Le paradoxe de Kelsen. Avec Jean-François Kervegan à l'Université de Belgrade.


(0)
89 Vues
0 commentaire
2012

C'est au cours d'un exposé extrêmement dense que Jean-François Kervégan explore et critique les idées fondamentales de la "Théorie pure du droit" de Kelsen.
Il propose une approche insitutionnaliste du droit pour résoudre le paradoxe typique du positivisme juridique déterminé par la séparation abstraite entre Sein et Sollen, soit entre être et devoir-être.

 - 00'00 : La théorie pure du droit de Kelsen
 - 01'58 : La différence entre "Sein" et "Sollen" ne peut pas être expliquée. Conséquences sur la nature de la Science du droit
 - 05'30 : La théorie de la validité normative
 - 08'07 : Le paradoxe de Kelsen. Le rapport entre la validité normative et l'efficacité
 - 09'54 : Quelle "corrélation" entre validité et efficacité ? Ambiguité et revendication du Positivisme
 - 14'45 : La voie moyenne du positivisme de Kelsen
 - 14'58 : La généralité plus étendue de la validité par rapport à l'efficacité. L'exemple de l'automobiliste
 - 15'54 : Inclusion de l'efficacité dans la Grundnorm
 - 18'33 : Contre-factualité de la norme fondamentale au niveau épistémologique
 - 11'54 : La fonction stratégique de la Grundnorm (principe syntaxique de base)
 - 23'27 : Critique des deux arguments employés par Kelsen pour résoudre la circularité vicieuse entre validité et efficacité
 - 23'46 : Distinction des conditiones "sine qua non" et "per quam"
 - 25'33 : Il faut distinguer entre "norme originaire" et "norme fondamentale", c'est la deuxième qui donne lieu à la première
 - 29'24 : Retour sur les deux "positions extrêmes" : la position réaliste et la position idéaliste
 - 37'50 : Résumé de la critique
 - 38'53 : La troisième voie : une approche institutionnel du droit


Le philosophe et la cabane. Avec Bruce Bégout pour les Journées nationales de l'architecture à Nègrepelisse.


(0)
100 Vues
0 commentaire
17.10.2020

C'est à partir de Diogène, Thoreau, Heidegger et Tiberghien que Bruce Bégout nous invite à interroger la place qu'occupe la cabane dans le rapport que le philosophe noue avec la pensée.
Si, lorsqu'on évoque la cabane, sa relation avec la nature semble évidente, elle peut aussi faire figure de site dévolu à la réflexion, méditation et contemplation.
Il se pourrait également que la révélation la plus cruciale de l'expérience de la cabane ne soit pas celle de l'espace alentour mais du temps, de la contingence et de la périssabilité de toutes choses.

Structuralisme et vision du monde chez Lucien Goldmann. Avec Gérard Namer pour l'Institut de la Mémoire de l'Édition Contemporaine.


(0)
101 Vues
0 commentaire
16.09.2009

Quand Lukács, dans la Hongrie d'avant 1917, rend célèbre la notion de "vision du monde", il a le soutien d'une affectivité politique caractérisée par son radicalisme, par une culture littéraire dominante, par un refus du rationalisme scientiste commun au marxisme de la deuxième Internationale et à la bourgeoisie positiviste. En un mot la "vision du monde" est une totalité historique de représentations esthétiques, philosophiques, religieuses et autres, par laquelle une classe sociale se représente sa volonté de transformer le monde en prenant conscience de l'historicité et de l'unicité de ses représentations contre le simplisme de l'idéologie et de la psychologie de l'intérêt.

L'antispécisme : la fraude en espèce. Avec François Gerlotto et Samuel Bon pour la Nouvelle Action Royaliste.


