L'impossible entrée dans la vie. Avec Marcel Gauchet au CEPPECS à Bruxelles.


(0)
828 Vues
0 commentaire
13.01.2007

La pathologie typique de l’ancien mode d’institution était la névrose, l’intériorisation de l’interdit, la constitution de soi autour de l’autorépression.
La rançon caractéristique du nouveau, c’est l’impossible entrée dans la vie. Son trouble emblématique, ce n’est plus le déchirement intérieur, mais l’interminable chemin vers soi-même.

La démocratie souveraine : voyage dans la pensée politique de Vladimir Poutine. Avec Romain Bessonnet au Cercle Aristote.


(0)
639 Vues
0 commentaire
2010

Le concept de "démocratie souveraine" fait partie, et avec quelques autres (la verticalité de l'état, la dictature de la loi), des axes centraux du programme politique que s'est fixé Vladimir Poutine dans son entreprise de redressement de la Russie.
Romain Bessonnet nous aide à en comprendre le sens, en revenant notamment sur la décennie des années 90, décennie terrible pour le peuple russe.

La création historique et l'institution de la société. Avec Cornelius Castoriadis à Porto Alegre.


(0)
944 Vues
0 commentaire
09.1991

Dans cette conférence, Cornélius Castoriadis s'attache à un réexamen fondamental des bases de la pensée philosophique. Il retrouve et souligne les préceptes de la "pensée héritée", cette logique identitaire qui, depuis les Grecs, inspire la philosophie classique. D'où la proposition d'une "auto-institution" de la société qui laisserait cours, enfin, à l'imaginaire radical.
Fruit d'une analyse précise de l'histoire et des luttes sociales à l'heure de l'effondrement des repères traditionnels de la pensée, le travail de Castoriadis propose un point de départ pour penser à neuf le projet de transformation de la société.

Remarque : la conférence est présentée en bilingue français-portugais.

La construction nationale : approche historique. Avec Anne-Marie Thiesse à l'UNESCO.


(0)
863 Vues
0 commentaire
07.12.2007

Les identités nationales ne sont pas des faits de nature, mais des constructions.
La liste des éléments de base d'une identité nationale est aujourd'hui bien connue : des ancêtres fondateurs, une histoire, des héros, une langue, des monuments, des paysages et un folklore. Sa mise au point fut la grande oeuvre commune menée en Europe durant les deux derniers siècles. Le militantisme patriotique et les échanges transnationaux d'idées et de savoir-faire ont créé des identités toutes spécifiques, mais similaires dans leur différence.
Forme d'organisation politique étroitement liée au développement du capitalisme industriel, la nation a fondé sa légitimité sur le culte de la tradition et la fidélité à un héritage collectif. L'exaltation de l'archaïsme a accompagné l'entrée dans la modernité.
De l'invention des épopées barbares à la conception des musées d'ethnographie, de l'élaboration des langues nationales à celle des paysages emblématiques ou des costumes typiques, Anne-Marie Thiesse retrace la fabrication culturelle des nations européennes.

Intervention au colloque "Identités, appartenances, diversités : Islam et identité nationale".

Médiologie et déconstruction. Avec Jacques Derrida et Régis Debray sur France 3.


(0)
986 Vues
0 commentaire
06.2004

En juin 2004, France 3 organisait un débat salutaire entre Jacques Derrida et Régis Debray. Presqu'une génération séparent Derrida le théoricien du déconstructivisme et Debray le fondateur de la médiologie, mais une formation exigeante et élitiste les rapproche : l'Ecole Normale Supérieure.
L'agrégé-répétiteur Derrida se souvient de l'aura politique qui précédait en 1965 le jeune Debray lui-même très impressionné par l'érudition du maître.
Pendant près d'une heure et demie, les deux intellectuels ont des échanges attentifs et divers : l'image publique du philosophe, la notion de souveraineté, l'Europe, la démocratie et ses menaces internes, les effets pervers de l'histoire, ou encore le 11 septembre 2001.
Il fut un temps ou la télévision pouvait être autre chose qu'un instrument de propagande et d'abrutissement...

Droit naturel et révolution. Avec Florence Gauthier au séminaire "Marx au XXIème siècle".


(0)
1042 Vues
0 commentaire
06.02.2010

Les aventures de la petite phrase, droit naturel, demeurent encore largement méconnues, bien qu’elles suscitent un intérêt réel et récent.
Le travail de Brian Tierney (1997) a permis de mieux situer sa réapparition dans des formes toutes nouvelles, à l’époque tumultueuse des XIIe, XIIIe et XIVe siècles, et d’en suivre la renaissance à la lumière de l’Ecole de Salamanque jusqu’aux débuts du XVIIe siècle.
Florence Gauthier nous propose de revenir sur l’histoire de ce concept de droit, et sur ses potentialités révolutionnaires.

Les paradoxes de la domination, par Charles Robin.


(0)
522 Vues
0 commentaire
25.03.2014

À l'heure de l'effondrement programmé du système financier mondial, la remise en cause du modèle capitaliste par les "élites" politiques et intellectuelles apparaît comme plus que jamais indispensable.
Pourtant, malgré l'amplification des mouvements d'opposition à la logique libérale en Europe et dans le monde, il faut bien admettre que les thèses contestataires demeurent incapables, à ce jour, d'exercer une influence réelle sur l'action politique concrète de nos classes dirigeantes.
Mais que désigne-t-on, au juste, à travers le mot "libéralisme" ? Pour la plupart des commentateurs de l'époque, ce terme renverrait ainsi à une simple doctrine économique, fondée sur les principes de la propriété privée des moyens de production et de la liberté intégrale dans les échanges marchands.
Or, on a souvent tendance à oublier qu'avant même de désigner un système d'organisation économique de la société, le libéralisme fut d'abord conçu comme un modèle philosophique qui place la liberté de l'individu et la lutte contre toutes les figures de l'autorité et de la tradition au sommet de ses exigences et de ses aspirations.
Charles Robin s'attache ici à éclairer cette ambivalente question.

L'effacement du politique. Avec Alain de Benoist, Michel Maffesoli, Marco Tarchi et Pierre Le Vigan sur TV Libertés.


(0)
910 Vues
0 commentaire
07.02.2015

Le politique est un domaine autonome, qui a ses règles propres.
Attaqué par les feux croisés du marché et du droit, fruits du déploiement de la logique libérale, il semble de moins en moins visible.
Comment comprendre que le politique, autrefois si flamboyant dans notre tradition européenne, soit aujourd'hui réduit à peau de chagrin ?