L'eurasisme : politique, géopolitique et philosophie. Avec Stéphane Blanchonnet à Lyon.


(0)
574 Vues
0 commentaire
05.11.2013

L’oeuvre d’Alexandre Douguine nous invite à la fois à un dépassement des trois idées politiques caduques que sont le libéralisme, le socialisme et le fascisme, à une réflexion géopolitique sur la théorie des grands espaces et à une tentative de transposition politique de la pensée métaphysique d’Heidegger.
Ces réflexions d’un penseur majeur de la Russie contemporaine peuvent-elles et doivent-elles inspirer les nationalistes français ?

Qu'est-ce qu'un réactionnaire ? Avec Pierre-André Taguieff et François Cusset à Répliques sur France Culture.


(0)
743 Vues
0 commentaire
23.06.2007

Une émission qui fait suite à la sortie du livre "Le rappel à l'ordre" de Daniel Lindenberg, et qui dénonce l'imposture de l'idéologie du progrès, aussi appelée progressisme.

Vérité et relativisme. Avec Barbara Cassin aux rencontres philosophiques de Langres.


(0)
1741 Vues
0 commentaire
24.09.2011

En temps que philologue et traductrice, Barbara Cassin connait bien le problème de la pluralité interpértative et plaide pour la reconnaissance des fondements historiques et cognitifs de la notion de point de vue.
C'est donc une conception plus souple de la vérité qui est ici défendue, ou le mal à pourchasser se nomme "absolutisme", posture qui empêche d'entrer en relation avec l'autre.
Le mot "relativisme" désigne donc la position par laquelle on échappe à ces deux paresses : celle de l'absolutisme du point de vue et celle de l'universalité qui se met à l'abri de la contradiction.

La religion et les Lumières. Avec Régis Debray et Elie Barnavi à Répliques sur France Culture.


(0)
546 Vues
0 commentaire
16.12.2006

Une réflexion sur la place et le sens de la relgion dans la société, et dans la perspective du programme des Lumières ("Chaque homme doit se servir de son propre entendement. Vivons éclairés, sortons de la minorité").

De l'utopie ! Avec Pierre Macherey au Collège international de philosophie.


(0)
454 Vues
0 commentaire
08.10.2011

Pourquoi s’intéresser aujourd’hui aux discours des utopistes ? Peut-être parce que, ce dont nous manquons le plus, c’est précisément d’utopie, sans même avoir conscience de ce manque.
Plus fondamentalement, l’utopie ne correspond-elle pas au sentiment diffus que quelque chose ne va pas dans la société, à quoi il faudrait de toute urgence remédier, ce qui fait d’elle l’expression d’un manque ?
En relisant More, Bacon et Campanella, représentants exemplaires de ce qu’on peut appeler l’utopie classique, et Fourier, qui a développé un nouveau type d’utopie sociale propre à la modernité, on se donne quelques chances de s’orienter dans le dédale de la pensée utopique, une pensée qui demeure pour nous, y compris dans ses formes les plus anciennes, d’une brûlante actualité.

Montaigne : généologie de la morale. Avec Pierre Magnard et Louis Van Delft sur France Culture.


(0)
742 Vues
0 commentaire
18.07.2011

Les "Essais" de Montaigne : réflexions sur la pensée d'un des plus grands moralistes.
Emission "Les nouveaux chemins de la connaissance", animée par Raphaël Enthoven.

Alain Soral reçu par Franck Abed pour évoquer les thématiques de "Comprendre l'Empire", 2ème passage.


(0)
405 Vues
0 commentaire
11.05.2011

Alain Soral, interrogé pour la seconde fois par Franck Abed, prend le temps de développer quelques thèmes contenus dans son livre "Comprendre l'Empire".
Cet entretien est également intéressant dans la mesure ou Franck Abed, monarchiste catholique et thomiste, porte parfois la contradiction au penseur nationaliste et marxiste qu'est Alain Soral.

L'Union Européenne mondialiste, par Pierre Hillard à Avon.


(0)
333 Vues
0 commentaire
24.01.2009

Selon Pierre Hillard, le but de l'Union européenne n'est pas la création d'une Europe unie mais d'un bloc euro-atlantique avec l'Amérique du Nord, l'Angleterre faisant le pont entre les deux côtés de l'Atlantique.
La logique veut qu'en raison du transfert de compétences politiques, économiques et monétaires à des blocs continentaux en voie d'unification (Union européenne, Union nord-américaine, Union des nations sud-américaines, Union africaine, etc.), les États soient peu à peu vidés de leurs substances et appelés à se disloquer en raison de facteurs multiples (financiers, ethniques, économiques, etc.).
Ce processus à l'oeuvre partout sur la planète permettra à des blocs continentaux débarrassés de leurs États de constituer l'architecture de la gouvernance mondiale.
C'est ce lent -mais sûr- processus que Pierre Hillard décrit, en prenant toujours soin de sourcer abondement son propos.