La régression intellectuelle de la France. Avec Philippe Nemo à l'Institut Turgot.


(0)
710 Vues
0 commentaire
23.06.2011

Dans ce petit essai qu'est "La régression intellectuelle de la France", Philippe Nemo montre comment les libertés d'expression et d'opinion sont, dans notre pays, victimes d'un véritable processus de régression de la pensée qui affecte profondément le débat public, et conduit à la multiplication de tabous et d'interdits à caractère magico-religieux.
Il y dissèque notamment la manière dont les "lois de censure" que sont la loi Gayssot, la loi sur la HALDE, les lois dites "mémorielles" conduisent à une complète dénaturation des principes fondamentaux du droit et de la justice.
"On ne raisonne plus dans le pays, conclue-t-il, en termes de vrai et de faux, mais, comme dans les sociétés primitives, de pur et d'impur. En conséquence, la France connaît ces années-ci une situation de régression intellectuelle caractérisée qui l'empêche de penser rationnellement son avenir".

L'horizon politique : le Prince chrétien. Avec Pierre Boutang à Marseille.


(0)
597 Vues
0 commentaire
03.03.1988

Cette conférence se tient à la veille de l’élection présidentielle de 1988 et Boutang indique : "Tout le monde s’occupe justement de ce qui n’est pas mon souci".
Son souci, c’est l’horizon du prince chrétien, né pour unir, non pour diviser. Il le désigne, déjà. Le prince chrétien s’incarne dans la personne du prince Jean de France qu’il décrit avec grande précision, sous les traits que lui sont connus aujourd'hui.
Une réflexion intéressante sur le pouvoir et son incarnation en France par Pierre Boutang, royaliste maurrassien à l’espérance raisonnable, toujours maintenue, toujours renaissante d’époque en époque.
Remarque : la qualité de l'enregistrement est médiocre.

L'écologie politique. Avec Laurent Ozon à l'Action Française.


(0)
547 Vues
0 commentaire
16.05.2011

Laurent Ozon, ancien rédacteur du programme du Front National en matière d'écologie, expose les principales thèses de l'écologie politique.

Peut-on être à la fois libéral et conservateur ? Avec Alain Laurent à l'Institut Turgot.


(0)
517 Vues
0 commentaire
07.04.2011

Se réclamer du libéralisme et du conservatisme pose un gros problème du point de vue libéral. En effet, le libéral accepte les changements sans appréhension alors que pour le conservateur, l’ordre n’est pas spontané mais apparaît comme décrété par l’Etat.
On peut cependant voir les libéraux-conservateurs comme des individus désireux de conserver les institutions protégeant la liberté individuelle.
Il est intéressant de noter qu'une des thèses du travail de Jean-Claude Michéa est ici validée par un penseur libéral conséquent, à savoir que le projet libéral est un, et que les libertés politique, morale ou économique s'y soumettent toutes.

Maurras, cet inconnu. Par Stéphane Blanchonnet à l'Action Française.


(0)
694 Vues
0 commentaire
16.04.2010

Une introduction au personnage et à l'oeuvre de Charles Maurras, doublé d'une réflexion sur l'actualité de sa méthode et de sa vision politique pour les problèmes actuels auxquels la France fait face.

Immuable et changeante, la Gauche de Jean-Jacques Rousseau à François Hollande. Avec Jacques Julliard aux Rendez-vous de l'histoire de Blois.


(0)
450 Vues
0 commentaire
18.10.2012

Jacques Julliard explicite la méthode utilisée pour rédiger son histoire des Gauches françaises.
Il explique également comment la typologie qu'il a mise en place s'est construite. Pour mémoire, il distingue quatre courants traversant l'histoire de la Gauche : les axes libéral, jacobine, collectiviste et libertaire.

Peut-on penser l'immigration en termes de coûts et bénéfices ? Avec Michèle Tribalat et Catherine Wihtol de Wenden sur France Culture.


(0)
482 Vues
0 commentaire
18.03.2010

Quels sont les effets réels de l'immigration sur la structure démographique de nos populations ? Est-il exact que cette immigration, tende, dans toute l'Europe, à en empêcher le vieillissement ? L'afflux d'immigrés entraîne-t-il ou non une baisse des salaires des ouvriers et employés sous-qualifiés natifs ? Les immigrés sont-ils davantage chômeurs que les natifs et quelle est leur contribution à l'augmentation de la masse salariale ? Quels seront les effets à long terme des nouvelles vagues d'immigrations sur les comptes sociaux ? Sur les montants des retraites ?
Il est particulièrement difficile de parler de ces questions : les données disponibles sont rares, contradictoires, sujettes à caution. C'est que tout débat sur l'immigration est immédiatement piégé par des oppositions idéologiques manichéennes. Même l'estimation précise de l'ampleur des flux migratoires est, dans notre pays, imprécise, allant du simple au triple selon l'administration compétente.
Comment, dans ces conditions, se donner les moyens de politiques migratoires dignes de ce nom ? Alors même que ces politiques pourraient bien échapper à nos Etats-nations pour être transférées à des instances communautaires sur lesquels les citoyens n'ont que peu de contrôle et sur des juridictions internationales sur lesquelles ils en ont encore moins.
Emission "Du Grain à moudre".

Eloge du populisme. Avec Vincent Coussedière sur Enquête&Débat.


(0)
759 Vues
0 commentaire
26.05.2013

Le propos de Vincent Coussedière vise une réhabilitation, non seulement du populisme, mais du peuple lui-même.
Le mépris du populisme et l’incapacité dans laquelle nous sommes de le penser viennent de ce que nous ne savons même plus ce qu’est un peuple politique.
Il ne s’agit pourtant pas d’idéaliser le peuple ! Il s’agit de dire qu’il n’y a pas de politique sans peuple, ni de peuple sans politique. Il s’agit de montrer comment, depuis de Gaulle, nos gouvernants sont devenus progressivement des administrateurs, l’administration des choses s’étant substituée au gouvernement des hommes.