(0)
114 Vues
0 commentaire
02.06.2021

L'antispécisme, a priori si sympathique venant défendre des animaux qui souffrent de conditions d'élevage atroces, est en réalité une idéologie profondément nihiliste. En refusant à "l'animal humain" toute particularité et en faisant des animaux un groupe victime, à l'égal des races, genres, sexes, colonisés et esclaves, il aboutit à l'élimination systématique de toute organisation sociale chez l'homme. Particulièrement dévastateur, il détruit aussi le monde animal, puisqu'il ne considère que l'individu, en lui déniant toute interaction avec son environnement. En toute logique l'antispécisme combat l'écologie qui, au contraire, se préoccupe de cet environnement.
Paradoxalement, il collabore sans réticence avec le pire de l'agro-industrie – celle-là même qui a développé l'élevage industriel - qui a trouvé dans cette idéologie et son expression, le véganisme, un moyen de confisquer l'agriculture mondiale en imposant la consommation exclusive d'aliments industriels de synthèse.

Y'a-t-il une anthropologie chrétienne ? Avec Rémi Brague à l'Institut Philanthropos.


(0)
156 Vues
0 commentaire
17.09.2020

Quel est le vrai visage de l’homme ? Notre humanité chamboulée se pose plus que jamais la question de ses limites, de sa liberté et de son identité.
Telle est en tout cas la question à laquelle le philosophe Rémi Brague se charge de répondre en mettant en exergue la vision chrétienne de l'homme face à des idéologies telles que le transhumanisme ou le relativisme.

Penser l'actualité avec Marx et Hegel. Avec Loïc Chaigneau pour le Cercle Aristote.


(0)
173 Vues
0 commentaire
10.2021

La démarche de Loïc Chaigneau est d'ordre philosophique dans une optique d'éducation populaire : la défense, a priori peu originale, mais plus que jamais nécessaire, du rapport Hegel-Marx et par là, du matérialisme dialectique et historique.
Une mise au point nécessaire pour continuer la lutte politique en gardant les idées claires.

Machine d'architecture : économie, temps, force. Avec Pierre Caye au Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée.


(0)
92 Vues
0 commentaire
03.06.2019

Fort d'un travail approfondi sur les théories architecturales renaissantes et classiques ainsi que sur l'architecture humaniste, Pierre Caye affirme que si Le Corbusier a voulu définir la maison comme une machine à habiter, il n'y a rien de mécanique ni d'exclusivement moderne dans cette définition.
La conception machinique de l'architecture est déjà clairement présente dans le De architectura de Vitruve. On peut définir la machine simplement, à la façon des encyclopédistes, comme un dispositif qui économise la force et le temps. Cette définition s'applique à l'architecture comme à tout type de machine à travers l'histoire des techniques. Simplement, les notions de temps, de force, voire d'économie se révèlent ambiguës et ne revêtent pas le même sens selon les différents types de machines. C'est à la signification que donne à ces termes la machine eurythmique, fondée sur l'harmonie linéaire, qui caractérise l'architecture à l'âge humaniste et classique, que s'attache cet exposé.

La déconstruction. Avec Baptiste Rappin sur Radio Courtoisie.


(0)
163 Vues
0 commentaire
05.04.2021

Jacques Derrida, Gilles Deleuze, Michel Foucault : tels sont certainement des noms qui résonnent à l'oreille de nos contemporains. Et il s'agit, en effet, des philosophes les plus connus d'un courant de pensée que l'on peut raisonnablement qualifier de "déconstruction".
Toutefois, loin de se limiter à l'étude de ces trois figures, le dernier livre de Baptiste Rappin Abécédaire de la déconstruction aborde également les idées et les concepts développés par Maurice Blanchot, Roland Barthes, Jacques Rancière, Jean-Luc Nancy, Giorgio Agamben, Judith Butler et par bien d'autres encore.
C’est le succès rencontré par la déconstruction dans les milieux intellectuels, tant à l'Université que dans la sphère politico-médiatique, qu'il s'agit de comprendre afin de le combattre.

Émission "Le monde de la philosophie", animée par Rémi Soulié.