Comment ré-informer autrui ? Avec Lucien Cerise pour E&R à Dijon.


(0)
1042 Vues
0 commentaire
25.04.2015

Aujourd'hui, le Pouvoir gouverne par le chaos et le pilotage de la guerre de tous contre tous. Autrement dit, le Pouvoir ne fait plus la guerre directement, mais il veut nous faire faire la guerre à sa place, c’est-à-dire qu’il cherche à nous entraîner au moyen d’appâts dans des conflits dont il sera le chef d’orchestre inapparent. Application systématique d’un "diviser pour régner" furtif, ni vu, ni connu.
Pour ne pas se laisser hameçonner et entraîner de manière subliminale dans des conflits triangulés, un travail de ré-information est nécessaire. La notion de ré-information, qui succède à l’information et à la désinformation, est bien connue, mais pourquoi parler de "ré-information active" ? Parce que, dans un premier temps, la ré-information est seulement "défensive". On se ré-informe en partageant des informations entre gens qui pensent la même chose. Or, ce n’est plus suffisant aujourd’hui et il faut passer à la vitesse supérieure : chacun doit devenir lui-même un agent actif de ré-information autour de lui, dans la famille, chez les amis, au travail, sur les réseaux sociaux.
Il faut devenir un agent d’influence, un spin doctor, en se formant aux méthodologies de retournement de l’opinion et d’ingénierie sociale appliquées dans les think tanks. Cela revient à fonctionner sur le mode du réseau de Renseignement, comme le font les lobbies et les sociétés de pensée, qui ont quelques longueurs d’avance sur le bon peuple, peu habitué à ce qui ressemble fort à une double vie et à des relations empreintes de faux-semblants. Mais nous n’avons pas le choix : reprendre le pouvoir se fera dans l’institution, en élaborant une vraie stratégie d’infiltration du Système et de contamination virale et capillaire.
Cet atelier a pour objectif de lancer une dynamique stimulante de passage à l’action, appuyée sur l’observation des bonnes pratiques de communication qui permettent de se réarmer mentalement, et surtout de réarmer notre entourage afin de gagner la guerre culturelle, au sens de Gramsci, qu’on appelle aussi guerre de l’information, guerre psychologique, guerre cognitive. Le but final est simple : imposer notre hégémonie culturelle pour endiguer celle du mondialisme et de ses diverses facettes morbides. Concrètement, localement, appliqué au cas français, cela signifie en finir totalement avec la pensée libérale-libertaire issue de Mai 68 et donc de "dé-soixante-huitariser" définitivement les esprits, au nom de la lutte contre le capitalisme et ses dérives transhumanistes.
N’attendez plus, ré-informez !

Voltaire et l'affaire Calas. Avec Marion Sigaut pour E&R Alsace à Mulhouse.


(0)
1011 Vues
0 commentaire
07.03.2015

Figure emblématique de la France des Lumières, chef de file du parti philosophique, le nom de Voltaire reste attaché à son combat contre "l’Infâme" (nom qu’il donne au fanatisme religieux incarné à ses yeux par l'Église catholique), et pour la tolérance et la liberté de penser (comme lui!). 
Déiste en dehors des religions constituées, son objectif politique est l'établissement d’une monarchie modérée et libérale, éclairée par les "philosophes". 
Intellectuel engagé, il prend seul et en se servant de son immense fortune, la défense des victimes qui pourront servir ses visées : l'affaire Calas en est un exemple emblématique. Mensonges, diffamations et distorsion des faits lui permettront de manipuler l'opinion pour arriver à ses fins.

Contre-culture et avant-garde. Avec Adrien Abauzit à Nancy.


(0)
938 Vues
0 commentaire
27.06.2015

Dans cette conférence, Adrien Abauzit revient sur l’émergence d’une nouvelle contre-culture de droite, qui se développe en dehors de tout appareil politique, grâce à internet.
Demain une nouvelle révolution conservatrice ?

