Eloge du populisme. Avec Vincent Coussedière sur Enquête&Débat.


(0)
685 Vues
0 commentaire
26.05.2013

Le propos de Vincent Coussedière vise une réhabilitation, non seulement du populisme, mais du peuple lui-même.
Le mépris du populisme et l’incapacité dans laquelle nous sommes de le penser viennent de ce que nous ne savons même plus ce qu’est un peuple politique.
Il ne s’agit pourtant pas d’idéaliser le peuple ! Il s’agit de dire qu’il n’y a pas de politique sans peuple, ni de peuple sans politique. Il s’agit de montrer comment, depuis de Gaulle, nos gouvernants sont devenus progressivement des administrateurs, l’administration des choses s’étant substituée au gouvernement des hommes.

Entretien d'Alain Soral avec Mahy Belaïd sur l'université, les média, l'éducation et l'Algérie.


(0)
626 Vues
0 commentaire
18.07.2013

Après une présentation du parcours d'Alain Soral, la conversation s'oriente sur l'état de l'université et des  modes qui la traversent, en France et en Algérie.
Le thème des média et de l'éducation sont ensuite abordés.

Qu'est-ce que l'anarchisme ? Avec Jean Bricmont chez ATTAC à Bruxelles.


(0)
465 Vues
0 commentaire
11.12.2012

Jean Bricmont propose une réflexion sur l'anarchisme et ses fondements philosophiques, inspiré en grande partie par B. Russell et N. Chomsky.
On y trouve pêle mêle une défense des Lumières et de la notion de nature humaine, une critique du libéralisme actuel, des sciences humaines et du marxisme, et une brève discussion des théories réactionnaires (religieuses ou autoritaires) qui accompagnent le déclin de l'Occident.
Un document important pour comprendre l'origine de ce mouvement de pensée.

L'Eurasisme hier et aujourd'hui. Avec Alexandre Douguine à Paris.


(0)
533 Vues
0 commentaire
25.05.2013

Alexandre Douguine brosse ici un tableau de l'eurasisme comme vision du monde alternative à l'idéologie unipolaire actuellement au pouvoir.
L'eurasisme, c'est Rome contre Carthage, le nomos de la Terre, du continent, contre le pouvoir qui vient de la mer, la thalassocratie. Ce constat géopolitique et historique permet ensuite d'embrasser une politique qui respecte les traditions propres à chaque grande aire civilisationnelle, au contraire du rouleau compresseur libéral qui impose ses schèmes de pensée par la guerre impérialiste et la nécessité du développement.

La théorie du complot. Avec Alain Soral et Bruno Fay sur RFI.


(0)
599 Vues
0 commentaire
23.03.2011

Que penser de l'attrait porté à la théorie du complot ? Cette vision du monde est-elle trop confortable ? Voit-on des complots partout ?

Du changement climatique aux choix politiques dans des démocraties malades. Avec Hervé Kempf à l'ENS Paris.


(0)
428 Vues
0 commentaire
07.02.2011

Une réflexion sur le problème du changement climatique lié aux activités humaines, mise en perspective et projetée dans une optique de croissance.

Vers le Chaos ? Avec Michel Drac et Piero San Giorgio à Bordeaux.


(0)
506 Vues
0 commentaire
21.06.2012

Perspectives et alternatives à la crise.

Critique de l'apolitisme. La leçon de Hegel d'hier et à nos jours. Avec Domenico Losurdo à Citéphilo.


(0)
555 Vues
0 commentaire
13.11.2012

Pour s’orienter dans la pensée de Hegel, il semble possible de trouver un fil conducteur dans la critique que celui-ci propose de la fuite hors du monde politique, phénomène qu’il décrit comme l’« aspiration consciente à s’élever au-dessus des faits et du réel ». Cette idéologie de l’apolitisme semble, selon Domenico Losurdo, caractériser largement le panorama philosophique actuel. De fait, si Hegel exhorte la philosophie à se garder de « vouloir être édifiante », c’est là un avertissement qui rencontre aujourd’hui peu d’échos. Domenico Losurdo dirige au contraire l’attention sur cette leçon largement refoulée. Car s’il analyse plus particulièrement l'idéologie allemande entre 1815 et 1848 et les diverses figures de l'apolitisme qui caractérisent le XIXe siècle, jusque dans « l'idéologie de la guerre », il s’interroge aussi sur l'opposition persistante à la pensée hégélienne de l'Histoire et de l'Etat, pensée qui fonde la critique de l'apolitisme tout autant que celle de l'absolutisme.
Gilbert Kirscher introduit la conférence.