porteurs des illusions du bien-être, mais chargés de difficultés, de menaces, de crises.
C'est pour y préparer la France que de Gaulle entreprit, dans ses derniers mois, une révolution de grande ampleur. Pour lui, la réalité du monde, imprégnée d'histoire et de tragédie, était dangereuse, mais aussi pleine d'espoir : si on pouvait la saisir dans sa densité et dans sa profondeur, alors "un grand élan emporterait les êtres et les choses". De Gaulle, en 1969, pressent déjà les angoisses, la peur de l'inconnu, la tentation du renoncement et du nihilisme qui s'empareront cinquante ans plus tard de nos démocraties : aujourd'hui, en 2019, ses intuitions nous aident à corriger la myopie de notre civilisation.

Émission du "Libre Journal des amitiés françaises", animée par Thierry Delcourt.

La question de la stratégie politique. Avec Jacques Sapir à la Nouvelle Action Royaliste.


(0)
180 Vues
0 commentaire
19.06.2019

Pendant plusieurs décennies, nous avons connu des stratégies d'union -de la gauche et de la droite- qui ont permis aux deux camps de gouverner successivement. Puis, à gauche en 2012, la tactique a été appliquée sans stratégie et, après la victoire d'Emmanuel Macron, la constitution d'un bloc oligarchique a conduit à de nouvelles réflexions stratégiques autour de concepts tels que le populisme et le souverainisme.
L'éclatement des oppositions politiques et sociales conduit à poser en termes neufs "la question de la stratégie politique" après les élections européennes qui ont vu le succès du Rassemblement national et l'échec de la France insoumise sur fond de révolte des Gilets jaunes.
Jacques Sapir, auteur de nombreux ouvrages et articles sur les aspects théoriques et pratiques de la stratégie, nous livre son analyse de la situation politique et esquisse les perspectives d'évolution du champ politique et social.

Aéroports bradés et Union européenne antidémocratique ? Avec Coralie Delaume et David Cayla pour Le Fil d'Actu.


(0)
67 Vues
0 commentaire
04.2019

L'analyste politique Coralie Delaume et l'économiste David Cayla nous décrivent l'échec programmé du modèle économique de l'Union européenne, mis en oeuvre en France par Emmanuel Macron.
Privatisation des Aéroports de Paris, mouvement des Gilets jaunes : où quand les logiques conjointes du Marché unique et de l'Euro continuent à produire leurs effets...

La Garde de Fer et le Mouvement Legionnaire. Avec Radu Creanga au Cercle Edouard Drumont.


(0)
172 Vues
0 commentaire
12.04.2019

C'est en compagnie de Radu Creanga, militant nationaliste roumain, ancien président des étudiants de Bucarest, qu'est évoquée l'histoire du Mouvement Légionnaire de Corneliu Zelea Codreanu (1899-1938) et son projet politique et social tout à fait original pour la Roumanie.
Haï par le roi et la classe politique de son pays, populaire auprès de ses compatriotes, le plus atypique des chefs politiques de l'entre-deux-guerres fut le centre de la vie politique roumaine jusqu'à sa tragique exécution de la nuit du 29 au 30 novembre 1938.

Mises au point, par Michel Drac.


(0)
2575 Vues
0 commentaire
2019

Michel Drac, analyste politique et prospectiviste bien connu, donne son opinion sur des points d'actualité, en essayant de les comprendre des points de vue historique et politique.

De la construction européenne à l'Empire européen germanique. Avec André Posokhow sur Radio Courtoisie.


(0)
164 Vues
0 commentaire
18.04.2019

Dans sa forme actuelle, l'Union européenne semble définitivement passée sous commandement allemand. Mais par quels mécanismes l'intégration européenne a-t-elle finalement dépouillée les nations de leur souveraineté et reconstituer un nouveau Saint-Empire romain germanique ?
Car le vaste ensemble politique du vieux continent n'était pas forcément destiné à avoir pour noyau et centre décisionnel l'Allemagne. Un nombre important d'abandons de souveraineté concédés par les élites politiques des pays alentours, notamment de la part de la France, explique cette situation.
Retour sur l'histoire mouvementée de la construction européenne.

Émission du "Libre Journal de la souveraineté", animée par Michel Leblay.

De Gaulle, l'homme du 18 juin. Débat entre Adrien Abauzit et Paul-Marie Couteaux au Cercle Retour au Réel.


(0)
218 Vues
0 commentaire
18.06.2019

Aujourd'hui plus que jamais, le Général de Gaulle reste le grand totem de l'histoire de France au XXe siècle. Incontournable aussi bien pour chez les "bien-pensants" qu'au sein de la dissidence, il représente la figure du sauveur et d'homme visionnaire lorsqu'un Pétain ne serait plus que lâche, sénile et traître à sa patrie.
La réalité est-elle aussi simple ? Et pour quelles raisons fait-il autant consensus ? Doit-on puiser dans son héritage politique pour oeuvrer au redressement de la France ou, au contraire, s'en distancier ?
L'avocat Adrien Abauzit et l'ancien député européen Paul-Marie Couteaux débattent de la figure de Gaulle, du sens de son action politique et de sa postérité.

Le populisme après les élections européennes. Avec Etienne Chouard, Pierre-Yves Rougeyron et Pierre Lévy au point de Ruptures.


(0)
192 Vues
0 commentaire
06.2019

À la suite des élections européennes, qu'en est-il du "populisme" ? Doit-on distinguer les populistes de conviction et ceux qui ne le sont que de situation ? Et d'ailleurs, le populisme est-il une réalité ou un simple concept fourre-tout et trompeur ?
Pourtant, le populisme est bien un mot important et positif. Il est cependant utilisé comme une insulte par les démophobes, ennemis du peuple, d'abord au singulier comme équivalent d' "extrême droite et démagogue", pour ensuite être accordé au pluriel pour y fourrer "la gauche radicale"...