L'institut Tavistock, un laboratoire d'ingénierie sociale. Avec Thibaut Philippe et Maurice Gendre sur Méridien Zéro.


(0)
1422 Vues
0 commentaire
30.01.2015

Méridien Zéro s'emploie à lever un voile sur ce qui constitue le principal laboratoire de manipulation et formatage des opinions publiques occidentales, et ce depuis quasiment un siècle.

Émission conduite par Gérard Vaudan.

La guerre. Avec Jean-François Gautier aux Chroniques de la Vieille Europe sur Radio Courtoisie.


(0)
2540 Vues
0 commentaire
22.09.2010

En partant du célèbre fragment d'Héraclite "Polemos pantin pater est", Jean-François Gautier développe une réflexion sur la guerre en particulier, et le conflit en général.
Pour saisir la portée de la pensée héraclitéenne de la guerre, il nous explique la nécessité d'inclure dans l'intellection de polemos son exact opposé, eïréné, la paix.
Une pensée vivante et pertinente qui tente de saisir le monde dans la pluralité des valeurs qui y sont contenues et qui s'expriment souvent au travers de conflits.

Démocratie, tirage au sort et populisme. Avec Antoine Chollet à Grenoble.


(0)
1208 Vues
0 commentaire
13.09.2013

Quoi de plus subversif que de faire comprendre au plus grand nombre que nous ne sommes pas en démocratie ?
Antoine Chollet, politologue suisse et critique de la démocratie représentative suisse, nous livre sont travail d'analyse en se basant sur des auteurs comtemporains (Cornelius Castoriadis, Hannah Arendt) et classiques des sciences politiques (Rousseau, Montesquieu, Aristote).
Il s’agira ainsi de comprendre que la démcratie ne peut être pensée que comme projet, avec un ensemble de conséquences pratiques sur les institutions (principe du tirage au sort) et la pratique éducative.
Enfin, Antoine Chollet tente de rétablir le sens originel du populisme face aux critiques élitistes anti-démocratiques qui ne cessent d'attaquer les derniers bastions de souveraineté accordés au peuple.

La conférence est organisée par l'association Cause Toujours.

La tension entre participation et délibération en démocratie. Avec Yves Sintomer à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.


(0)
936 Vues
0 commentaire
16.06.2011

Les notions de délibération et de participation peuvent sembler complémentaires. Pourtant, elles sont en même temps dans un rapport de tension. Participation du grand public et délibération de qualité ont souvent été opposées. Comment rendre compte de ce paradoxe ?
Yves Sintomer étudie tout d’abord la façon dont les républiques antiques et modernes ont posé le rapport entre délibération et participation, en insistant plus particulièrement sur Durkheim, symbole d’un certain paternalisme républicain.
Il retrace ensuite comment l’émergence d’une théorie de l’espace public chez Habermas puis dans les sciences humaines et sociales a constitué une rupture démocratique par rapport à cette tradition, l’enjeu étant cependant de forger une conception réaliste de l’espace public.
La troisième partie explore les théories de la démocratie délibérative, marquées par une tension entre les approches centrées sur la délibération de mini-publics et celles qui placent la focale sur la participation du grand public.
En conclusion sont explorées les relations entre les notions de délibération, de participation et de représentation.

Sondages et manipulations. Avec Alain Garrigou et Jean-Pierre Sueur aux conférences Utopia.


(0)
1385 Vues
0 commentaire
13.09.2011

Alain Garrigou met ici à nu les outils de manipulation sondagière de notre démocratie d'opinion.
Les sondages se révèlent en effet davantage des outils de fabrication de l'opinion qu'un rouage nécessaire au bon fonctionnement d'une démocratie. Ceux-ci sont -pour la plupart- commandités et payés par des appareils politiques (état, partis) ou des acteurs privés (entreprises), plutôt que par des organes de presse en quête d'informations véridiques.
Comment donc évaluer le phénomène des sondages et son évolution ? Pourrait-on envisager des lois encadrant leur exercice ?