L'effacement du politique. Avec Alain de Benoist, Michel Maffesoli, Marco Tarchi et Pierre Le Vigan sur TV Libertés.


(0)
988 Vues
0 commentaire
07.02.2015

Le politique est un domaine autonome, qui a ses règles propres.
Attaqué par les feux croisés du marché et du droit, fruits du déploiement de la logique libérale, il semble de moins en moins visible.
Comment comprendre que le politique, autrefois si flamboyant dans notre tradition européenne, soit aujourd'hui réduit à peau de chagrin ?

Le malaise est dans l'homme. Avec Pierre Le Vigan sur Radio Courtoisie.


(0)
764 Vues
0 commentaire
09.03.2013

Les souffrances psychiques ne sont pas des maladies. Mais elles peuvent y mener. La condition de l'homme étant tragique, ouverte, risquée, la fragilité de l'homme est inhérente à son être-au-monde. Toutefois, si le malaise est dans l'homme depuis toujours, le monde moderne et hypermoderne lui donne des formes nouvelles.
Les sociétés traditionnelles fonctionnaient sur la base d'un modèle d'intégration sociale, au demeurant inégalitaire, où chacun néanmoins avait sa place, y compris le fou.
Les sociétés modernes ont fonctionné sur le mode du refoulement et de la névrose. La société du travail ne voulait pas connaître les états d'âme, ni même les âmes d'ailleurs. La société hypermoderne combine les exigences du travail et celles de l'autonomie : il faut être productif, il faut être performant, mais aussi "positif". Il faut donner sa force de travail, mais aussi assumer un certain savoir-être, et non simplement apporter son savoir-faire.
La mobilisation de l'homme dans l'hypercapitalisme est donc totale mais elle n'est plus une mobilisation sous une forme guerrière qui était celle du "soldat du travail". C'est une mobilisation pour plus de mobilité, plus de fluidité, plus de liquidité. L'hypercompétitivité et la lutte de tous contre tous tendent à devenir la règle. Le consumérisme et le narcissisme tout comme le désir mimétique en sont les conséquences. Tout ce qui relève des projets à long terme, individuels ou collectifs, en sort évidemment dévalorisé. Cela ne va pas sans de nouvelles formes de malaises intimes, psychiques, qui atteignent l'homme et le reconfigurent.
Pierre Le Vigan nous dresse portrait des psychopathologies de l'homme moderne pour mieux comprendre notre monde.

La campagne de Russie, par Pierre Le Vigan.


(0)
809 Vues
0 commentaire
2012

Pierre Le Vigan, à l'occasion de la réédition du livre "La campagne de Russie" de l'historien américain Curtis Cate, revient sur ce conflit important qui a conduit l'empire napoléonien à sa disparition...

L'effacement du politique. Avec Pierre Le Vigan au Cercle Aristote.


(0)
605 Vues
0 commentaire
23.06.2014

De nombreux travaux paraissent pour identifier les causes de la crise de l’idée européenne, mais peu d’entre eux creusent le sujet jusqu’à la racine, comme le dernier livre de Pierre Le Vigan. Celui-ci est d'ailleurs sous-titré "La philosophie politique et la genèse de l’impuissance européenne".
Parmi les causes de cette impuissance, l'auteur pointe les "belles idées" qui tournent au cauchemar car mal interprétées : liberté, égalité, morale, droits de l’homme, démocratie, etc. Pis, l’Europe ne s’aime pas et pratique le déni – quand ce n’est pas la haine de soi : "On préfère tout ce qui n’est pas nôtre. Chacun y plante et cultive ses croyances. Toutes les diversités sont bonnes sauf celles d’Europe."
A force de se penser seulement en termes économiques, celle-ci est devenue une simple zone marchande, informe et fluide, un néant (et un nain) politique : "Impuissante à vouloir, impuissante à se vouloir." Oui, la crise européenne est d’abord une crise d’identité. Les responsables ? Pierre Le Vigan rappelle les propos de Pierre-André Taguieff, pour qui l’Europe est "gouvernée par des super-oligarques, caste d’imposteurs suprêmes célébrant le culte de la démocratie après en avoir confisqué le nom et interdit la pratique".
D’où l’urgence de retrouver la voie du politique et de la puissance. Comment ? Certainement pas en s’identifiant à un Occident de plus en plus caricatural. Pierre Le Vigan penche pour une Europe impériale (mais non impérialiste), seule capable de faire face aux géants que sont les Etats-Unis et la Chine.
Dense, d’une grande clarté et d’une érudition sans faille, le travail de Pierre Le Vigan, qu'il présente pendant cette conférence, sera appelé à faire date.

La gauche, le progrès et le socialisme. Avec Pierre Le Vigan et Olivier François sur Méridien Zéro.


(0)
1090 Vues
0 commentaire
11.07.2014

Une émission d'histoire des idées consacrée aux relations complexes entre la gauche, son vernis socialiste et sa foi aveugle dans le Progrès.

L'émission est animée par Jean-Louis Roumégace.

Europe-marché ou Europe-puissance ? Avec Eric Maulin, Françoise Bonardel, Gérard Dussouy, Magali Pernin, Paul-Marie Couteaux, Pierre Le Vigan et Alain de Benoist au Colloque d'Éléments.


(0)
900 Vues
0 commentaire
26.04.2014

L'Union européenne est en crise.
Une crise identitaire avant d’être institutionnelle ou économique. Les résultats des élections européennes du 22 mai dernier l'ont une nouvelle fois montré. Le club d'épiciers baptisé "Union européenne" aura réussi le tour de force de transformer l'Europe en cauchemar pour ses peuples.
Les intervenants du colloque "Europe marché ou Europe puissance" réunis par la revue Éléments ont, chacun à leur manière, pointé les menaces de cette construction européenne, menée en dépit du bon sens, obsédée par les valeurs universalistes qui au bout du compte la nie.
Au terme de ce colloque qui a vu des personnalités d'horizons différents prendre la parole, le mot d'ordre général était : "Pour l'Europe, contre Bruxelles".

La banlieue contre la ville. Avec Pierre Le Vigan chez Emmanuel Ratier sur Radio Courtoisie.


(0)
843 Vues
0 commentaire
27.08.2008

L'urbanisme est un champ de réflexion trop négligé. Pourant, le cadre architectural dans lequel nous évoluons médiatise les relations que nous entretenons avec les personnes qui nous entourent, avec notre travail, etc.
Pierre Le Vigan nous invite à nous pencher sur l'évolution récente des villes, et plus particulièrement de nos banlieues.
Où quand l'architecture redevient un sujet politique...

La pensée de Michéa. Par Pierre Le Vigan chez les Non-Alignés à Nice.


(0)
1137 Vues
0 commentaire
05.2013

Il faut ne pas se laisser enfermer dans la gauche, soit l'idéologie du progrès, si on veut penser le dépassement le capitalisme.